Covid-19, le fantôme de Shanghaï

10 mars 2020   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Covid-19, le fantôme de Shanghaï

De nombreuses zones géographiques sont en quarantaine, les frontières bloquées. Plus de 100 000 cas ont été recensés dans le monde. Le coronavirus hante les esprits. Dans 一个人城市 One Person City, Nicoco photographie la ville de Shanghaï vidée de toute humanité, ou presque.

« 一个人城市 One Person City est une série complètement improvisée. J’étais curieux de savoir comment une grande ville internationale, trois fois plus peuplée que New York, allait réagir face à l’incertitude du Covid-19. J’ai trouvé à Shanghaï un vide étonnant », explique Nicoco. Installé dans cette ville la plus peuplée de Chine depuis plus de six ans, ce photographe américain documente la métropole en quarantaine. Et ses clichés sont visibles sur son compte Instagram. « C’est une expérience surréaliste, comme un plateau de cinéma vide dont personne ne connaît le scénario », résume-t-il. 

Au quotidien, des millions de personnes arpentent les rues de Shanghaï. « C’est une ville étonnante où l’on voit, par exemple, dans des parcs, des séniors en survêtement faire de la danse », confie Nicoco. Depuis l’arrivée du coronavirus, la ville connaît une mise en pause radicale : « Mon expérience de la vie à Shanghaï pendant l’épidémie ?  L’isolement. Un “Où est Charlie?” avec des millions de personnes. Il y a beaucoup d’anxiété dans l’air », ajoute l’Américain. Aucune voiture ne circule sur les grands axes routiers, et les centres commerciaux et les lieux touristiques sont désertés. L’artiste dénonce la désinformation qui se propage rapidement et fait naître un sentiment de terreur chez les habitants.

© Nicoco

Apocalypse et discordance

Plus qu’une simple série visuelle, 一个人城市 One Person City souligne des faits relevant de racisme. « On reproche aux Chinois d’être responsables de la propagation de la maladie. Or, il n’y a aucune raison de craindre les asiatiques. Un vieil homme est mort dans le quartier chinois à Sydney parce que les passants avaient peur de lui faire un massage cardiaque », rappelle Nicoco agacé. Il expose une autre triste vérité : le privilège des classes. Ses clichés dévoilent seulement des agents d’entretien, des caissières, et des concierges. En résumé, des travailleurs issus d’une classe financière moins aisée obligés de se rendre sur leur lieu de travail. Comme cette femme de ménage nettoyant le sol déjà propre d’un centre commercial sans client…

L’artiste se montre néanmoins rassurant sur l’état de Shanghaï : « Même si de nombreuses entreprises risquent de ne jamais rouvrir, il y a de plus en plus de voitures et de personnes qui circulent ces derniers jours. La ville redevient comme avant et commence à délaisser son statut de cocotte-minute anxieuse ». Une série d’images où l’angoisse de la solitude se mêle à la psychose du Covid-19.

© Nicoco

© Nicoco

© Nicoco© Nicoco
© Nicoco© Nicoco

© Nicoco

© Nicoco

Explorez
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
16 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
15 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les expositions photo à découvrir cet été !
Paris, 1967 © Joël Meyerowitz
Les expositions photo à découvrir cet été !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
14 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
© Laura Lafon Cadilhac
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
Cette semaine, plongée dans l'œil de Laura Lafon Cadilhac. La cofondatrice du collectif Lusted Men nous parle d’une orgie végane et de sa...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
17 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
17 juin 2024   •  
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
16 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill