Caroline Ruffault et son « Female Gaze »

25 janvier 2018   •  
Écrit par Anaïs Viand
Caroline Ruffault et son « Female Gaze »

Pour Caroline Ruffault, la femme ne doit plus être considérée comme un simple objet de désir. La photographe s’interroge à travers Female Gaze sur la refonte du regard féminin pour une relecture du corps dans l’art loin du prisme sexuel.

« J’ai commencé en classe de 5e quand le club photo a ouvert. Je crois que c’était surtout pour échapper à la cantine du collège. » C’est ainsi que Caroline Ruffault découvre la photographie. Quant au féminisme ? Ce n’est que tardivement qu’elle s’intéresse à la question. « J’ai un frère jumeau et nous avons été élevés de la même manière. Pour moi, les hommes et les femmes étaient les deux penchants de l’humain, forcément égaux », raconte-t-elle. Il y a un an, elle a un déclic. Durant une séance photo pour une marque de vêtements, elle remarque les postures suggestives de son modèle. « Je me suis demandé ce qui la poussait à se mettre en scène ainsi et à se montrer tel un objet de désir. Et pourquoi en tant que photographe, acceptais-je de produire ce genre de clichés ? » Caroline Ruffault réalise alors que le discours de la critique et réalisatrice Laura Mulvey – connue pour avoir écrit un article fondateur des études féministes sur le cinéma – est aussi valable pour le 8e art. « Nous (les femmes) avons grandi en regardant des films et des images faites par et pour les hommes, et nous avons appris à regarder les femmes à travers les yeux des hommes. Le féminisme en photo, c’est sûrement ça, désapprendre pour ne plus mettre en scène des femmes offertes pour le plaisir de l’homme », explique-t-elle. Depuis, elle ne cesse de s’interroger sur le regard, le regard féminin.

© Caroline Ruffault

Déconstruire notre regard

En janvier 2017 à Austin, au Texas, elle réalise sa série The Female Gaze. Qui est Christhany, son modèle ? Comment se voit-elle ? Et nous, que retiendra-t-on d’elle ? Son corps nu dans la baignoire ou bien son reflet dans le miroir ? Car finalement, l’identité se multiplie selon les « regardeurs ». Si certaines de ses images nous semblent déjà connues, sa démarche demeure séduisante. Elle banalise ici le corps. Il doit être contemplé comme « n’importe quelle autre chose, loin du prisme sexuel ». Face à nous, une femme aux cheveux courts dans une maison inhabitée. Caroline Ruffault a imaginé un espace neutre afin de déconstruire les images stéréotypées de notre quotidien. Un terrain favorisant la refonte de notre regard. Car pour changer la perception des femmes, il faut changer les représentations et inventer de nouvelles images. Un idéal qu’elle poursuit à travers son projet de fanzine SHEGAZES. Un support ouvert à toutes et à tous dont l’objectif est de rassembler de nouvelles images de femmes et d’établir de nouvelles règles.

7

© Caroline Ruffault

Explorez
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Les expositions photo à découvrir cet été !
Paris, 1967 © Joël Meyerowitz
Les expositions photo à découvrir cet été !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
14 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
© Campbell Addy
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
Jeune photographe à l'ascension fulgurante, Campbell Addy s'engage corps et âme pour offrir une visibilité aux personnes noires et queer...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
© Katalin Száraz
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
Katalin Száraz compose, avec La fille du marin, un hommage visuel à la profession de son père. Une série oscillant entre les fantasmes de...
14 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les expositions photo à découvrir cet été !
Paris, 1967 © Joël Meyerowitz
Les expositions photo à découvrir cet été !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
14 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
L’éternel été de Beatrice Salomone
© Beatrice Salomone
L’éternel été de Beatrice Salomone
À l’argentique, Beatrice Salomone capture une saison estivale infinie, dont la chaleur pousse les corps à se détendre et les...
14 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas