Du grand reportage à la carte

Du grand reportage à la carte
C’est une nouvelle plateforme qui vient de se lancer : “World Photo Report” met en avant des grands reportages photo, à travers une offre à la carte ou par abonnement. Un mode de consultation original, où les photographes sont rémunérés en fonction du nombre de personnes qui regardent leurs travaux.

Vincenzo Corleto est un amoureux de l’image. Un accro du grand reportage et du photojournalisme. Touché par l’émotion et les informations que les photographies transmettent, il parcourt les festivals, Visa pour l’image et d’autres, afin d’assouvir sa passion. Recherchant sur Internet un site pour satisfaire sa curiosité et ne le trouvant pas, il vient de l’inventer. Il s’appelle World Photo Report et a ouvert début février.

© Capture d'écran / www.worldphotoreport.com
© Capture d’écran / www.worldphotoreport.com

Accessible sur ordinateur, tablette et smartphone, cette nouvelle plate-forme permet de consulter en intégralité et en mode plein écran des reportages composés d’une quarantaine d’images réalisées par des photojournalistes professionnels. Une demi-douzaine de sujets seront proposés à l’ouverture, parmi lesquels un reportage sur la frontière syrienne par Bulent Kilic (AFP), Les pêcheurs acrobates du Mékong de Suthep Kritsanavarin (Cosmos), les coulisses du tournage du dernier film de Marilyn Monroe, The Misfits (Les Désaxés), par Eve Arnold (Magnum), ou encore les images historiques des premiers pas sur la Lune. Dans les semaines qui suivent, on pourra aussi découvrir des reportages de Robert Capa, Steve McCurry, Kate Brooks, Christophe Calais… Pour comprendre la navigation et le fonctionnement de ce nouveau service sans publicité, le plus simple est encore de l’essayer. Ce qui est possible grâce au sujet d’Elena Chernyshova sur la ville russe de Norilsk, située à 400 km au-dessus du cercle polaire, reportage offert en libre accès.

« L’éclectisme et la diversité des reportages et de leurs sources sont un point essentiel du projet », précise Vincenzo Corleto, qui est déjà arrivé à convaincre de grosses pointures du métier de le suivre dans cette aventure éditoriale. Il faut dire que le créateur de la plate-forme semble avoir bien ficelé son projet et anticipé pas mal de questions sensibles. Les photos ne seront pas téléchargeables par les abonnés et les droits d’auteur feront l’objet d’un soin attentif […].

© Capture d'écran / www.worldphotoreport.com
© Capture d’écran / www.worldphotoreport.com

Photographes d’agence et indépendants

La ligne éditoriale s’attachera à présenter des reportages photo au long cours, faisant l’objet d’une construction et d’une narration assumées. Seront exclus le people, le hot news et la politique au profit de sujets de fond constituant d’une certaine manière « un deuxième temps de lecture de l’actualité ». Aux reportages graves et engageants s’ajouteront des sujets plus légers, sur les voyages et la nature notamment. Les photographes indépendants ou les membres d’agence seront invités à proposer leurs sujets, que l’équipe de World Photo Report se réservera de mettre en ligne ou pas. Quatre nouveaux reportages seront publiés chaque mois – un par semaine – pour les abonnés (5,5 €/mois), mais on pourra aussi ne consulter qu’un sujet occasionnellement (pour 1,99 €) – les abonnés ayant le privilège de consulter les sujets qu’ils veulent quand ils le veulent, les acheteurs occasionnels seulement durant 30 jours…

L’intégralité de cet article est à retrouver dans Fisheye #17, actuellement en kiosque !

Explorez
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
© Maurine Tric
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les photographes mis·es en avant par Fisheye ont en commun de transmettre des valeurs de soin et...
18 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina