Au micro de « Regardez voir » #57

29 août 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au micro de « Regardez voir » #57

Cette semaine, Brigitte Patient dialogue avec deux personnalités du monde de la photo. Hélène Jayet revient sur ses différentes séries, tandis que Jean-Luc Monterosso se penche sur l’évolution de la Maison Européenne de la Photographie.

Brigitte Patient dialogue d’abord avec Hélène Jayet, photographe membre de l’agence Signatures. Fille d’une mère française et d’un père malien, l’artiste a grandi dans une famille de frères et sœurs adoptés : deux sœurs coréennes, un frère gitan, et un autre franco-antillais. Elle développe alors une grande curiosité pour le monde et ses différentes cultures. Au micro de regardez-voir, elle revient sur trois de ses séries.

Chroniques maliennes s’impose comme un « carnet personnel, réalisé pour ne pas oublier ». Alors qu’elle découvre le Mali, elle ressent le besoin de documenter ce voyage intime. « C’était des images que j’ai faites pour moi, je ne voulais les montrer à personne », confie-t-elle. Une excursion immortalisée avec passion.

Adoptés – l’origine de l’histoire présente une collection de documents, arrangée à la manière d’une enquête policière. Ses parents, rapporteurs pour la DASS possédaient beaucoup d’archives, de « trésors » : papiers administratifs, premiers cadeaux offerts, vêtements… « Tous gardés dans une boîte spéciale, une sorte de boîte de pandore », se souvient la photographe.

Enfin, Hélène se tourne vers ses origines en construisant Colored only – Chin up! Une série photographique basée sur cette génération africaine vivant en France, partagée entre les influences, les traditions de leur pays d’origine, et celles d’une nouvelle culture. Ce sont les cheveux qui fascinent la photographe. « C’est un vecteur de brimades, de moqueries », explique-t-elle. Une manière de parler d’un passé douloureux – l’esclavage et la colonisation – et de la difficulté des dialogues entre les cultures. « Mais en même temps, les blancs sont très intrigués par les cheveux africains », ajoute Hélène. Une invitation à relever la tête avec fierté, écho au chin up du titre de la série.

© Hélène Jayet

© Hélène Jayet

© Hélène Jayet

© Hélène Jayet

Jean-Luc Monterosso se confie ensuite à Brigitte. Ensemble, ils reviennent sur les débuts de la Maison européenne de la Photographie. Créée en 1996, la MEP se construit grâce à son directeur. Elle compte aujourd’hui 23 000 œuvres et 32 000 ouvrages. « Beaucoup plus de jeunes viennent découvrir le lieu, les expositions », note Jean-Luc. « Le public a changé, il est devenu plus cultivé, il connaît l’histoire de la photo et se fait plus exigeant », ajoute-t-il.

En mars dernier, La photographie française existe… je l’ai rencontrée, une exposition signée Jean-Luc Monterosso, démarrait à la MEP, un cadeau de l’ancien directeur à cet établissement. « J’y revisite l’âge d’or de la photographie française, c’est à dire vers les années 80 », explique-t-il. Un véritable best of des figures importantes de la photo française.

Au micro, Jean-Luc Monterosso dévoile également son envie de découvrir le nouveau visage de la MEP : Simon Baker, son remplaçant. Avec une grande confiance, l’ex-directeur revient sur l’importance de « transmettre ».

Enfin, ORLAN, Christine Spangler, Françoise Huguier et Sabine Weiss échangent avec Brigitte, décrivant leurs portraits affichés sur les murs de la Maison européenne de la photographie. Un écho à l’effort de Jean-Luc Monterosso de représenter les femmes photographes dans ce temple du 8e art.

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Sabine Weiss© Sabine Weiss

© Sabine Weiss

© Sabine Weiss

Explorez
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill