Benjamin Schmuck : « Lever les sages »

22 avril 2021   •  
Écrit par Finley Cutts
Benjamin Schmuck : « Lever les sages »

Dans Lever les sages, Benjamin Schmuck voyage au Bénin pour rencontrer celles et ceux qui célèbrent la mort autrement. Lors de cérémonies flamboyantes et colorées, le photographe français immortalise nos défunts – d’une façon paradoxalement pleine de vie. Cet article est à retrouver dans notre dernier numéro.

La mort est un sujet tabou, parfois romantique mais toujours producteur de fantasmes. Après avoir visionné les vidéos de clôture du Festival international de Porto-Novo, la capitale du Bénin, où des défunts « assistent à des célébrations », Benjamin Schmuck a décidé de se rendre sur place. « À vrai dire, je n’avais jamais rien vu de tel », se souvient le photographe français. Dans les rues de la ville, des centaines de divinités masquées défilaient au rythme des tambours, habillées de couleurs vives caractéristiques d’une partie de l’Afrique de l’Ouest, en particulier du Bénin – berceau de la religion vaudoue. Mystique et fascinante, cette dernière devient le sujet de la série Lever les sages« Au Bénin,“Lever les sages” désigne l’action de remercier un prêtre vaudou pour les conseils prodigués. Pour moi, c’est aussi invoquer le défunt et le faire passer du monde des morts à celui des vivants », explique-t-il. Avec des costumes riches en détails et hauts en couleur, la mort devient une célébration spirituelle, loin des tabous qui lui sont attachés en France. « La place du mort dans la société béninoise et cette manière de la représenter me bouleversent, tant elle est exacerbée », poursuit-il.

© Benjamin Schmuck

Ode radieuse à nos défunts

Ne connaissant pas les coutumes du pays, Benjamin Schmuck a eu recours à un guide qui lui a permis d’accéder aux rituels vaudous de ces sociétés secrètes. « Je me souviens notamment d’une cérémonie dans un petit village non loin de Calavi. Le prêtre parlait du pouvoir de l’eau, j’entendais le bruit de la pluie tomber sur la tôle au-dessus de ma tête… pendant qu’à l’extérieur le soleil était au zénith », se souvient-il. Impressionné par la force de cette liturgie, le photographe a gardé une certaine distance qui a influencé ses images. « Je sortais l’appareil photo uniquement quand on m’invitait à le faire. On ne sait pas qui est sous le masque. On dit même qu’un non-initié ne doit pas toucher le pagne d’une divinité, au risque de mourir », explique l’artiste. Grand Popo, Ouidah, Abomey… De ville en ville, dans le sud du pays, l’artiste multiplie les rencontres. L’une d’entre elles le conduit à Augustin Sanou, peintre béninois connu pour avoir peint les murs d’un couvent vaudou. « Augustin a eu la gentillesse de collaborer avec moi. Il a peint plusieurs tableaux à partir de mes images. La découverte de ces très belles peintures est sans doute l’un des moments les plus émouvants de mon voyage », explique Benjamin Schmuck. Ode radieuse à nos défunts, Lever les sages célèbre avec ses costumes flamboyants une autre vision de la mort, paradoxalement pleine de vie.

Présentée au Festival Circulation(s) jusqu’au 9 mai, Lever les sages paraîtra bientôt sous forme de livre aux éditions Entorse

© Benjamin Schmuck

 

© Benjamin Schmuck

 

© Benjamin Schmuck

 

© Benjamin Schmuck

 

© Benjamin Schmuck

© Benjamin Schmuck

Lever les sages © Benjamin Schmuck

Explorez
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
© Maurine Tric
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les photographes mis·es en avant par Fisheye ont en commun de transmettre des valeurs de soin et...
18 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina