Au micro de « Regardez voir » #96

29 mai 2019   •  
Écrit par Mélanie Baume
Au micro de « Regardez voir » #96

Cette semaine, Cyrus Cornut revient sur sa série Chongqing, sur les quatre rives du temps qui passe, exposée au Festival du Regard 2019. Brigitte Patient rend ensuite hommage au photographe Bogdan Konopka.

Dans le cadre de la 4e édition du Festival du Regard 2019 et de la thématique « Habiter », Cyrus Cornut expose deux de ses séries, Chongqing, sur les quatre rives du temps qui passe et Voyage en périphéries, jusqu’au 14 juillet. À travers ses travaux sur Chongqing, 4e municipalité de Chine, il documente l’évolution de la ville face à la plus grande croissance démographique au monde, à la suite de son développement économique. Voilée d’une épaisse brume mystique, la métropole enfle et déborde au-delà du fleuve Yangzte.

La chambre photographique permet à Cyrus Cornut de poser un regard réfléchi sur des paysages imposants. « J’ai décidé de prendre cet appareil pour travailler lentement, et obtenir rendu esthétique particulier », explique-t-il. Des détails autrement imperceptibles apparaissent alors dans ses images. Des traces d’anciens modes de vie contrastent avec le quotidien des habitants, observant leur ville grandir. Un contraste fascinant. Ses œuvres sont aussi exposées à la Fisheye Gallery, jusqu’au 22 juin 2019.

 

© Cyrus Cornut

© Cyrus Cornut© Cyrus Cornut

© Cyrus Cornut

Une empathie qui s’efface

Trois jours avant son décès – le 19 mai 2019, Bogdan Konopka a rencontré Brigitte Patient à l’occasion de l’exposition de sa série Un conte polonais à Beaucouzé, dans l’agglomération d’Angers. Si l’on connaît surtout ses tirages argentiques en petit format, cette fois-ci, on découvre de grande images, en extérieur. Une première. Autre nouveauté, les portraits sont aussi nombreux que les paysages de Bogdan Konopka.

Bogdan Konopka cherche à représenter la transformation de la Pologne, du stalinisme au système politique contemporain, en retraçant de 40 ans de carrière. Famille, proches, amis et inconnus se confondent, en partageant une empathie palpable pour l’époque d’antan. Une empathie qui s’efface pourtant pour donner à voir les politiques actuelles. « Si l’on va vers les gens avec l’âme ouverte, ils s’ouvrent eux-mêmes immédiatement, explique le photographe. Mais j’ai bien peur que notre civilisation de machines et d’intelligence artificielle nous emmène ailleurs, loin de cette humanité. » Pratiquant la photographie comme un langage, Bogdan Konopka nous transporte dans un conte, de l’œil à l’imaginaire, et partage un sublime  portrait de la Pologne. Une exposition à voir jusqu’au 7 juillet.

 

© Bogdan Konopka

© Bogdan Konopka© Bogdan Konopka

© Bogdan Konopka

© Bogdan Konopka

Image d’ouverture © Cyrus Cornut

Explorez
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #488 : Nika Sandler et Julien Athonady
© Julien Athonady
Les coups de cœur #488 : Nika Sandler et Julien Athonady
Nos coups de cœur de la semaine, Julien Athonady et Nika Sandler, emploient le médium photographique comme une manière d'entrer au plus...
15 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Bodyland : déluge de chairs
© Kristina Rozhkova
Bodyland : déluge de chairs
C’est la Russie contemporaine que Kristina Rozhkova photographie dans sa série Bodyland. Une Russie de la peau orange, cousine...
12 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
© Maewenn Bourcelot
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
C’est un monde sublime et violent, enchanté et tragique, énigmatique et d’une évidence terrible. Avec Les Éternels Éphémères, la...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot