Aurélie Raidron et les rêves qui surgissent des surfaces archaïques

29 avril 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Aurélie Raidron et les rêves qui surgissent des surfaces archaïques

Travaillant à partir de surfaces photosensibles périmées, Aurélie Raidron construit I Hear Drones, une entité photographique cauchemardesque, interrogeant l’essence même de l’image, comme la fiabilité de notre perception.

« La perception, l’esthésie, la frontière infime entre la proximité et l’intimité, l’envahissement d’images rémanentes et de pensées intrusives dont on ne sait plus déterminer l’origine, l’obsolescence des symboles, notamment religieux, l’autre comme idole ordinaire. Détourner le paysage. Faire croire. » Autant de notions mystérieuses, brumeuses qui inspirent Aurélie Raidron. Comme un leitmotiv impérieux, une mélodie lancinante qui refuse de quitter l’esprit. Des airs lointains, qui vrombissent au fond d’elle et guident ses expérimentations visuelles.

Maniant plusieurs médias, plusieurs modes d’expression – la voix, la photographie, le texte ou encore la performance – la créatrice française aime marier les disciplines pour mieux rendre hommage à « [s]on rapport singulier à la sensorialité ». Privilégiant une approche expérimentale, elle plonge dans des contemplations aux auras abstraites, et construit, à travers I Hear Drones, un univers monochrome aux flous tentateurs dont il faut embrasser les apparences les plus obscures pour y faire surgir la lumière. « Mes images n’ont aucune prétention documentaire, même quand elles sont issues d’un événement spécial que je suis amenée à photographier », rappelle d’ailleurs l’autrice.

© Aurélie Raidron

Les rêves prennent corps

C’est en travaillant exclusivement avec des surfaces photosensibles périmées – « 1920 à 1990 pour les plaques et les papiers, et 1950 à 1990 pour les pellicules » – qu’Aurélie Raidron parvient à s’éloigner du réel. « J’aime également fabriquer mes révélateurs avec trois fois rien, me passer d’appareil photo, préférer le négatif, détourner ou croiser des procédés, partir de l’accident et de la contrainte pour les muer en protocole », précise-t-elle. De ces éléments anciens, elle ignore tout : la conservation comme le temps de révélation, et apprend à faire de l’échec un véritable parti pris créatif. Car, « en renonçant au résultat, l’acte photographique donne au geste une dimension plastique qui pousse même à s’emparer de l’image autrement », déclare-t-elle. Ainsi évoluent les images de I Hear Drones. Des fragments d’une entité trouvant le sublime dans l’imperfection, et résonnant avec le pouls d’une mélodie particulière. « J’y concentre un rapport analogique aux sons, notamment au minimalisme musical, faisant usage du drone. Je tente de traduire par une gamme de gris à noir ce que les bourdons génèrent », ajoute Aurélie Raidron.

De ces tentatives pourtant, émergent diverses narrations. Comme des fulgurances, des flashs abstraits s’imprimant sur notre rétine. Silhouettes fantomatiques, figures hybrides, déesses anonymes… Dans ce monde au brouillard trompeur, « les rêves prennent corps », les certitudes se métamorphosent et disparaissent, en volute, face à notre regard. « Le réveil ne délivre pas du cauchemar, il en annonce au contraire le retour prochain. Il n’est pire angoisse que celle apportée par les états intermédiaires. Mes images se situent dans ces espaces dilués, troubles », confie la photographe. Énigmatique, I Hear Drones est de ces créations visuelles qui hantent les mémoires. Essai philosophique sur la matérialité même du médium, représentation anarchique des sensations musicales, allégorie du souvenir lointain, celui d’une angoisse, d’une peur, ou tout simplement d’une émotion aléatoire… En voguant d’une image à l’autre, les lectures se chevauchent et se complètent, nous offrant une expérience étrangement immersive. En son cœur, le temps cesse de s’écouler, la paralysie se propage, nous contamine. Pour s’en dégager, il nous faut contempler notre environnement et tenter de prédire l’issu… Ou bien accepter les assauts de l’inconnu en trouvant, dans la défaite, une source infinie d’inspiration.

© Aurélie Raidron© Aurélie Raidron

© Aurélie Raidron

© Aurélie Raidron© Aurélie Raidron

© Aurélie Raidron

© Aurélie Raidron© Aurélie Raidron

© Aurélie Raidron

© Aurélie Raidron© Aurélie Raidron

© Aurélie Raidron

Explorez
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
21 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
© Lorenzo Castore
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
Jusqu’au 11 mai, la galerie parisienne S. accueille le photographe Lorenzo Castore, l’un des pionniers de la nouvelle photographie...
22 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil de Kin Coedel : l'effet de la mondialisation sur les regards
© Kin Coedel
Dans l’œil de Kin Coedel : l’effet de la mondialisation sur les regards
Aujourd’hui, plongée dans l’œil de Kin Coedel, à l’origine de la série Dyal Thak. Dans ce projet poétique, dont nous vous parlions déjà...
22 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
© Julie Legrand
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
Nos coups de cœur de la semaine, Julie Legrand et Kathleen Missud, ont toutes deux, au cours de leur parcours dans le 8e art, fait le...
22 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
21 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill