Dominique Teufen : « My travel through the world on my copy machine »

Dominique Teufen : « My travel through the world on my copy machine »

Papier, coton, sucre, farine, café… Dominique Teufen utilise ce qui lui tombe sous la main pour construire des images qui vont l’étonner.

Sur l’écran de sa photocopieuse, elle dispose les ingrédients de son quotidien, n’hésitant pas à récupérer dans sa poubelle un bout de plastique ou de papier, et à le faire brûler au besoin. Elle plie les surfaces, joue avec les volumes, abaisse ou relève le couvercle de sa machine, fait varier la lumière et déclenche le copieur en appuyant sur un bouton comme sur le déclencheur d’un appareil photo. Son écriture produit des paysages qui nous rappellent les montagnes de sa Suisse natale, mais il n’en est rien.

Née à Davos en 1975, l’artiste, qui vit et travaille à Zurich, n’essaie pas de reproduire ou de prévisualiser une image. Elle se laisse plutôt guider par les matériaux et le jeu avec la machine pour composer ses paysages imaginaires. « La photographie n’est pas utilisée comme moyen de rendre la réalité aussi précise que possible, mais pour nous duper et pour interroger nos certitudes », précise Stefano Stoll, conseiller artistique de la 24e édition du prix HSBC, que Dominique Teufen vient de remporter, aux côtés de Nuno Andrade. Ce portfolio est à retrouver dans notre dernier numéro.

 

Dominique Teufen et Nuno Andrade, lauréats du prix HSBC 2019

Du 10 avril au 18 mai 2019

Galerie Clémentine de la Féronnière,

51, rue de Saint-Louis-en-l’Île, à Paris 4e

 

Cet article est à retrouver dans Fisheye #35, en kiosque et disponible ici.

© Dominique Teufen

© Dominique Teufen

© Dominique Teufen

© Dominique Teufen© Dominique Teufen
© Dominique Teufen

© Dominique Teufen© Dominique Teufen

© Dominique Teufen

Explorez
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet