Dites « cheese »… ou pas

15 mars 2016   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Dites "cheese"... ou pas
Pourquoi les gens ne sourient pas sur les photos de l’époque victorienne ?

Vous êtes vous déjà demandé pourquoi, entre le milieu du 19e siècle et le début du 20e, aucun sourire ne se dessine sur les visages ? Le site américain Vox a réalisé une vidéo explicative, ludique et pleine d’humour pour expliquer en trois minutes la morosité des clichés de l’époque.

L’explication la plus évidente est d’ordre technologique. À l’époque le procédé le plus usité était le daguérréotype, qui imposait un temps de pose très long en raison d’un temps d’exposition tout aussi long. Difficile de garder le sourire pendant trente minutes voir plus. Autre explication : l’influence de la peinture académique. Le portrait à l’époque, était une forme de représentation noble et solennelle détachée de l’instant présent.

La photographie n’était pas non plus considérée comme un art à part entière, en ce sens qu’on ne la distinguait pas comme une forme de représentation bien différente de la peinture. D’ailleurs comme la peinture, la photographie avait un intérêt post-mortem : il fallait immortaliser le modèle.

Photographier un sujet après sa mort, comme de son vivant, était une façon de l’inscrire dans la postérité. Enfin à l’époque victorienne le sourire n’avait pas bonne réputation : bien que ce soit difficile à prouver, il était considéré comme l’apanage des idiots. Pourtant, comme le démontre ce compte Flickr, l’exception confirme la règle : le sourire n’était pas un tabou.

(via Vox)

Explorez
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Glauco Canalis : une allumette pour tout embraser
© Glauco Canalis
Glauco Canalis : une allumette pour tout embraser
Photographe italien résidant à Londres, Glauco Canalis présente The Darker the Night, the Brighter the Stars [Plus la nuit est sombre...
10 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill