En fête et contre tous

19 mai 2022   •  
Écrit par Ana Corderot
En fête et contre tous

Sur le compte Instagram de curation photographique tough luck, la scène underground brille au rythme des flashs argentiques. Jeunesse en émoi, foule en délire… Immersion dans les coulisses emplies d’ivresse, du monde de la nuit.

Lieu de transgression, exutoire ou théâtre d’excès, le monde de la nuit attire et inspire autant qu’il effraie et – parfois – consterne. Pour Jordan Taylor, curateur indépendant, originaire de Newcastle, l’univers des raves party n’a plus de secrets. « Je crois que mon premier souvenir de fêtes remonte à mes 12 ou 13 ans. En Angleterre la consommation d’alcool débute assez jeune, on commence à aller en soirée chez les parents d’amis lorsqu’ils ne sont pas là, ou l’on se retrouve en douce dans des parcs à la tombée de la nuit », se souvient ce grand amateur de musique électronique avec amusement. En véritable amoureux du 8e art et du milieu alternatif, il lance en août 2020 ­− mois de l’apogée du confinement en Angleterre − un compte Instagram collaboratif de photographies argentiques : @toughluckuk. L’idée ? Archiver l’imagerie de la culture underground et partager l’essence de ces évènements à travers des instantanés bruts, parfois trash, mais grandement authentiques.

Rêver en rave  

Depuis son lancement en 2020, tough luck diffuse son lot de scènes débridées et comptabilise aujourd’hui 39 700 abonnés. Amateurs ou professionnels, des photographes du monde entier soumettent leurs créations. « Je trouve intéressant de voir des sourires, des visages et des caractères finalement assez similaires. C’est prouver que nous sommes tous liés par cette joie dans la fête », explique-t-il. C’est également le ressenti d’Isabel Farrington − alias @bel___lens sur Instagram − étudiante dublinoise de 21 ans et photographe amatrice. « Lors du premier confinement, alors que les clubs étaient fermés et qu’il n’y avait pas grand-chose à faire, on s’est mis à fréquenter des raves illégales entre amis. J’ai testé le point and shoot pour capturer l’expérience et en garder des souvenirs impérissables », affirme-t-elle. Participante et témoin active de cette vie nocturne décomplexée, elle conçoit le médium comme un moyen de se connecter à autrui, de s’intégrer à la foule sans mettre les sujets mal à l’aise tout en restant dans l’élan festif. « Ce qui me plaît dans la photographie argentique ? L’émotion brute. J’aime figer la joie, la libération sans entrave, sans poses ni ressentis factices », ajoute-t-elle.

© @hypocean / Instagram© @thepowershit / Instagram

© à g. @hypocean, à d. @thepowershit / Instagram

Danser pour mieux transgresser  

En pleine pandémie, le compte Instagram tough luck partageait les images des soirées illégales qui avaient lieu en sous-terrain. Ce flux visuel et intempestif permettait de dévoiler un besoin cruel de reprendre une vie normale, la nécessité de s’amuser sans contraintes. Dans la culture underground, tout tend à se défaire des codes aliénants de notre société. La nuit devient alors un espace libéré, fluide où les mœurs et les normes –quelques qu’elles soient – sont abolies. Et dans les clichés repostés par Jordan Taylor, les portraits figent des fragments d’évasion collective incisifs et crus. Corps en transe, amours éphémères, visages hurlant de joie ou de plaisir… Tout ici brûle de vie.

Mais derrière ces visages d’une jeunesse extravertie se cache aussi une violence avérée, volontaire ou forcée. C’est celle d’une consommation outrancière d’alcool ou de stupéfiant, comme pour échapper à la réalité. C’est également celle que de nombreuses personnes subissent à leur insu en soirées, en étant droguées ou harcelées. « Le monde de la nuit n’est certainement pas un lieu sûr. J’ai entendu tellement d’histoires d’agressions sexuelles ou de discrimination. Cependant, je n’en ai jamais été témoin ni victime. Les personnes ont tendance à penser que les raves sont des espaces effrayants et dangereux. De mon expérience, j’y ai surtout croisé des gens qui s’y regroupaient par amour de la musique », explique Isabel Farrington.

Et dans ce milieu marginalisé, souvent condamné, règne un air d’émancipation. Réunis autour d’un amour inconditionnel pour la fête et un dans un sentiment de communauté, chacun désire − l’espace d’une line up léchée − célébrer et danser jusqu’à en oublier le jour et son obscurité.

© @_erinhanna / Instagram© Isabel Farrington

© à d. @_erinhanna / Instagram, à g. Isabel Farrington

© @carlabaklava / Instagram© @andrewalkr / Instagram

© à g. @carlabaklava, à d. @andrewalkr / Instagram

© @hypocean / Instagram

© @hypocean / Instagram

© @noaaarch / Instagram© @almostdecent / Instagram© @almostdecent / Instagram

© à g. @noaaarch, à d. @almostdecent / Instagram

© Isabel Farrington

© Isabel Farrington / @bel____lens

© @_erinhanna / Instagram© @almostdecent / Instagram

© à d. @_erinhanna, à g. @almostdecent / Instagram

© @danitejedera / Instagram

© @danitejedera / Instagram

© @theoscarlozada / Instagram© @hypocean / Instagram

© à g. @theoscarlozada, à d.@almostdecent / Instagram

© Isabel Farrington© Isabel Farrington

Image d’ouverture © Isabel Farrington / @bel____lens

Explorez
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
© doongood_666 / Instagram
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
Un petit somme à l’ombre d’un pommier ou un rêve érotique dans un love hotel, les artistes de notre sélection Instagram de la semaine...
18 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
17 juin 2024   •  
Dans l'œil d'Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d'Ardèche
© Anne-Laure Étienne, Cindy
Dans l’œil d’Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d’Ardèche
Cette semaine, plongée dans l’œil d'Anne-Laure Étienne, qui met son regard aiguisé et ses mises en scène colorées au service des arts...
10 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
© Kimbra Audrey
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
Kimbra Audrey est une artiste américaine qui vit à Paris. Dans son regard, faire le portrait d'elle-même devient une manière de redéfinir...
07 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Last Paradise : l’odyssée cinématographique de Kourtney Roy et Mathias Delplanque
© Kourtney Roy
Last Paradise : l’odyssée cinématographique de Kourtney Roy et Mathias Delplanque
Lauréat·e·s de la 6e édition du Prix Swiss Life à 4 mains, la photographe Kourtney Roy et le compositeur Mathias Delplanque lèvent le...
22 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
21 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin