Inédit : les couleurs de Capa

17 janvier 2014   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Inédit : les couleurs de Capa

Model wearing Dior on the banks of the Seine, Paris, 1948. © Robert Capa / International Center of Photography / Magnum Photos.

Extérieur jour. C’est l’automne. Sur les rives de la Seine s’alignent les arbres nus. Une femme à la robe rose danse sous l’œil de la tour Eiffel et du photographe. L’image est signée Robert Capa, pour un shooting de mode commandé par Dior à Magnum en 1948. 

Après le coming out couleur de Raymond Depardon, mis en scène par le Grand Palais à l’automne dernier, c’est au tour de Robert Capa de faire l’objet d’une rétrospective en couleur, organisée par l’International Center of Photography (ICP) de New York du 31 janvier au 4 mai. Passé à la postérité pour ses reportages en noir et blanc, le photojournaliste s’intéresse à la photo couleur en 1938 alors qu’il couvre la guerre sino-japonaise. Sur les douze rouleaux de film Kodachrome envoyés de New York à Capa sur sa demande, seules quatre images ont survécu, publiées dans les pages de Life le 17 octobre 1938.

Peu à peu, Capa prit l’habitude d’emporter avec lui deux appareils, shootant aussi bien en noir et blanc qu’en couleur. L’histoire a choisi de ne retenir que le visage noir et blanc. “Capa savait bien qu’il pouvait vendre ses clichés couleur bien plus chers que ceux en noir et blanc“, explique Cynthia Young, la commissaire de l’exposition à l’ICP, dans une interview à Time Magazine. “La couleur représentait alors l’exotisme, mais était encore cantonnée à la photographie amateur.”

Tous formats confondus, près de 4 000 photos couleur signées par Capa dorment dans les archives de l’ICP – 4 000 clichés inédits, dont 125 ont été sélectionnés dans le cadre de l’exposition Capa in Color. Des champs de bataille de la Seconde Guerre mondiale à l’Indochine – où Robert Capa meurt en 1954 – en passant par la Place Rouge et la plage de Vallauris, seize années de la vie du photoreporter défilent sous nos yeux. Un univers rendu plus vivant que jamais par le Kodachrome.

Exposition “Capa in Color”, du 31 janvier au 4 mai 2014. International Center of Photography, 133 Avenue of the Americas, New York.

À découvrir : une interview de Robert Capa diffusée à la radio américaine le 20 octobre 1947, publié par l’ICP à l’occasion de l’exposition “Capa at 100 » organisée pour le centenaire de la naissance du photographe.

Capucine, French model and actress, on a balcony, Rome, August 1951. ©Robert Capa/International Center of Photography/Magnum Photos.
Capucine, French model and actress, on a balcony, Rome, August 1951.
©Robert Capa/International Center of Photography/Magnum Photos.

 

Pablo Picasso playing in the water with his son Claude, Vallauris, France, 1948. © Robert Capa/International Center of Photography/Magnum Photos.
Pablo Picasso playing in the water with his son Claude, Vallauris, France, 1948.
©Robert Capa/International Center of Photography/Magnum Photos.
 
Place de la Concorde from the Time-Life office, Paris, ca. 1952. ©Robert Capa/International Center of Photography/Magnum Photos.
Place de la Concorde from the Time-Life office, Paris, ca. 1952.
©Robert Capa/International Center of Photography/Magnum Photos.

C.T.

Explorez
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
29 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
© Paul Wolff, « Femme en maillot de bain avec ombres de plantes », 1932, tirage d'origine, Collection Christian Brandstätter / Courtesy of Pavillon Populaire
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
© Henri Kisielewski
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
Expositions, immersion dans une série, anecdotes, vidéos… Chaque mois, la rédaction Fisheye revient sur les actualités photo qui l’ont...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
29 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
29 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet