« I Dream of Dust » : Demande à la poussière

28 octobre 2021   •  
Écrit par Julien Hory
« I Dream of Dust » : Demande à la poussière

Dans son livre I Dream of Dust, paru aux éditions Temper, Ben P. Ward rend hommage à son Colorado natal. Il tourne son objectif vers les grandes plaines de l’État et sur ceux qui vivent ce territoire au quotidien, le temps d’une vie.

C’est une évidence. Un peu partout dans le monde, le retour au territoire est plus qu’une tendance. À entendre les différents discours qui annoncent la prochaine campagne présidentielle française, ce regain du local est même un des enjeux de la course. C’est vrai dans l’Hexagone comme aux États-Unis. Les projets photographiques s’inscrivant dans des périmètres circonscrits, souvent oubliés, se multiplient. Bien que conscient du penchant familier à documenter l’Amérique « laissée pour compte », Ben P. Ward espère renverser nos tendances à romancer, à la nostalgie. Avec son dernier livre, I Dream of Dust, il tente d’examiner l’influence de la géographie sur l’identité. Il s’intéresse aux interactions entre un environnement et ses habitants. Comment l’un agit-il sur les autres et inversement ? À quel point se reflètent-ils ?

Pour Ben P. Ward, cette terre – les plaines orientales du Colorado, à l’ouest des États-Unis – est celle de sa jeunesse. « J’ai passé une grande partie de mon enfance en extérieur, dans les campings avec ma famille ou en itinérance avec mon frère, se souvient-il. J’avais toujours un boîtier pour capturer nos voyages. J’ai travaillé sur des documentaires internationaux, mais j’ai vite réalisé que je préférais me concentrer sur des lieux plus proches de chez moi. ». Pendant plus de deux ans, ce jeune américain venu du journalisme a arpenté chaque week-end ces étendues immenses qui peuvent paraître hostiles aux profanes. Pourtant, elles abritent une population qui a su dompter ce décor sauvage… À moins que ce ne soit l’inverse.

© Ben P. Ward

Une exploration photographique

Fasciné par Joël Sternfeld ou encore Robert Frank, ces photographes du road trip qui dévoilèrent les multiples visages de l’Amérique, Ben P. Ward entend lui aussi révéler une des facettes méconnues de son pays. « Je voulais produire quelque chose de distinctement américain, confie-t-il, d’autant que nous étions dans une période intéressante. Alors j’ai sondé de nouveaux territoires et j’ai appris à me familiariser avec les gens qui y vivent. Me concentrer sur un lieu précis m’a aidé à démarrer le projet. » Il nous offre ainsi une véritable exploration photographique. Un séjour où transparaissent l’isolement, la tension et la masculinité au sein une région hors du temps.

Grâce à sa technique et au format 4×5, Ben P. Ward appuie cette sensation d’évanescence. Perturbateur, I Dream of Dust supprime le contexte, la couleur et les repères visuels familiers. Ces images demandent au spectateur d’oublier toute interprétation, de ne pas idéaliser ou critiquer. Nous pouvons alors nous laisser pénétrer par ces espaces calmes et qui poussent à la méditation pure et simple. Ce qui est vrai pour les paysages l’est aussi pour les portraits. À travers eux et bien qu’ils soient souvent serrés, c’est tout un panorama qui transparaît. C’est toute la cohérence du projet de l’auteur que de faire un parallèle réussi entre des hommes et le milieu où ils vivent.

© Ben P. Ward

Un hommage sincère

I Dream of Dust possède également une nappe invisible, celle d’un État divisé. L’autoroute qui coupe le Colorado du nord au sud et que Ben P. Ward traversera pour réaliser sa série est une frontière entre deux univers bien différents. D’un côté les montages de l’est, fortement peuplées et politiquement progressistes ; de l’autre des paysages plats avec une population rurale et plus conservatrice. « Le Colorado est littéralement entré en éruption au cours de la dernière décennie, analyse le photographe. Denver (capitale de l’État, NDLR) est classé parmi les grandes villes à la croissance la plus significative des États-Unis. Cela a rendu les choses difficiles pour les personnes qui y ont vécu toute leur vie. »

La fracture existant entre les métropoles du pays et les zones rurales s’est accentuée au fil du temps et des gouvernements. S’il en a bien conscience, Ben P. Ward se défend de prendre position ou de stigmatiser telle ou telle population. « Il y a toujours eu des écarts statistiques importants – en termes de politique, de religion, d’âge, de revenus… Ce fossé s’est accru. Je pense que la politique des quatre dernières années a certainement été un des facteurs qui ont suscité l’intérêt pour la région. Cela étant dit, je me suis fait un devoir de ne pas créer d’œuvres trop engagées. » Il faut donc considérer I Dream of Dust comme un ouvrage sensible, contemplatif, mais aussi un hommage sincère d’un enfant du pays.

I Dream of Dust, éditions Temper, 45$, 104 P.

© Ben P. Ward

© Ben P. Ward© Ben P. Ward

© Ben P. Ward© Ben P. Ward

© Ben P. Ward

Explorez
Focus #66 : Almudena Romero et ses photographies sur plantes
06:41
© Fisheye Magazine
Focus #66 : Almudena Romero et ses photographies sur plantes
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Cette semaine, Almudena Romero décline, dans The Pigment Change, des créations aussi intrigantes que...
29 novembre 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Chaumont-Photo-sur-Loire : l'émerveillement de nature
© Loredana Nemes
Chaumont-Photo-sur-Loire : l’émerveillement de nature
Comme à l’accoutumée, Chaumont-Photo-sur-Loire investit le domaine qui inspire son nom le temps de la saison froide. Six photographes...
28 novembre 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Feræ : Aurélie Scouarnec et sa faune sauv(et)age
© Aurélie Scouarnec
Feræ : Aurélie Scouarnec et sa faune sauv(et)age
C’est au centre de soins pour animaux sauvages Faune Alfort, entre la tendresse du personnel soignant et la détresse de la faune sauvage...
23 novembre 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Agence MYOP : les animaux au cœur d’une vente de tirages ! 
"La soumission du chien face à l’être humain m’a toujours fasciné. Je pense que l’homme ou la femme ont besoin d’affirmer leur supériorité face à l’animal domestique, cela les rassure. Personnellement, j’ai toujours préféré la résistance féline de ma chatte Gigi." Toulouse, France, 2009 © Ulrich Lebeuf
Agence MYOP : les animaux au cœur d’une vente de tirages ! 
L’Agence MYOP organise une série de ventes de tirages sur des thématiques du quotidien. Et ce sont les animaux qui ont été sélectionnés...
20 novembre 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les coups de cœur #470 : Shiori Ota et Lena Bühler
© Shiori Ota
Les coups de cœur #470 : Shiori Ota et Lena Bühler
Tourmentées par des souvenirs de leur enfance, Shiori Ota et Lena Bühler, nos coups de cœur de la semaine, ont choisi la photographie...
Il y a 1 heure   •  
Les images de la semaine du 27.11.23 au 03.12.23 : des corps en mouvement 
© Ojoz
Les images de la semaine du 27.11.23 au 03.12.23 : des corps en mouvement 
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les corps se figent et se meuvent au gré de l’imaginaire de chaque photographe.
03 décembre 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Poker Face : le puzzle de Kensuke Koike qui fait tourner les têtes
© Kensuke Koike / Silvermine
Poker Face : le puzzle de Kensuke Koike qui fait tourner les têtes
Publié par les éditions Silvermine, Poker Face prend la forme d’un puzzle créatif aussi curieux que fascinant. Conçu par l’artiste...
02 décembre 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Quand la photographie donne à voir un futur dystopique
© Marilyn Mugot
Quand la photographie donne à voir un futur dystopique
Parmi les sujets abordés sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la dystopie. Lumière sur Luca...
01 décembre 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet