Félix, la folle chasse aux chats des Éditions Le Mulet

11 août 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Félix, la folle chasse aux chats des Éditions Le Mulet

« Où est Félix ? », Cour de l’Archevêché, lors de la première semaine des Rencontres d’Arles, les affiches accrochées par la maison d’édition Le Mulet, interpellait les passant·es, les guidant jusqu’à un stand où trônait Félix, un petit ouvrage intriguant. À l’intérieur, des affiches de chats perdus, transformées, sublimées par des encres, des impressions qui rongent les images et font d’un simple avis de recherche une œuvre d’art. Une collection obsédante d’images compilée dans un petit format, rappelant l’art du manga, emblématique de la ligne éditoriale du Mulet : un mélange d’humour et de créativité. Un entretien croisé avec ses deux créateurs, Mathieu Van Assche et Simon Vansteenwinckel et Félix The Saiz.

Fisheye : Comment sont nées les Éditions Le Mulet ?

Mathieu Van Assche et Simon Vansteenwinckel : Le Mulet est une maison d’édition, de livres et de fanzines installée à Bruxelles, que nous avons nous-mêmes créée et que nous cogérons. Son premier livre a vu le jour dans le cadre d’un projet collectif d’exposition de street photographie dans la capitale belge, où nous avons eu la possibilité de réaliser un recueil des images de l’événement.

Puisque nous sommes tous les deux graphistes et photographes, il nous est rapidement paru évident que l’on pouvait gérer ensemble tous les aspects de la réalisation d’un livre − de l’éditing jusqu’à l’envoi des fichiers à l’imprimeur. Suite à ce premier projet, qui a été bien accueilli, d’autres commandes se sont rapidement enchaînées… voire déchaînées !

Comment a débuté votre collaboration avec Félix The Saiz, photographe passionné par les chats ?

C’est après avoir consulté le livre EXI(S)T, que nous avons réalisé pendant la période de confinement, que Félix The Saiz a eu envie de collaborer avec nous. Il nous a ensuite proposé de travailler avec lui sur un livre de photographies composé d’affichettes de chats perdus. Il nous a fourni plusieurs centaines de clichés collectés au cours de huit années – avec la rue comme terrain de jeu. Le projet nous a plu, et nous avons naturellement accepté de travailler ensemble à son élaboration.

© Félix The Saiz

Pouvez-vous nous présenter ce photographe ?

Félix The Saiz est l’hétéronyme d’un photographe qui aborde, à travers tous ses ouvrages, les thèmes de l’intime, de la vie et de la mort. La mélancolie, l’effacement et le temps sont également des notions constantes de son œuvre. Par ce dédoublement de nom, Félix The Saiz fait également un petit clin d’œil à son état bipolaire – matière à penser dans toute sa création. Nous le connaissions déjà grâce à ses projets publiés sous son nom réel, et le fait qu’il utilise ce pseudo nous a permis de créer un univers commun entre lui et Le Mulet.

Les images des affiches ont été retouchées dans votre livre. Quelle est l’importance du design dans votre travail ?

Félix The Saiz a d’abord créé sa série en retravaillant chaque photographie une à une, de manière méthodologique. Il nous a ensuite fourni l’ensemble des images brutes en nous donnant, entre autres, comme indication : « soyez punk et éclatez-vous ! ».

Avant de commencer la mise en page, nous avons beaucoup dialogué avec lui, afin de réfléchir à l’objet, d’affiner la direction que l’on souhaitait prendre. C’est ainsi qu’est apparue l’idée de réaliser un format poche, dense, sans texte, et de zoomer plus ou moins fort dans les photos. C’était une manière pour nous de rendre l’objet « pop ». Finalement, il ne s’agit pas d’un livre photo classique ni d’un livre de graphisme ou d’illustration… Mais peut-être un peu de tout cela en même temps.

Le design même de l’ouvrage évoque l’esthétique propre aux mangas. Était-ce volontaire ?

Oui. Félix nous a donné carte blanche. Sa seule consigne ? Réaliser un objet similaire au manga dans sa forme : le format, le choix du papier, la lecture de droite à gauche… À partir de cette demande, l’idée d’une publication grand public et bon marché a vite fait son chemin. Nous avions envie de réaliser un livre qui serait à la fois populaire et universel, et le manga rassemble bien ces deux aspects ! Un hommage est ainsi rendu à la fascination pour les chats présente dans la culture photographique japonaise, et pas que…

© Félix The Saiz

Ce projet évoque aussi une démarche obsessionnelle certaine…

« Que serait l’art sans obsession ? »,

nous miaule Félix…

Et l’humour, est-il important au cœur de votre démarche ?

Oui, au départ, la création même de la maison d’édition ainsi que le choix du nom étaient un peu une blague de notre part. L’humour a totalement sa place dans notre travail. Parmi nos sorties récentes, la revue Tropical Stoemp en est l’un des meilleurs exemples. Assumer un côté kitsch, second degré et régressif a été l’une des lignes de conduite dans la conception du second numéro de la revue.

Un dernier mot ?

Hi Han 

!

 

Félix, Éditions Le Mulet, disponible en précommande, 300 p. 

© Félix The Saiz© Félix The Saiz

© Félix The Saiz © Félix The Saiz © Félix The Saiz © Félix The Saiz © Félix The Saiz

© Félix The Saiz© Félix The Saiz

© Félix The Saiz

Explorez
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
À l'instant   •  
Écrit par Costanza Spina
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •