BMW ART MAKERS : la Camargue rémanente d’Eva Nielsen et Marianne Derrien

19 avril 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
BMW ART MAKERS : la Camargue rémanente d’Eva Nielsen et Marianne Derrien
Eva Nielsen et Marianne Derrien, l’artiste et la curatrice lauréates de la deuxième édition du Prix BMW ART MAKERS, ont ouvert les portes de leur atelier parisien pour dévoiler les premières images d’INSOLARE. Une fois achevée, la série prendra ses quartiers d’été au cloître Saint-Trophime le temps des Rencontres d’Arles avant d’être exposée, à l’automne, à Paris Photo.

Quelques mois après avoir été décorées du Prix BMW ART MAKERS, Eva Nielsen et Marianne Derrien nous dévoilent les premiers tirages d’INSOLARE. Comme le veut le programme de mécénat dédié aux arts visuels et à l’image contemporaine, la série primée résulte d’une expérimentation qui entremêle approches et regards, tout en faisant écho aux problématiques qui sont les nôtres. Succédant à Arash Hanaei et Morad Montazami, le duo prolonge une interrogation sur le paysage urbain. Cette fois-ci, il n’est plus question des architectures utopiques des banlieues des années 1960 et 1970, mais de la Camargue, région en proie à d’importantes mutations. Géographie et géologie se conjuguent ici à la poésie d’une alchimie, dans une démarche dont peu de femmes osent encore se faire les ambassadrices. En contrepoint, cette pratique souligne toute la fragilité d’un environnement aux multiples facettes, voué à disparaître à cause de l’activité humaine.

Un passage éphémère

Étrangère au territoire camarguais, Eva Nielson s’intéresse aux différentes strates qui le composent.« Avec INSOLARE, [elle] s’empare de phénomènes optiques et hydrogéologiques afin de les combiner à un geste technique, celui de l’insolation, notamment utilisé en sérigraphie », explique la commissaire Marianne Derrien, qui l’accompagne dans ses projets depuis plus d’une dizaine d’années. En travaillant par couches successives, l’artiste pluridisciplinaire entend cristalliser la sédimentation d’un paysage emplein de paradoxes. À la fois industriel et sauvage, menacé par la sécheresse et la montée des eaux, il incarne cet espace que l’on souhaite s’approprier autant que l’on aimerait protéger. À l’instar de toutes ces réalités qui coexistent, les clichés de la série sont placés sur un pied d’égalité. Ils s’entrechoquent jusqu’à générer une nouvelle image, pareille à ce que l’autrice qualifie de « persistance rétienne ».

Le temps d’une contemplation, spectateurs et spectatrices sont invités à se faire démiurges, à apposer leurs propres souvenirs qui jaillissent par bribes. Dans ce vaste champ d’interprétations se cultivent les lacunes qui laissent placent aux fantaisies de l’esprit. Les images sont « ouvertes, pas autoritaires », assure Eva Nielson, avant de compléter : « Il s’agit d’un jeu mental entre le regard et l’alchimie des couleurs et du collage. Je suis un filtre qui reçoit le territoire, qui va le traverser. » De bien des façons, ce passage est voulu éphémère, pensé de manière à ne pas altérer le paysage. Entre autres choses, les structures utilisées dans le cadre de l’exposition au cloître Saint-Trophime d’Arles suivront également les œuvres à Paris Photo cet automne. Une belle manière de superposer le fond et la forme et d’encourager les initiatives en faveur de la planète.

© Eva Nielsen© Eva Nielsen

© Eva Nielsen / BMW ART MAKERS, à g. Insolare II, 2023, acrylique sur papier et photographie numérique sur calque, taille variable ; à d. Lucite (They III), 2023, 190 x 140 cm, acrylique, encre et sérigraphie sur toile

© Eva Nielsen

© Eva Nielsen / BMW ART MAKERS, Doline (Salicorne), 2023, 230 x 190 cm, huile, acrylique, encre et sérigraphie sur toile

© Eva Nielsen / BMW ART MAKERS

Explorez
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
© Nancy Jesse
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
En ce mois d’avril, la ville de Bordeaux célèbre le 8e art. Parmi les nombreuses expositions à découvrir figure Fotohaus Bordeaux, qui...
11 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de Maxime Riché : après le drame, l’ironie des publicitaires
© Maxime Riché
Dans l’œil de Maxime Riché : après le drame, l’ironie des publicitaires
Cette semaine, plongée dans l’œil de Maxime Riché. Dans Paradise, projet que nous vous présentons sur les pages du Fisheye #64, le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Mesnographies 2024 : un voyage photographique conscient et engagé
© Charles Thiefaine
Mesnographies 2024 : un voyage photographique conscient et engagé
Du 1er juin au 14 juillet, se tient l’édition 2024 des Mesnographies, le festival international de photographie se déroulant dans le...
03 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Focus #71 : Sophie Alyz et les oiseaux qui prennent le train
04:54
© Fisheye Magazine
Focus #71 : Sophie Alyz et les oiseaux qui prennent le train
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Sophie Alyz traite, avec Beak, de l’impact de l’homme sur son environnement au travers...
27 mars 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill