Hommage au photographe Bogdan Konopka (1953 – 2019)

21 mai 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Hommage au photographe Bogdan Konopka (1953 - 2019)

Le photographe polonais Bogdan Konopka s’est éteint le 19 mai 2019, à l’âge de 65 ans. Il laisse derrière lui une œuvre profonde et mélancolique, inspirée par ses voyages dans les villes européennes et asiatiques.

Né en 1953 à Wroclaw, en Pologne, Bogdan Konopka a déménagé en France en 1988 et a vécu et travaillé à Paris ces trente dernières années. Après avoir effectué une formation de photochimiste, l’artiste s’est tourné vers la photographie. Un média capable de capturer l’atmosphère particulière de sa ville natale, alors en ruine. Durant plusieurs décennies, il a photographié la Pologne à la chambre, en prenant le temps de révéler l’identité du pays. En 2018, Bogdan Konopka a publié Un Conte Polonais, aux éditions Delpire. Un ouvrage poétique, mettant en scène son pays natal.

Au cours de sa carrière, l’auteur a photographié de nombreuses villes européennes – Varsovie, Prague, Genève, Venise, Zürich, Budapest – ainsi que des cités chinoises. De ses voyages, il rapportait des images nostalgiques, préférant illustrer le quotidien plutôt que l’extraordinaire.

Faisant fi des effets de mode, le photographe construisait un univers intemporel, aussi délicat que mélancolique. Ses clichés aux tons de gris profonds présentaient avec justesse des territoires à l’histoire douloureuse, oscillant entre passé et présent. Si ses images se présentaient souvent en petit format, l’exposition Un Conte Polonais, organisée dans le parc du Prieuré, à Beaucouzé révélera, pour la première fois, l’univers du photographe en format XXL. Une immersion inédite dans l’œuvre du photographe à découvrir du 24 mai au 7 juillet 2019.

© Bogdan Konopka© Bogdan Konopka

© Bogdan Konopka

© Bodgan Konopka

Explorez
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
© Lorenzo Castore
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
Jusqu’au 11 mai, la galerie parisienne S. accueille le photographe Lorenzo Castore, l’un des pionniers de la nouvelle photographie...
22 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
© Julie Legrand
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
Nos coups de cœur de la semaine, Julie Legrand et Kathleen Missud, ont toutes deux, au cours de leur parcours dans le 8e art, fait le...
22 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Rastchoutchas, la pop en béquille
© Rastchoutchas
Rastchoutchas, la pop en béquille
Entre les potes, les ombres et les mâchoires animales qu’une main de matrone serre, Rastchoutchas pope toujours la même et unique soirée...
16 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Necromancer : Inuuteq Storch, mage noir au service des mythes groenlandais
© Inuuteq Storch
Necromancer : Inuuteq Storch, mage noir au service des mythes groenlandais
Dans Necromancer, un récit monochrome aux frontières du monde spirituel, Inuuteq Storch illustre les coutumes de ses ancêtres, tout en...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #451 : la vie simple
© Melissa Alcena / Instagram
La sélection Instagram #451 : la vie simple
De la photographie de paysage à la nature morte en passant par l'autoportrait, notre sélection Instagram de la semaine est une ode...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
© Lorenzo Castore
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
Jusqu’au 11 mai, la galerie parisienne S. accueille le photographe Lorenzo Castore, l’un des pionniers de la nouvelle photographie...
22 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil de Kin Coedel : l'effet de la mondialisation sur les regards
© Kin Coedel
Dans l’œil de Kin Coedel : l’effet de la mondialisation sur les regards
Aujourd’hui, plongée dans l’œil de Kin Coedel, à l’origine de la série Dyal Thak. Dans ce projet poétique, dont nous vous parlions déjà...
22 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet