Face à la nébuleuse

14 septembre 2016   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Face à la nébuleuse
L’histoire se déroule dans une ancienne république soviétique, le Faristan. Mais le lieu ici importe peu finalement. Réalisée par le photographe belge Matthieu Litt entre 2013 et 2015, “Horsehead Nebula” est une contemplation. La contemplation d’un ailleurs pur, immobile, où les paysages sont grandioses et les humains sont beaux. Matthieu nous raconte comment il a conçu cette série dont il a tiré un très beau livre. Propos recueillis par Marie Moglia.

Fisheye Magazine : Comment définirais-tu ton approche de la photographie et que cherches-tu à exprimer à travers l’objectif ?

Matthieu Litt : Disons que mon approche est au maximum personnelle, je suis plus à la recherche d’ambiances que j’ai en tête que d’évènements exceptionnels. J’essaye de présenter une version alternative de la réalité. Horsehead Nebula est une illustration de l’ailleurs, un endroit imaginé, mais dont les images sont issues d’un paysage bien réel.

Que signifie ce titre ?

La nébuleuse de la Tête de Cheval est une nébuleuse de la constellation d’Orion, il s’agit d’un nuage de poussière et de gaz, qui observé depuis la Terre prend la forme d’une tête de cheval.

Extrait de "Horsehead Nebula" / © Matthieu Litt
Extrait de “Horsehead Nebula” / © Matthieu Litt

Pourrais‐tu résumer en quelques mots l’histoire que raconte ce travail ?

Pour moi ce titre fait référence aux thèmes parcourus dans mon livre; une région distante et tellement différente [de l’Occident], ou la culture du cheval et des grands espaces tient une place prédominante. C’est comme une autre galaxie, située à la limite de ce que nous connaissons.

Où ont été prises les photos ? Quelles émotions t’ont inspiré ce(s) lieu(x) ?

Ces images proviennent du Faristan, disons un composite d’anciennes républiques Soviétiques. Il y règne une sérénité et un rythme très spécial, et l’espace y est immense, ce qui m’a beaucoup inspiré.

Extrait de "Horsehead Nebula" / © Matthieu Litt
Extrait de “Horsehead Nebula” / © Matthieu Litt
Extrait de "Horsehead Nebula" / © Matthieu Litt
Extrait de “Horsehead Nebula” / © Matthieu Litt

Ses paysages sont très présents. Peux-tu nous expliquer comment tu as construit Horsehead Nebula ?

La série s’est construite au fur et à mesure des rencontres, comme je n’ai aucune volonté documentaire, j’y présente ce qui m’a le plus marqué là-bas, c’est un point de vue subjectif. La séquence de toutes les images du livre propose un voyage, mais dans lequel chacun pourra j’espère trouver quelque chose de différent.

Quelle place les portraits tiennent‐ils dans ce travail ?

L’espace et la densité de population sont très différents là-bas de ce que nous connaissons, les paysages vides sont plus légion que les villages peuplés. Je voulais donc illustrer l’isolement des personnes qui y vivent en s’adaptant aux saisons malgré la rudesse du climat. Il y a eu une connivence avec [certains d’entre eux] et juste un bref échange avec d’autres. Là-bas, il y a aussi une variété d’ethnies différentes. J’ai voulu mélanger tout ça.

Extrait de "Horsehead Nebula" / © Matthieu Litt
Extrait de “Horsehead Nebula” / © Matthieu Litt

Tu portes aussi beaucoup d’attention aux détails et aux objets. Qu’est-ce qui t’attire dans cette forme d’immobilité ?

La nature est grandiose là-bas, j’y vois une trace de l’activité de l’homme qui vient interrompre de temps à autre cette quasi perfection. Ces traces ou constructions humaines sont aussi souvent altérées par les caprices du temps, la boucle est bouclée.

Ton image préférée de la série ?

Je dirais celle du cheval seul dont les pattes sont entravées (ndlr : il s’agit de l’image d’ouverture). Je trouve assez paradoxal et métaphorique le fait d’être immobilisé dans un espace qui semble infini comme celui-là. Les chevaux sont parfois attachés de la sorte la nuit pour éviter qu’ils ne s’enfuient vers d’autres horizons.

matthieu_litt-1matthieu_litt-2matthieu_litt-3matthieu_litt-4matthieu_litt-5matthieu_litt-6matthieu_litt-7matthieu_litt-8matthieu_litt-10matthieu_litt-11matthieu_litt-12matthieu_litt-13matthieu_litt-15matthieu_litt-17matthieu_litt-18matthieu_litt-19matthieu_litt-20matthieu_litt-21matthieu_litt-23matthieu_litt-24matthieu_litt-25matthieu_litt-26matthieu_litt-28matthieu_litt-29matthieu_litt-30matthieu_litt-31matthieu_litt-32

En (sa)voir plus

Horsehead Nebula

Ouvrage auto-édité, 128 p.
Édition limitée à 300 copies.
Prix : 29 euros.

→ Découvrez l’ensemble de son travail sur son site : www.matthieulitt.com

→ Suivez-le sur Tumblr : matthieulitt.tumblr.com

→ Et sur Instagram : @matthieulitt

Explorez
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
© Maurine Tric
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les photographes mis·es en avant par Fisheye ont en commun de transmettre des valeurs de soin et...
18 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina