Comment se rapprocher, lorsque le contact devient un danger ?

31 mars 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Comment se rapprocher, lorsque le contact devient un danger ?

Fasciné par l’humain et sa complexité, le photographe Ahmad Naser Eldein s’est intéressé, dans Alone and together, à notre rapport à l’autre en plein confinement. Une série conceptuelle interrogeant la nature de nos relations, privées de contact physique.

C’est à travers le documentaire, l’argentique et les tirages en chambre noire qu’Ahmad Naser Eldein, artiste palestinien installé à Montréal, découvre le 8e art. Une initiation presque organique, qui développe son intérêt pour les différentes techniques photographiques. « Ce n’est que des années plus tard que je me suis tourné vers le numérique, et que je me suis plongé dans la photographie conceptuelle et fine art », précise-t-il. Depuis, l’auteur s’attache à éduquer par l’image, en mêlant images digitales, analogues et vidéos. « Avec une approche minimaliste, j’essaie d’exprimer ma propre vision du réel, et d’explorer la fine barrière entre le documentaire et l’imaginaire », précise-t-il.

C’est en noir et blanc – un monochrome qui brouille, selon lui, davantage les frontières entre le vrai et le faux – que l’auteur construit Alone and together. Une série de portraits imaginée en plein confinement. « J’essaie de capturer les détails du corps humain qui révèlent des émotions, des états d’esprit », précise-t-il. Inspiré par ses propres expériences, il révèle, avec délicatesse « les personnes marginalisées, leur singularité et leurs identités complexes ». Dans son travail, les modèles, toujours anonymes, deviennent des allégories, représentant un mal commun : l’isolement en période de pandémie.

© Ahmad Naser Eldein© Ahmad Naser Eldein

Réimaginer ce que symbolise la vie

« La dimension physique, qui était autrefois synonyme de sécurité, a évolué vers une toute nouvelle dynamique : chaque autre humain représente désormais un danger potentiel. Pour la première fois de notre vie, plus nous sommes éloignés les uns des autres, plus nous nous sentons rassurés. Notre relation au corps humain et à l’autre a radicalement changé, et l’impact de ce changement peut être clairement observé au quotidien. Si nous restons assoiffés de connexion, nous sommes obligés de construire des barrières physiques et des murs imaginaires destinés à nous protéger »,

raconte Ahmad Naser Eldein.

Comment, alors, créer du lien à l’autre ? Pouvons-nous forger des connexions, construire des relations, privés du contact, du toucher ? En s’attardant sur le physique, le photographe tente de figer l’énergie qui émane des corps. Une énergie qui vibre et se diffuse, en dépit de la distance. « Je veux que le regardeur voie au-delà de la peau, je veux réimaginer ce qui symbolise la vie », poursuit-il. Nus, ses sujets se transforment en entité, évoquant les questionnements qui ponctuent le quotidien du photographe : l’importance du rapport à l’autre, la place du physique dans nos relations, ou encore notre besoin de soutien. Repliés sur eux-mêmes, échoués dans un paysage monotone, les corps semblent vouloir braver l’ennui, la solitude, percer cette bulle d’isolement qui étouffe, petit à petit, nos désirs de liberté. En représentant ainsi cette nouvelle manière de vivre, Ahmad Naser Eldein met nos doutes et nos peines en images, tout en « rappelant au regardeur les différentes strates de la beauté humaine, et son caractère unique ».

© Ahmad Naser Eldein© Ahmad Naser Eldein

© Ahmad Naser Eldein

© Ahmad Naser Eldein© Ahmad Naser Eldein

© Ahmad Naser Eldein© Ahmad Naser Eldein

© Ahmad Naser Eldein

Explorez
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
À l'instant   •  
Écrit par Lou Tsatsas
The Unmovable Mover : l'usine imaginaire d'Alessandra Leta
© Alessandra Leta
The Unmovable Mover : l’usine imaginaire d’Alessandra Leta
L’artiste italienne Alessandra Leta construit une fiction en fragments, qui prend pour contexte une usine imaginaire de pièces détachées...
12 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tatiana Lopez : s'approprier son histoire à coups d'aiguille
© Tatiana Lopez
Tatiana Lopez : s’approprier son histoire à coups d’aiguille
La délicate broderie qui s’esquisse sur les polaroids de Tatiana Lopez narre l’histoire de minorités. Les récits de femmes et de...
05 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Participez à nos lectures de portfolio sur le thème des fiertés !
© Michael Oliver Love
Participez à nos lectures de portfolio sur le thème des fiertés !
Dans le prolongement de notre dernier numéro – dédié aux fiertés – Fisheye organise des lectures de portfolio le 13 juin 2024....
04 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
À l'instant   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
Il y a 4 heures   •  
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
16 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
15 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina