Claudia Andujar continue le combat

30 janvier 2020   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Claudia Andujar continue le combat

La photographe d’origine suisse a consacré sa vie à défendre la cause des Indiens Yanomami, en Amazonie brésilienne. Son œuvre est aujourd’hui exposée dans toute son ampleur et sa complexité à la Fondation Cartier, à Paris, alors que l’avenir du peuple amérindien est plus que jamais menacé. Cet article, rédigé par Christian Caujolle, est à retrouver dans notre dernier numéro.

Il est des expositions qui tombent à point nommé. Malheureusement, faut-il ajouter, dans le cas de celle de Claudia Andujar, avec et autour des Indiens Yanomami. Cet ensemble était accroché à l’Instituto Moreira Sales de Sao Paulo alors que l’Amazonie brûlait et que le président brésilien Jair Bolsonaro, fidèle à ses discours de campagne électorale, conspuait les « indigènes » dont il a clairement dit qu’ils étaient inadaptés au monde contemporain et devaient disparaître. On peut imaginer la rage et le désespoir de Claudia Andujar, bientôt nonagénaire, qui a consacré l’essentiel de sa vie et de son œuvre à la tribu amazonienne des Yanomami en danger.

Les Indiens représentent le combat de sa vie. Pas seulement au sens de la photographie, qui n’a été que l’accompagnement d’un engagement pour un peuple et une culture. La photographe a obtenu, après plus d’un quart de siècle de lutte, que le droit des Indiens indigènes sur leur terre soit inscrit dans la constitution du Brésil, en 1988. Avant les expositions individuelles, avant les monographies, avant la célébration dans les biennales d’art contemporain et les galeries, c’est sous forme d’affiches militantes, d’expositions à but pédagogique, de brochures engagées que les photographies de Claudia Andujar ont circulé, ont été vues et reconnues, accompagnant des slogans: « Le génocide des Yanomami, c’est la mort du Brésil », ou encore « Le jour où disparaîtrait le dernier Yanomami, la planète serait véritablement en danger ».

© Claudia Andujar

Expérimentations plastiques

Avant tout cela, il y a le vécu. Les mois dans la forêt, le partage de la vie quotidienne, la tentative de connaissance, les expérimentations plastiques de la part de celle qui utilise parfois la pellicule infrarouge comme elle le faisait à Sao Paulo, par défi, alors que la dictature en interdisait l’usage, réservé, paranoïa oblige, à l’armée. Les arbres de la ville comme ceux de la forêt devenaient alors rouges, comme marqués de sang. Il y a, naturellement, tous ces portraits tendres, en noir et blanc, ces enfants dans l’eau, communiant avec la nature, ces visages que la photographe ne regarde jamais avec exotisme. En couleur, les surimpressions qui tentent de visualiser les rêves des Indiens, différents des nôtres, combinant le feu et l’eau. Tout un univers que l’artiste traduit en s’effaçant. Elle est au service de leur cause avec ses images, comme elle l’a été en faisant le tour du monde, passant par le Japon et le siège des Nations unies pour dénoncer les atteintes aux droits des Indiens. Comme elle l’est en leur donnant, depuis toujours, un tiers du produit de la vente de ses œuvres. Elle avait gagné, jusqu’à aujourd’hui…

Son père était un juif hongrois, sa mère une Suissesse, et elle est née à Neuchâtel en 1931. La famille rejoint très tôt la Roumanie, mais le couple divorce alors que Claudia a 7 ans. En 1944, après l’invasion de la Hongrie par l’Allemagne, les biens de la famille sont saisis, le père de Claudia est arrêté et déporté à Dachau, où il disparaît. Claudia et sa mère réussissent à regagner la Suisse après une traversée épuisante de l’Europe. Ensuite, Claudia rejoint New York en 1946, où elle épouse Julio Andujar dont elle se séparera neuf mois plus tard, puis, en 1955, celle qui est devenue fonctionnaire des Nations unies et pratique activement une peinture abstraite rend visite à sa mère au Brésil. Et elle décide de s’installer à Sao Paulo, où elle réside et travaille toujours aujourd’hui.

 

Cet article est à retrouver dans son intégralité dans Fisheye #40, en kiosque et disponible ici.

Claudia Andujar, La lutte Yanomami

Du 30 janvier au 10 mai 2020

Fondation Cartier pour l’art contemporain

261, boulevard Raspail à Paris (14e)

© Claudia Andujar© Claudia Andujar

© Claudia Andujar© Claudia Andujar

© Claudia Andujar

© Claudia Andujar© Claudia Andujar

© Claudia Andujar© Claudia Andujar

© Claudia Andujar

Explorez
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
16 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
15 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les expositions photo à découvrir cet été !
Paris, 1967 © Joël Meyerowitz
Les expositions photo à découvrir cet été !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
14 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
© Laura Lafon Cadilhac
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
Cette semaine, plongée dans l'œil de Laura Lafon Cadilhac. La cofondatrice du collectif Lusted Men nous parle d’une orgie végane et de sa...
17 juin 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
17 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
17 juin 2024   •  
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
16 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill