George Georgiou : « Americans Parade »

26 décembre 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
George Georgiou : « Americans Parade »

En 2016, George Georgiou a photographié 26 parades aux quatre coins des États-Unis. Un travail étudiant l’importance de tels rassemblements au cœur d’un pays divisé. Cet article est à retrouver dans notre dernier numéro.

« Le chemin qui m’a mené vers

Americans Parade a été sinueux. En 2011, lors d’un voyage aux États-Unis, j’ai commencé à réfléchir aux routes composant le territoire américain, leur influence sur la société, leur manière d’encourager la ségrégation dans le pays. On voit parfois si peu de personnes dans la rue, là-bas, qu’on a l’impression de ne connaître un endroit que par sa réputation », raconte George Georgiou. C’est en 2016 que le photographe britannique a commencé son projet de livre (financé par une campagne Kickstarter), après avoir assisté à une parade dédiée à Martin Luther King à Long Beach, en Californie. « Contrairement à ma première visite de cet endroit, les rues étaient devenues vivantes, accueillant un flot constant de personnes », ajoute-t-il. Dans un monochrome unifiant les différentes étapes de son parcours, le photographe a capturé une collection de visages, d’expressions, de postures, de gestes, de looks, de comportements et d’identités. « Un récit complexe et ambigu, aux airs de tableaux modernes », commente-t-il.

© George Georgiou

Rassemblements dans un pays divisé

De janvier à décembre 2016, George Georgiou a assisté à 26 parades, dans 24 villes de 14 États. Des foules impressionnantes de New York ou Laredo, au Texas, aux plus petites réunions à Bâton Rouge, en Louisiane, ou à Ripley, en Virginie-Occidentale. « Il était important de toucher le plus grand nombre d’Américains possible. J’ai finalement passé très peu de temps à regarder les parades, préférant me concentrer sur leur public », s’amuse-t-il. Car ce sont les dynamiques entre les individus et la société qui fascinent le photographe. Publié par The New York Times au lendemain de l’investiture de Donald Trump, Americans Parade étudie l’importance des rassemblements au cœur d’un pays profondément divisé.

« Croyons-nous toujours à la notion de communauté aujourd’hui ? Ou sommes-nous de simples étrangers, nous tenant côte à côte, anonymes, dans la rue ? », s’interroge l’auteur. Dans l’ouvrage, les photographies se succèdent, donnant à voir la diversité des foules américaines. « Le nombre de visages représentés brouille la réalité, invitant une familiarité abstraite dans le travail. À chaque image, on se prend à chercher quelqu’un qu’on connaît. Je souhaite que tout le monde puisse se voir dans ces clichés, sans peur ni préjugé ; c’est bien sûr quelque chose que je ne peux contrôler », conclut George Georgiou. Avec cette parade d’Américains, l’artiste compose une fresque photographique détaillant les nuances de ces communautés éphémères. Celles qui « arrivent une demi-heure avant l’événement et repartent une demi-heure plus tard, laissant dans leur sillage des rues désertes et des déchets. »

 

Cet article est à retrouver dans Fisheye #39, en kiosque et disponible ici.

© George Georgiou

© George Georgiou© George Georgiou

© George Georgiou© George Georgiou

© George Georgiou© George Georgiou

© George Georgiou

© George Georgiou

Explorez
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Portrait(s) : une errance photographique au cœur de Vichy
Arielle Bobb-Willis - Production en résidence dans le cadre des Jeux Olympiques Paris 2024 - Corps à corps > Louis Prades, Académie de natation Philippe Croizon de Vichy © Arielle Bobb-Willis. Courtesy Galerie Les filles du calvaire, Paris
Portrait(s) : une errance photographique au cœur de Vichy
Vichy se transforme en une galerie d'art à ciel ouvert pour la 12ᵉ édition du festival Portrait(s), du 7 juin au 29 septembre. Cette...
12 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
PHotoESPAÑA : la jeune création célèbre le mouvement permanent
© Marina Núñez
PHotoESPAÑA : la jeune création célèbre le mouvement permanent
PHotoESPAÑA 2024 investit plusieurs lieux et villes en Espagne et se penche sur le thème du mouvement permanent. L’exposition collective...
07 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Pour Quentin Fromont, le diable est un Apollon
© Quentin Fromont
Pour Quentin Fromont, le diable est un Apollon
Dans Croupir dans la chaleur des autres, Quentin Fromont entreprend un voyage halluciné au cœur d'un littoral sensuel, où les corps...
06 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
© Campbell Addy
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
Jeune photographe à l'ascension fulgurante, Campbell Addy s'engage corps et âme pour offrir une visibilité aux personnes noires et queer...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
© Michael Young
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·es dans nos pages....
12 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas