Ici est ailleurs

16 janvier 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Ici est ailleurs

Réalisé par trois photographes, Guillaume Noury, Ludovic Giraudon et Patrice Lumeau, l’ouvrage Tu vas où ? Tu m’emmènes… propose une déambulation poétique le long de l’estuaire de la Loire.

« J’ai commencé la photographie sérieusement il y a quinze ans. J’ai alors expérimenté toutes les techniques imaginables. Mais je pense que j’ai toujours été photographe : c’est ma façon de vivre. J’ai toujours observé ce qui m’entourait avec une certaine distance »

, confie Guillaume Noury. Cet auteur venu de Nantes partage sa passion et son lieu de vie avec Ludovic Giraudon et Patrice Lumeau. Tous trois, amis et artistes, développent une sensibilité commune, et un goût pour l’expérimentation. « Nous savions que nos approches respectives pouvaient entrer en résonance. Nous avons donc décidé de parcourir ensemble l’estuaire de la Loire », expliquent-ils.

Comment capturer un territoire à la fois proche et lointain ? Pour réaliser Tu vas où ? Tu m’emmènes… Les trois photographes se sont imposés deux règles : « Dormir sur place, afin d’y être tard le soir et tôt le matin, et profiter des plus belles lumières. Répéter ces sessions de deux jours et une nuit durant deux ans pour qu’on puisse s’imprégner du lieu ». Un projet au long cours portant les traces d’une errance maîtrisé, d’un plongeon dans un espace bien-aimé.

Lire entre les lignes

Une douce brume et des gouttes de pluie parsèment les images du petit ouvrage. Partout, le paysage se brouille, laissant apparaître une douce mélancolie. L’abstraction domine, au fil des pages, « rien de tel pour ouvrir l’imaginaire du lecteur ! », s’amusent les auteurs. Nourrissant les clichés, des vers surgissent, jouant avec l’absurde et l’effusion des sens. « Cette poésie s’est imposée au fur et à mesure de nos pérégrinations. Une manière de dévoiler les émotions que nous ressentions », ajoutent-ils. Mots et visuels fusionnent alors, ne portant ni de signature ni de signification claire. Pourtant, au gré du voyage, on apprend à lire entre les lignes. Du grain prononcé aux scènes contées, c’est l’abandon qui apparaît. Il se ressent dans le chemin emprunté par les artistes – une voie non tracée. Chaque diptyque image-texte s’impose alors comme une réaction brute, instinctive face à l’inconnu. Un goût pour l’évasion, peu importe la destination. « Ici est ailleurs, le périple est possible si l’on s’autorise à être libre », déclarent-ils. Une œuvre célébrant le dépaysement.

 

Tu vas où ? Tu m’emmènes…, auto-publié, 18 €, 52 p.

© Guillaume Noury, Ludovic Giraudon et Patrice Lumeau

© Guillaume Noury, Ludovic Giraudon et Patrice Lumeau

© Guillaume Noury, Ludovic Giraudon et Patrice Lumeau© Guillaume Noury, Ludovic Giraudon et Patrice Lumeau

© Guillaume Noury, Ludovic Giraudon et Patrice Lumeau

© Guillaume Noury, Ludovic Giraudon et Patrice Lumeau© Guillaume Noury, Ludovic Giraudon et Patrice Lumeau

© Guillaume Noury, Ludovic Giraudon et Patrice Lumeau© Guillaume Noury, Ludovic Giraudon et Patrice Lumeau

© Guillaume Noury, Ludovic Giraudon, Patrice Lumeau

Explorez
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
© Katalin Száraz
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
Katalin Száraz compose, avec La fille du marin, un hommage visuel à la profession de son père. Une série oscillant entre les fantasmes de...
14 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
L’éternel été de Beatrice Salomone
© Beatrice Salomone
L’éternel été de Beatrice Salomone
À l’argentique, Beatrice Salomone capture une saison estivale infinie, dont la chaleur pousse les corps à se détendre et les...
14 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
13 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Portrait(s) : une errance photographique au cœur de Vichy
Arielle Bobb-Willis - Production en résidence dans le cadre des Jeux Olympiques Paris 2024 - Corps à corps > Louis Prades, Académie de natation Philippe Croizon de Vichy © Arielle Bobb-Willis. Courtesy Galerie Les filles du calvaire, Paris
Portrait(s) : une errance photographique au cœur de Vichy
Vichy se transforme en une galerie d'art à ciel ouvert pour la 12ᵉ édition du festival Portrait(s), du 7 juin au 29 septembre. Cette...
12 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
© Laura Lafon Cadilhac
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
Cette semaine, plongée dans l'œil de Laura Lafon Cadilhac. La cofondatrice du collectif Lusted Men nous parle d’une orgie végane et de sa...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
17 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
17 juin 2024   •  
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
16 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill