Desiré van den Berg : « Réalités »

17 août 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Desiré van den Berg : « Réalités »

« Lorsque j’avais 14 ans, je collectionnais les photographies de dizaines de magazines. Je les accrochais sur les murs de ma chambre, jusqu’au plafond ». Si Desiré van den Berg ne commence la photographie qu’en 2011, son intérêt pour l’image naît dès son adolescence. Photographe autodidacte et linguiste, Desiré puise son inspiration dans la philosophie, et tente de représenter sa propre vision de la réalité. « J’ai toujours été fasciné par la pensée post-moderne, et les théories qui remettent en question une vérité objective », explique-t-elle. « J’essaie chaque jour de me souvenir qu’il n’y a pas qu’une version du réel ». Ses clichés aux tons chauds présentent un univers intime et curieux, rempli de détails insolites et d’envolées poétiques. « Lorsque je regarde une photo, j’ai l’impression que mes autres sens réagissent », confie l’artiste. « Avez-vous déjà eu l’impression de sentir quelque chose en l’observant ? De ressentir sa chaleur ? Des images vous ont-elles déjà fait frissonner ? » Sensuelles et énigmatiques, les images de Desiré donnent à voir des instants familiers, des souvenirs enfouis dans sa mémoire. Un journal photographique et sensoriel.

© Desiré van den Berg© Desiré van den Berg
© Desiré van den Berg© Desiré van den Berg
© Desiré van den Berg© Desiré van den Berg

© Desiré van den Berg

© Desiré van den Berg© Desiré van den Berg
© Desiré van den Berg© Desiré van den Berg
© Desiré van den Berg© Desiré van den Berg

© Desiré van den Berg

© Desiré van den Berg

Explorez
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
© Jacques Sonck / Courtesy Gallery FIFTY ONE
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
La 8e édition du Photo Brussels Festival vient d’ouvrir dans la capitale européenne. Avec au menu 56 expositions réunissant 300 artistes...
07 février 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
© Karolina Wojtas
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
Paysages japonais, matchs de catch mexicains, guerre centenaire, religions futuristes, soirées érotiques, amitiés artificielles… Comme...
07 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Dans Élan, Nico Therin ancre les « moments d’apesanteur »
© Nico Therin
Dans Élan, Nico Therin ancre les « moments d’apesanteur »
Influencé par l’écriture documentaire, Nico Therin trouve l’inspiration dans la narration des moments ordinaires, ceux qui charment par...
02 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill