Dolores Medel : sur les rivages de l’enfance

04 octobre 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Dolores Medel : sur les rivages de l'enfance
© Dolores Medel

Dans Hacemos nuestro río, un projet à plusieurs voix, Dolores Medel nous offre un voyage onirique sur les berges du fleuve Papaloapa au Mexique. Une évasion au cœur d’une nature rassurante, foyer de petits bonheurs et témoin de grandes évolutions personnelles.

© Dolores Medel
© Dolores Medel

Là, sur les bords du Papaloapa, le calme est plat, les nuages et la végétation environnante paraissent se déposer sur l’eau, créant sur cette dernière un reflet envoûtant. C’est sur ce même fleuve, l’un des plus grands et des plus célèbres du Mexique que Dolores Medel s’est penchée afin de réaliser Hacemos nuestro río, un projet collaboratif faisant dialoguer plusieurs photographes, auteurices et artistes pluridisciplinaires. « Les photos ont été prises par Enero y Abril et moi-même, celles que je présente ici sont les miennes, et les poèmes sont d’Adolfo Córdova, ainsi que les illustrations de Cuauhtémoc Wetzka. À l’origine, il s’agissait d’une idée de la conservatrice Catalina Pérez Meléndez, tournant autour de la relation qui s’établit entre l’enfance et le fleuve Papaloapan, qui en nahuatl (langue amérindienne parlée au Mexique) signifie “fleuve des papillons”», explique-t-elle.

Ayant commencé la photographie à l’âge de 17 ans aux côtés d’un photographe de sa ville natale, Dolores Medel obtient quelques années plus tard un diplôme en communication et se lance dans un cursus photographique au Centro de la Imagen à Mexico ainsi qu’au San Agustin Arts Center, à Oaxaca. Aujourd’hui, l’artiste articule son travail documentaire et plasticien autour de thématiques diverses mais interconnectées : l’histoire de l’Amérique latine, les émotions humaines, les histoires de filiation, ainsi que la mer et ce qu’elle implique en termes de migration, d’identité et de conservation. En accord avec ses valeurs artistiques, elle a alors contribué à proposer ce récit visuel d’un territoire en flottaison.

© Dolores Medel
© Dolores Medel
© Dolores Medel
© Dolores Medel

Voyage au bord de l’insouciance

« Nous souhaitions proposer une sorte de voyage le long des berges de la rivière. Nous avons visité plusieurs des villes qu’elle traverse et nous avons rencontré des garçons et des filles de tous âges qui y vivent et se souviennent de leurs aventures sur la rivière », explique-t-elle. À mesure de ses rencontres, elle capte les visages des jeunes habitant·es, les laisse prendre part au processus créatif, en leur proposant de colorier sur ses images imprimées en noir et blanc. Portraits et horizons se mélangent, et les couleurs qui parent les photos révèlent des perceptions nouvelles du fleuve. Dans cet univers mêlant les saisons, les nuances d’un environnement salvateur, d’une enfance heureuse ou parfois aride, c’est toute la sensibilité de Dolores Medel qui se lit. « Mon monde visuel est parfois un peu chaotique, mais la plupart du temps, il est plutôt calme et introverti. Je suis très solitaire et j’ai besoin d’espace et de temps pour réfléchir et me détendre, ce qui me permet ensuite de me plonger pleinement dans le travail. Dans mes projets, j’essaie de créer un espace artistique qui implique les choses qui me fascinent et qui m’effraient également : l’océan, le passé, le voyage dans le temps, la possibilité de changer/fictionnaliser des histoires à travers mes photos, de matérialiser des images que je vois dans mes rêves. Connaître ma famille et donc mon identité, connaître leur monde et leurs souvenirs ».

À travers les pas, et la voix des jeunes gens qu’elle côtoie, une histoire douce se construit. Elle n’est plus le fruit d’une expérience subjective, mais frôle les océans de l’universel. Si elle appartient à tous les enfants qui bordent le fleuve, le découvre, y jouent, déposent leurs cris, pleurs, rires et larmes, c’est surtout l’histoire d’un fleuve qui coule, circule, s’enfuit et se recycle pour irriguer la vie.

© Dolores Medel

© Dolores Medel
© Dolores Medel
© Dolores Medel
Explorez
La sélection Instagram #463 : tout feu tout flamme
© Anass Ouaziz / Instagram
La sélection Instagram #463 : tout feu tout flamme
Le soleil brûle dans notre sélection Instagram de la semaine. Les flammes se déchaînent, les briquets s’allument, et les lueurs rouges...
16 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les images de la semaine du 01.07.24 au 07.07.24 : cap sur Arles !
© Joachim Haslinger, Tribute to Egon Schiele, 2022 courtesy www.atelierjungwirth.com
Les images de la semaine du 01.07.24 au 07.07.24 : cap sur Arles !
C’est l’heure du récap‘ ! Cette semaine, Fisheye se plonge dans la 55e édition des Rencontres d'Arles et revient sur quelques-unes de ses...
07 juillet 2024   •  
Écrit par Milena Ill
La vitalité des ama se diffuse dans le langage visuel d'Uraguchi Kusukazu
© Uraguchi Kusukazu. Au large, 1974. Avec l’aimable autorisation d’Uraguchi Nozomu.
La vitalité des ama se diffuse dans le langage visuel d’Uraguchi Kusukazu
Des photographies inédites de la monumentale archive d’Uraguchi Kusukazu prennent vie aux Rencontres d’Arles. Le photographe japonais a...
04 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
Il y a 4 heures   •  
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l'histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Yevonde Middleton Vivex, *John Gielgud as Richard II in 'Richard of Bordeaux'*, 1933 by colour print NPG x11658. © National Portrait Gallery, London
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l’histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Jusqu’au 18 novembre, les 1 200 mètres carrés du deuxième étage du Centre Pompidou-Metz se transforment en une promenade temporelle pour...
20 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
© Ludivoca De Santis
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
Collections d’images venues de rêves lucides, Onironautica de Ludovica De Santis interroge, au travers de mises en scène intrigantes...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas