« Crépuscules » : quand Guillaume Herbaut dialogue avec Eugène Trutat

09 mars 2023   •  
Écrit par Milena Ill
« Crépuscules » : quand Guillaume Herbaut dialogue avec Eugène Trutat

Présentée dans le cadre de la Résidence 1+2 Factory, l’exposition Crépuscule[s]. Conversations avec Eugène Trutat se tiendra du 13 avril au 14 mai prochain au Château d’Eau. Ce nouveau projet transversal de Guillaume Herbaut allie, comme le veut l’événement toulousain, photographie et sciences.

Avec l’exposition Crépuscule[s]. Conversations avec Eugène Trutat, Guillaume Herbaut nous invite à nous intéresser aux paysages photographiques du pyrénéiste, zoologue, et premier conservateur puis directeur du Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse. À partir de ces œuvres, et comme la Résidence 1+2 l’exige, le photojournaliste a voulu composer un dialogue entre photographie et science – en particulier la taxidermie – afin de redéfinir les contours visuels et sensibles d’un nouveau rapport au monde. L’artiste se focalise en particulier sur la région du Luchonnais, et s’appuie sur une diversité de supports : archives, paysages ou encore natures mortes. L’occasion également d’expérimenter avec les possibilités esthétiques de la photographie. Le travail documentaire et artistique de Guillaume Herbaut converse ainsi avec les images d’un grand précurseur de la photographie de la fin du 19e siècle.

© Eugène Trutat / Courtesy of Résidence 1+2 Factory

© Eugène Trutat / Courtesy of Résidence 1+2 Factory

Des époques de bouleversements

Membre de l’Agence VU’, Guillaume Herbaut est parti d’un constat simple pour réaliser son projet : il est nécessaire de renouveler les formes créatives pour mieux comprendre les enjeux du monde contemporain et agir face à ces derniers. Notre entrée dans une nouvelle ère historique, liée au changement climatique et à des conflits européens incertains, entre également en résonance avec l’époque dont Eugène Trutat a été témoin. « [Il] a[vait] vécu dans un monde de découvertes protéiformes dans lequel les sciences cautionnaient bien des expériences humaines, pour le meilleur et pour le pire », explique Philippe Guionie, commissaire de l’exposition et directeur de la Résidence 1+2, présentée en collaboration avec le Museum de Toulouse.

Depuis 2016, l’événement toulousain se définit comme un « laboratoire d’idées et une fabrication des possibles ». Ses actions encouragent les artistes à créer des contenus visuels novateurs sur des territoires de proximité. Une ligne directrice qui a naturellement intéressé Guillaume Herbaut. Ce n’est pas la première fois que le photojournaliste s’intéresse à des lieux chargés d’histoire en s’interrogeant sur leurs symboles, leur mémoire et les drames invisibles qui les habitent. Ses photographies, exposées notamment au Jeu de Paume, à la Maison rouge et dans de nombreux festivals, parviennent à illustrer avec subtilité la complexité des conflits présents dans les villes de Tchernobyl, d’Auschwitz, de Nagasaki ou encore d’Ukraine, plus récemment. Dans un épisode de notre série Focus, il est d’ailleurs revenu sur son livre Ukraine, terre désirée, qui retrace vingt ans de voyage sur le territoire, et raconte la résistance et les combats de la jeunesse qui l’habite.

© Guillaume Herbaut / Courtesy of Résidence 1+2 Factory© Guillaume Herbaut / Courtesy of Résidence 1+2 Factory
© Guillaume Herbaut / Courtesy of Résidence 1+2 Factory© Guillaume Herbaut / Courtesy of Résidence 1+2 Factory

© Guillaume Herbaut / Courtesy of Résidence 1+2 Factory

Explorez
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
© Zachary James / Instagram
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
Laissez-vous mettre à terre par notre sélection Instagram #458 ! Cette semaine, nous mettons à l'honneur les sols, terrestres ou...
11 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger et Milena Ill
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
© Wayan Barre
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
Cette semaine, plongée dans l’œil de Wayan Barre. Installé depuis plusieurs années en Louisiane, le photographe français s’est intéressé...
03 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Last Paradise : l’odyssée cinématographique de Kourtney Roy et Mathias Delplanque
© Kourtney Roy
Last Paradise : l’odyssée cinématographique de Kourtney Roy et Mathias Delplanque
Lauréat·e·s de la 6e édition du Prix Swiss Life à 4 mains, la photographe Kourtney Roy et le compositeur Mathias Delplanque lèvent le...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
21 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin