Guerre d’Espagne : l’autre regard d’Antoni Campañà présenté au Pavillon Populaire

Guerre d’Espagne : l'autre regard d'Antoni Campañà présenté au Pavillon Populaire
Un soldat franquiste observe le village de Cerbère, en territoire français, depuis le littoral frontalier, mars 1939 © Arxiu Campañà
Du 29 juin au 24 septembre 2023, le Pavillon Populaire de Montpellier dévoilera des images méconnues de la guerre d’Espagne, signées Antoni Campañà. La monographie s’impose comme la première exposition de l’Hexagone consacrée à ce pan de l’œuvre du photographe catalan.

Comme à l’accoutumée, le Pavillon Populaire s’apprête à dévoiler une grande exposition à la thématique encore inédite en France. Après une rétrospective consacrée à Madame Ora, l’institution montpelliéraine s’attache à faire découvrir l’œuvre d’Antoni Campañà. Catalan d’origine, le photographe a immortalisé plus de 5 000 instants de la guerre d’Espagne. Restées consignées dans une boîte rouge, à l’abri des regards pendant quatre-vingts ans, ses images témoignent de l’évolution d’un conflit complexe, de son commencement à l’été 1936 jusqu’à l’arrivée de la Seconde Guerre mondiale, trois ans plus tard. Au fil des 200 clichés présentés sur les murs du musée se dessinera, dans une beauté de l’oxymore, la multitude de contradictions que cette période dramatique porte en elle. Entre les ruines subsiste toujours un cœur battant, et dans leur intensité, les émotions se heurtent entre elles avec fracas.

Au-delà de la portée documentaire de son geste, Antoni Campañà utilise le médium photographique comme une thérapie personnelle. De confession catholique, il montre les églises que les milices révoltées ont détruites avec fougue. D’autres compositions révèlent des fragments de vie quotidienne, la réalité des anarchistes, mais également celle des personnes réfugiées. En 1939, il donne à voir les troupes fascistes italiennes, maures et nazies allemandes, en liesse, qui défilent à Barcelone. Quels que soient ses sujets, l’artiste est toujours en quête de beauté et cherche à satisfaire une approche esthétique. Cette immense fresque souligne toutes les nuances de cette guerre civile, totale, qui fait rage et passera les frontières pour affecter l’opinion publique française et internationale. Encore aujourd’hui, ces images – qui ont participé à définir les grandes lignes de la photographie de guerre moderne – suscitent la réflexion et offrent un panorama tout aussi complet de la vie en ce temps-là.

Une mère réfugiée de Malaga avec son bébé à son arrivée au stade de Montjuïc à Barcelone, février 1937 © Arxiu CampañàMannequin caricatural représentant Franco avec la croix nazie et le symbole de la Phalange sur la Plaza Catalunya à Barcelone, 1937 © Arxiu Campañà

À g. une mère réfugiée de Malaga avec son bébé à son arrivée au stade de Montjuïc à Barcelone, février 1937 © Arxiu Campañà ; à d. Mannequin caricatural représentant Franco avec la croix nazie et le symbole de la Phalange sur la Plaza Catalunya à Barcelone, 1937 © Arxiu Campañà

Un soldat franquiste observe le village de Cerbère, en territoire français, depuis le littoral frontalier, mars 1939 © Arxiu Campañà

Un soldat franquiste observe le village de Cerbère, en territoire français, depuis le littoral frontalier, mars 1939 © Arxiu Campañà

Arrivée des réfugiés de Malaga au stade de Montjuïc, février 1937 © Arxiu CampañàDes femmes tentant de récupérer leurs effets personnels après le bombardement du quartier de la Barceloneta, 29 mai 1937 © Arxiu Campañà

À g. Arrivée des réfugiés de Malaga au stade de Montjuïc, février 1937 © Arxiu Campañà ; à d. Des femmes tentant de récupérer leurs effets personnels après le bombardement du quartier de la Barceloneta, 29 mai 1937 © Arxiu Campañà

Explorez
Dans l’œil de Kin Coedel : l'effet de la mondialisation sur les regards
© Kin Coedel
Dans l’œil de Kin Coedel : l’effet de la mondialisation sur les regards
Aujourd’hui, plongée dans l’œil de Kin Coedel, à l’origine de la série Dyal Thak. Dans ce projet poétique, dont nous vous parlions déjà...
22 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
© J.A. Young
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
Cette semaine, plongée dans l’œil de J.A. Young. Aussi fasciné·e que terrifié·e par les horreurs que le gouvernement américain dissimule...
15 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
14 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
La sélection Instagram #451 : la vie simple
© Melissa Alcena / Instagram
La sélection Instagram #451 : la vie simple
De la photographie de paysage à la nature morte en passant par l'autoportrait, notre sélection Instagram de la semaine est une ode...
À l'instant   •  
Écrit par Milena Ill
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
© Lorenzo Castore
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
Jusqu’au 11 mai, la galerie parisienne S. accueille le photographe Lorenzo Castore, l’un des pionniers de la nouvelle photographie...
22 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil de Kin Coedel : l'effet de la mondialisation sur les regards
© Kin Coedel
Dans l’œil de Kin Coedel : l’effet de la mondialisation sur les regards
Aujourd’hui, plongée dans l’œil de Kin Coedel, à l’origine de la série Dyal Thak. Dans ce projet poétique, dont nous vous parlions déjà...
22 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
© Julie Legrand
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
Nos coups de cœur de la semaine, Julie Legrand et Kathleen Missud, ont toutes deux, au cours de leur parcours dans le 8e art, fait le...
22 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill