Douceur glaciale : les mirages picturaux d’Éloïse Labarbe-Lafon

10 février 2022   •  
Écrit par Ana Corderot
Douceur glaciale : les mirages picturaux d’Éloïse Labarbe-Lafon

Individus esseulés bercés par les effrois du passé, horizons chimériques aux couleurs antiques. Éloïse Labarbe-Lafon créée avec délicatesse, des œuvres aux textures granuleuses, qui nous abandonnent à la mélancolie.

 « J’ai pour volonté de créer des mondes fictifs, sensibles, intimes et fantastiques. Je les pare de tonalités douces et donne aux images un aspect hors du temps et onirique. Les instants capturés sont tous différents, mais rassemblés, ils se répondent pour ne faire qu’un. Mon univers est empreint d’une atmosphère nostalgique. Je souhaite que mon œuvre ressemble à une carte postale des années 1900, aux couleurs d’un monde imaginaire »

. C’est en ces mots qu’Éloïse Labarbe-Lafon décrit son univers artistique. Diplômée de la Sorbonne en histoire de l’art — avec une spécificité pour la couleur dans le cinéma expérimental — la Toulousaine d’origine s’est essayée au 8ème art dès l’adolescence. Fascinée par la magie du développement photographique, elle décide ensuite d’explorer le procédé de peinture sur images. « Je me suis mise à tout colorer, avec mes doigts, des pinceaux, des cotons. Aujourd’hui, je n’ai plus qu’une envie, c’est donner au monde les couleurs qui sont miennes », affirme-t-elle

© Éloïse Labarbe-Lafon

La couleur pour raconter le monde

Pareilles à des fables d’antan, ses œuvres dévoilent des personnages aux moues esseulées, paraissant divaguer au gré de tourments lointains. Prise dans un flux artistique instinctif, la photographe appose sur ses images « ses » propres couleurs, aux contrastes et lumières personnalisées. Plus que tout, elle part puiser dans ses émotions pures pour créer de nouveaux mondes, aux coloris détournés, assombris ou saturés. « Le moment de l’application de la peinture est très apaisé, je peins souvent la nuit quand la ville dort enfin. J’adore peindre la peau, ajouter du pigment sur les joues, j’y vois quelque chose d’intime, une sensualité chromatique », déclare-t-elle.

Comme happés dans une histoire, dont on ne connaît ni le commencement ni la fin, ses protagonistes semblent s’apaiser dans des étreintes lascives, distantes : inaccessibles. Les corps et visages, aux teintes singulières, semblent venir d’une époque illusoire, réinventée.

© Éloïse Labarbe-Lafon

De la « préciosité de l’image »

Disant s’inspirer de la photographie préraphaélite (mouvement artistique né en Angleterre en 1948, influencé par la peinture des maîtres italiens prédécesseurs de Raphaël), du pictorialisme (photographie entre 1890 et 1914), et de sa petite sœur Adèle – devenue muse – elle réalise des tableaux au vocabulaire intime, où la réalité ne peut-être que subjective. « J’ai besoin de m’évader du réel pour l’approcher. Je suis aussi à la recherche de la préciosité de l’image, de l’objet » avoue-t-elle. Une à une, ses mises en scène invitent à la narration et nous rappellent quelquefois l’atmosphère pénétrante de Sarah Moon. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si elle tient l’artiste « alchimiste », comme une influence majeure de son art. « Sarah Moon fait partie de mes premiers coups de cœur photographique. Son travail me touche, la froide douceur de son univers me parle. J’adore aussi ses films de contes. Je n’oserai jamais me comparer à elle, mais je me retrouve en effet dans ses images, dans les univers fictifs qu’elle invente, dans la nostalgie sous-jacente à son œuvre, l’indétermination temporelle », confie-t-elle. Tels des mirages picturaux, les créations d’Éloïse Labarbe-Lafon caressent notre curiosité et s’offrent à nous comme des récits symboliques de notre existence.

© Éloïse Labarbe-Lafon© Éloïse Labarbe-Lafon

© Éloïse Labarbe-Lafon

© Éloïse Labarbe-Lafon© Éloïse Labarbe-Lafon

© Éloïse Labarbe-Lafon

© Éloïse Labarbe-Lafon© Éloïse Labarbe-Lafon

© Éloïse Labarbe-Lafon

© Éloïse Labarbe-Lafon© Éloïse Labarbe-Lafon

© Éloïse Labarbe-Lafon

© Éloïse Labarbe-Lafon© Éloïse Labarbe-Lafon

© Éloïse Labarbe-Lafon

© Éloïse Labarbe-Lafon© Éloïse Labarbe-Lafon

© Éloïse Labarbe-Lafon© Éloïse Labarbe-Lafon

© Éloïse Labarbe-Lafon

Explorez
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
© Julian Slagman
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
Projet au long cours, Looking at My Brother déroule un récit intime faisant éclater la chronologie. Une lettre d’amour visuelle de Julian...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Rafael Medina : corps libres et désirés 
© Rafael Medina
Rafael Medina : corps libres et désirés 
En double exposition, sous les néons des soirées underground, Rafael Medina développe un corpus d'images grisantes, inspirées par les...
27 juin 2024   •  
Écrit par Anaïs Viand
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
© Nanténé Traoré, Late Night Tales, 2024 / Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
26 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Gangs de chats, pigeons dérobés ou espions : ces séries de photos sur les animaux
© Chloé Lamidey
Gangs de chats, pigeons dérobés ou espions : ces séries de photos sur les animaux
Chiens, chats, ours, éléphants ou encore pigeons, apprivoisés, sauvages ou même espions, parmi les séries présentées sur les pages de...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #464 : à vos marques, prêt·e, partez !
© Scott Boldt Lotz / Instagram
La sélection Instagram #464 : à vos marques, prêt·e, partez !
Le compte à rebours est lancé. Dans trois jours, les Jeux olympiques de Paris 2024 s’ouvriront sur la Seine. Pour marquer cet événement...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
© Juliette-Andréa Élie, œuvre réalisée dans le cadre d'une résidence au musée Nicéphore Niépce
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
Cette semaine, plongée dans l’œil de Juliette-Andréa Élie. Au moyen de diverses techniques, la photographe et plasticienne compose des...
22 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
22 juillet 2024   •