Coste et Billy, deux drôles de dames

28 janvier 2021   •  
Écrit par Benoît Baume
Coste et Billy, deux drôles de dames

Lorsqu’on les rencontre pour la première fois, Coste et Billy ne peuvent que vous marquer. Extrêmement populaire, ce duo de photographes impose son esthétique pop avec des mises en scène complexes, éclairées à la lampe de chevet.

Ne pensez pas voir Coste sans Billy ou inversement, ces deux-là sont très liées et ne s’expriment que d’une seule voix. Leurs parcours sont pourtant très différents. La Blonde, c’est Coste. D’origine bordelaise, 25 ans, elle commence la photographie à 13 ans. « Petite, je pleurais quand on me prenait en photo, le rapport à l’image était compliqué. Puis j’ai commencé à photographier mes nounours, des gens de ma famille. Cela a très bien fonctionné sur Facebook, et à 14 ans, je vivais de cela. Mais tout était compliqué, je me sentais souvent en colère. J’ai fait un bac pro photo, mais issue d’une fratrie de 11 enfants, j’ai dû me débrouiller seule. » La Brune, c’est Billy. Parisienne de 29 ans, assez réservée et passionnée de théâtre, elle cherche à en faire son métier, mais renonce face à la dureté du milieu. Elle se réoriente en design graphique et rêve de travailler pour l’agence Publicis, qui lui semble alors le Graal absolu. C’est lors de leurs formations respectives dans la même école que les deux jeunes femmes se rencontrent, pour ne plus se quitter.

© Coste et Billy© Coste et Billy

Billy a souvent les idées, et Coste les traduit visuellement. En 2017, elles publient leurs premières images sur Instagram : le succès est immédiat. Elles comptent 222 000 followers sur leur compte ! Très vite, Coste et Billy reçoivent des particuliers qui souhaitent être photographiés par 
le binôme. « Nous recevions les gens
 dans notre appartement, à Paris,
et souvent ils nous livraient des 
histoires très lourdes. Cela faisait
 partie du portrait, mais cela s’est
 révélé difficile à vivre. » Une de leurs
 stagiaires leur souffle alors de réaliser 
des portraits d’influenceuses et convainc Style Tonic (étudiante très suivie sur les réseaux, basée à Lyon) de poser pour le duo. La photo rencontre un grand succès, et d’autres influenceuses suivent le mouvement.

Leur style peut parfois évoquer l’univers de Pierre et Gilles, mais ce n’est pas leur avis. Leur technique d’éclairage est singulière, elles n’ont recours qu’à des lampes de chevet et ne voudraient pour rien au monde utiliser de flash. Chez Coste et Billy, la sexualité n’est pas taboue, mais elle est traitée avec poésie et douceur, dans un univers glossy et glamour. Netflix leur a confié la réalisation d’une photo d’Emma Mackey pour la série Sex Education. « Ils parlaient tous anglais, nous pas trop, mais ça s’est très bien passé », racontent-elles. Depuis, les collaborations et les demandes se multiplient. « Nos envies grandissent, on aimerait faire des campagnes de pub, des expos, des livres, réaliser des vidéos, et pourquoi pas un film… » La force qui se dégage de ce duo fusionnel laisse peu de doute quant à la réussite de leurs projets. Retenez leur nom, elles n’ont pas fini de nous surprendre.

© Vittorio Biscaro / Fisheye l’Agence

© Coste et Billy© Coste et Billy
© Coste et Billy© Coste et Billy

© Coste et Billy

Explorez
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
05:07
© Fisheye Magazine
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Zoé Chauvet croise le documentaire et l'abstraction et tisse les liens du corporel au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
© Roman Jehanno / Instagram
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
Vous êtes photographe ou vous souhaitez le devenir ? Vous avez des questions sur cette profession qui fait rêver, mais ne savez pas où...
29 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Hippolyte MACAIRE, Louis Cyrus MACAIRE, Navire quittant le port du Havre, 1851, daguerréotype, 15 x 11 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Dans le cadre de la 5e édition du festival pluridisciplinaire Normandie Impressionniste, le MuMa – Musée d’art moderne André Malraux au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
28 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina