Gabriel Dia et son éventail coloré des sexualités

07 mai 2021   •  
Écrit par Finley Cutts
Gabriel Dia et son éventail coloré des sexualités

« Depuis l’adolescence, j’ai été confronté à ce choix entre l’hétérosexualité et l’homosexualité, et pourtant à l’intérieur de moi, j’étais, et je suis toujours, persuadé qu’on peut tomber amoureux d’un être et pas d’un genre », avance Gabriel Dia. Le photographe sénégalais, qui déplore que l’homosexualité soit encore un crime pénal dans son pays natal, compose avec Orange ou Green une ode florale à la fluidité du genre. Influencé par les écritures singulières de Sarah Moon, Paolo Roversi, Dominique Issermann ou encore Sebastião Salgado, l’artiste se voue à exprimer le beau. Car, malgré les styles divergeant de ces grandes personnalités, chacun à sa manière, donne la primauté à l’esthétique. Pour Gabriel Dia, cela se traduit par une réflexion autour des couleurs. « C’est la vie, à l’image de l’amour dans toutes ses formes », explique-t-il. Et pour rythmer ses images, l’auteur partage un poème léger et doux, où le spectre infini des couleurs fait écho aux innombrables nuances de la sexualité.

© Gabriel Dia

Orange ou green

Je m’appelle orange mais parfois je suis green.

Parfois j’aime le rose, parfois j’aime le bleu.

Parfois j’ai les cheveux courts, parfois ils sont longs.

Parfois j’ai des gros seins, parfois ils sont moins gros.

Parfois j’ai une posture dite masculine, parfois j’ai une posture dite féminine.

Parfois je fais des caprices, parfois je n’en fais pas.

Parfois j’ai des poils, parfois je n’en ai pas.

Parfois j’aime les hommes, parfois j’aime les femmes.

Parfois je ris, parfois je pleure.

Je pense juste que je n’ai pas de préférence.

© Gabriel Dia

 

© Gabriel Dia

 

© Gabriel Dia

 

© Gabriel Dia

 

© Gabriel Dia

 

© Gabriel Dia

© Gabriel Dia

© Gabriel Dia

© Gabriel Dia

 

© Gabriel Dia

 

© Gabriel Dia

Orange ou Green © Gabriel Dia

Explorez
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
L’écocide en ligne de mire
© Oleksandra Zborovska, When The River Left The Shores, 2023
L’écocide en ligne de mire
Ce terme est brutalement réapparu dans l’actualité avec la guerre en Ukraine et la destruction du barrage de Kakhovka, dans le sud du...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas