Claudine Doury et ses récits de Sibérie

20 novembre 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Claudine Doury et ses récits de Sibérie

Le long du fleuve Amour, à la Galerie Particulière et Une Odyssée Sibérienne à l’Académie des Beaux-Arts ; deux expositions consacrées aux voyages de Claudine Doury. Des événements « en résonance »  qui racontent les périples de la photographe en Sibérie, de 1991 à 2018.

Lauréate 2017 du Prix de Photographie Marc Ladreit de Lacharrière en partenariat avec l’Académie des Beaux-Arts, Claudine Doury est repartie en 2018, pour la troisième fois, le long du fleuve Amour. Trois voyages dans ces territoires installés sur les bords du premier fleuve de Sibérie qui obsèdent la photographe. Si l’exposition de l’Académie des Beaux-Arts se concentre sur 2018 et les mutations de ces lieux, la Galerie Particulière, elle, organise un récit en trois temps. « Il s’agit d’une résonance », explique Claudine. « Des ponts sont parfaitement lisibles entre les deux expositions, puisqu’elles proviennent d’une même Odyssée ». La photographe, passionnée par le voyage et la transmission de mémoire s’estime chanceuse d’avoir pu retourner sur ce territoire, 20 ans après. « Cela me donne envie de creuser davantage ce projet sans fin ! », ajoute-t-elle avec enthousiasme. À la Galerie Particulière, les photographies exposées ne suivent aucun ordre chronologique, comme une réponse à la passion de Claudine pour le fleuve. « Nous voulions éviter de mettre en avant un récit documentaire, mais plutôt de montrer un travail artistique et plasticien », explique Audrey Bazin, directrice de la galerie. « Faire ressortir un œil, une sensibilité, une construction à partir d’un ensemble de photos ».

© Claudine Doury

© Claudine Doury courtesy La Galerie Particulière, Paris

Toute l’histoire de la conquête de l’est

Aidée par le Prix de Photographie Marc Ladreit de Lacharrière, Claudine voyage à nouveau en Sibérie. « Je souhaitais retourner dans des villages où j’étais déjà allée », précise la photographe. Ses souvenirs en mémoire, elle retrouve les territoires qui l’avaient émue près de 20 ans auparavant. « J’y ai retrouvé une amie qui s’appelle Islava, qui avait deux gamins, la dernière fois…et cette année l’un d’eux s’est marié. J’ai vu là-bas une nouvelle génération », confie-t-elle.

Elle raconte ensuite l’histoire de Margarita, une grand-mère magnifique, à la longue chevelure, figure phare d’Une Odyssée Sibérienne. Une femme qui était la maire du village, et qui avait gentiment accueilli Claudine et son équipe, à l’époque. « Quand je suis retournée, au mois d’avril, dans la neige, je l’ai vue dans un magasin, cette petite femme à la retraite », se souvient Claudine. Pour la photographe, Margarita est devenue un emblème, le socle de son histoire. « Sa mère était la première institutrice du village, elle m’avait raconté l’histoire de ses parents à elle, qui venaient de Saint-Pétersbourg », continue la photographe. Mère et fille sont les symboles de l’histoire de la Sibérie, « de la conquête de l’est ».

Si Le long du fleuve Amour retrace une histoire intime entre Claudine et les habitants du territoire, Une Odyssée Sibérienne sublime ce lien, en mettant en lumière la transformation d’un lieu si lointain, et l’évolution des êtres chers à la photographe. Un récit double d’une profonde humanité.

© Claudine Doury

© Claudine Doury

© Claudine Doury

© Claudine Doury

Réalisé dans le cadre du Prix de Photographie Marc Ladreit de Lacharrière en partenariat avec l’Académie des beaux-arts

© Claudine Doury

© Claudine Doury© Claudine Doury

© Claudine Doury / courtesy La Galerie Particulière, Paris

Explorez
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
À l'instant   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
À l'instant   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine