Federico Ciamei : l’explorateur digital d’un Nouveau Monde déjà exploré

29 avril 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Federico Ciamei : l’explorateur digital d’un Nouveau Monde déjà exploré

À Circulation(s), Federico Ciamei présente Travel without Moving, une exploration amusante d’un nouveau monde au cœur de l’ère numérique. Un hommage aux explorateurs du passé croisant archives et compositions digitales.

Au cœur des créations de Federico Ciamei, photographe italien installé à Milan, se cache une envie d’explorer avec humour notre histoire et notre société. Refusant de « [s]e prendre trop au sérieux », l’auteur perçoit le 8e art comme un moyen de rester actif, de se rendre quelque part, découvrir un lieu, rencontrer des personnes. « J’aime trouver l’équilibre entre le contrôle et l’aléatoire. Je laisse toujours une certaine marge de manœuvre pour que des choses se passent. Je récolte plus que je ne chasse », s’amuse-t-il. À la manière d’un explorateur, il se plonge dans des recherches, déterre des archives et façonne un univers où la fiction chavire dans la réalité.

Et c’est justement ce rôle de « navigateur de l’image » qu’il endosse dans Travel without Moving, une série atypique et colorée présentée à Circulation(s). Face à son accrochage, le doute règne. Que contemplons-nous ? Ces forêts, ces animaux existent-ils ? D’où viennent-ils ? Et qui les a découverts ? « La série parle avant tout de l’effet du temps sur l’information. Je me suis mis à la place de ces voyageurs du passé, qui se rendaient dans des contrées inconnues en espérant découvrir de Nouveaux Mondes, des richesses ou des connaissances. Dans leur pays d’origine, leurs histoires devenaient des légendes, mais qui pouvait interroger la véracité de leur propos ? Marco Polo lui-même écrivait dans la préface de son livre que nous n’avions d’autres choix que de les croire, puisqu’eux seuls l’avaient vu de leurs propres yeux », raconte Federico Ciamei.

© Federico Ciamei© Federico Ciamei

Une navigation dans l’ère numérique

C’est une scénographie immersive que proposent Jimme Cloo et Marion Flament, du studio Big Time au cœur du festival. Une expérience captivante, où les mots des explorateurs se fondent dans les images, où les archives du passé fusionnent avec les créations contemporaines. Le tout forme un amalgame d’aventures encapsulant la frénésie de la découverte, et la soif d’aventures des pionniers d’autrefois. « Aujourd’hui, tout a été exploré, photographié, catalogué. Nous avons accès à tellement de données que l’information est finalement cachée dans la masse. Je suis persuadée que certaines archives n’ont jamais été vues par personne ! Un mot mal orthographié et elles tombent dans l’oubli », précise le photographe. Passionné par cette contradiction, il propose, avec Travel without Moving, une nouvelle manière de scruter, de voir le monde. Une navigation dans l’ère numérique – un territoire à part où tout est accessible d’un clic de souris, mais enseveli par la masse constante d’informations.

Il y a, dans l’œuvre de Federico Ciamei un enthousiasme propre aux héros de Jules Verne, dont il admire le travail. Une volonté de jouer avec le regard, de volontairement perdre les visiteur·ses. « Lorsque j’ai envoyé mon projet à Circulation(s), je me suis même inspiré de L’île mystérieuse, me décrivant en des termes très élogieux, de la même manière que les protagonistes », confie-t-il en riant. Un conte riche en péripéties qu’il s’amuse à déconstruire, à la manière d’une autre de ses influences : Joan Fontcuberta, dont les projets photographiques flirtent avec l’hyperréalisme pour mieux déformer la vérité. Car dans les images de Federico Ciamei rien – et tout – est vrai. Les traces de constructions humaines s’effacent des paysages sauvages, d’apparence indomptée. La végétation est étudiée avec sérieux et les croquis d’animaux exotiques portent la marque du numérique. Passé, présent et futur s’entrelacent pour illustrer un monde aussi familier que nouveau. Une exploration pleine de rebondissements, à apprécier depuis le confort de nos fauteuils, face à la lumière bleue des écrans.

 

Festival Circulation(s)

Jusqu’au 29 mai

Centquatre, 5 rue Curial, 75019 Paris

© Federico Ciamei© Federico Ciamei
© Federico Ciamei© Federico Ciamei
© Federico Ciamei© Federico Ciamei

© Federico Ciamei

© Federico Ciamei© Federico Ciamei
© Federico Ciamei© Federico Ciamei

© Federico Ciamei

Explorez
Dans l’œil de Kin Coedel : l'effet de la mondialisation sur les regards
© Kin Coedel
Dans l’œil de Kin Coedel : l’effet de la mondialisation sur les regards
Aujourd’hui, plongée dans l’œil de Kin Coedel, à l’origine de la série Dyal Thak. Dans ce projet poétique, dont nous vous parlions déjà...
22 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
© J.A. Young
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
Cette semaine, plongée dans l’œil de J.A. Young. Aussi fasciné·e que terrifié·e par les horreurs que le gouvernement américain dissimule...
15 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
14 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
© Lorenzo Castore
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
Jusqu’au 11 mai, la galerie parisienne S. accueille le photographe Lorenzo Castore, l’un des pionniers de la nouvelle photographie...
22 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil de Kin Coedel : l'effet de la mondialisation sur les regards
© Kin Coedel
Dans l’œil de Kin Coedel : l’effet de la mondialisation sur les regards
Aujourd’hui, plongée dans l’œil de Kin Coedel, à l’origine de la série Dyal Thak. Dans ce projet poétique, dont nous vous parlions déjà...
22 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
© Julie Legrand
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
Nos coups de cœur de la semaine, Julie Legrand et Kathleen Missud, ont toutes deux, au cours de leur parcours dans le 8e art, fait le...
22 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
21 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill