Isabel et Colin

09 mars 2018   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Isabel et Colin

Depuis 16 ans, le photographe britannique Colin Pantall photographie sa fille, Isabel. All Quiet in the Home Front relate les explorations de la jeune fille dans les bois environnants. Un journal intime visuel, délicat et sensible, sur la paternité.

Colin a toujours été touché par le lien fort unissant Isabel et sa mère, Katherine. Pour cette raison, il n’a jamais essayé de s’immiscer entre elles. Il a cependant trouvé dans les bois un sanctuaire familier, dans lequel lui et sa fille pouvaient s’abriter. « Cet endroit nous a rapprochés, il nous calmait », confie Isabel. « Je partais souvent me promener avec mon père, nous allions courir dans les montagnes. Là-bas, on sent la terre, l’herbe humide, les feuilles des arbres. Aucun mur ne nous retient lorsqu’on est dehors ».

Incapable de trier les centaines de photos prises pendant ces seize années, Colin les montre finalement à sa femme. Pour celle-ci, le fil conducteur est clair. « C’est évident. C’est toi : tu es dans tous les paysages. Depuis sa naissance, tu l’as emmenée en balade… Tu racontes l’histoire de ta relation avec Isabel à travers le paysage ! »

La promenade de toute une vie

Le livre est rythmé par les pas de la famille, arpentant les années comme les montagnes. Familier et personnel, All Quiet on the Home Front nous emporte avec aisance dans la liberté et l’intimité des liens familiaux. Au fil des pages, l’émerveillement de Colin face à l’évolution de sa fille grandit. Ses mouvements changent, les regards sont partagés, son corps d’enfant est tantôt emporté par une énergie enjouée, tantôt allongé paresseusement dans l’herbe. Les photographies illustrent la paternité, et les peurs qui l’accompagnent. « On ressent cette angoisse quand son enfant grandit, et que son rôle de parent croît pour diminuer ensuite ».

Les images accompagnées de mots plaisent à Colin, qui voit, dans ce livre, une forme de transcendance. La matière renforce et célèbre le lien qu’entretiennent Colin et Isabel avec la nature. Elle cristallise le sol boueux sur lequel la fillette se dresse, l’air qu’elle respire doucement. « Isabel aura toujours cette profonde connexion avec le territoire dans lequel elle a grandi, peu importe ce que la vie lui réserve », dit Colin. Un magnifique récit d’un père et de sa fille, sublimé par la pureté de la nature.

 

All Quiet on the Home Front, publié par ICVL Studio, 44 €, 112 p.

From All Quiet on the Home Front © Colin Pantall

From All Quiet on the Home Front © Colin Pantall

From All Quiet on the Home Front © Colin Pantall
From All Quiet on the Home Front © Colin Pantall
From All Quiet on the Home Front © Colin Pantall
From All Quiet on the Home Front © Colin Pantall

From All Quiet on the Home Front © Colin Pantall

From All Quiet on the Home Front © Colin Pantall
From All Quiet on the Home Front © Colin Pantall
From All Quiet on the Home Front © Colin Pantall
From All Quiet on the Home Front © Colin Pantall

From All Quiet on the Home Front © Colin Pantall

From All Quiet on the Home Front © Colin Pantall
From All Quiet on the Home Front © Colin Pantall
From All Quiet on the Home Front © Colin Pantall
From All Quiet on the Home Front © Colin Pantall

All Quiet on the Home Front III by ICVL Studio

from Rab on Vimeo.

© Colin Pantall

Explorez
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
© Lorenzo Castore
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
Jusqu’au 11 mai, la galerie parisienne S. accueille le photographe Lorenzo Castore, l’un des pionniers de la nouvelle photographie...
22 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
© Julie Legrand
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
Nos coups de cœur de la semaine, Julie Legrand et Kathleen Missud, ont toutes deux, au cours de leur parcours dans le 8e art, fait le...
22 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Rastchoutchas, la pop en béquille
© Rastchoutchas
Rastchoutchas, la pop en béquille
Entre les potes, les ombres et les mâchoires animales qu’une main de matrone serre, Rastchoutchas pope toujours la même et unique soirée...
16 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les femmes s'exposent à Houlgate pour une nouvelle édition !
© Alessandra Meniconzi, Mongolia / Courtesy of Les femmes s'exposent
Les femmes s’exposent à Houlgate pour une nouvelle édition !
Le festival Les femmes s'exposent réinstalle ses quartiers dans la ville normande Houlgate le temps d'un été, soit du 7 juin au 1er...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Flashs et paysages : les mondes mystiques d'lnka&Niclas
Family Portrait © Inka&Niclas
Flashs et paysages : les mondes mystiques d'lnka&Niclas
Des vagues et des palmiers rose-orangé, des silhouettes incandescentes, des flashs de lumières surnaturels dans des paysages grandioses....
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Avec Unique, le Hangar joue la carte du singulier pluriel
© Douglas Mandry, Retardant Panels (2023)
Avec Unique, le Hangar joue la carte du singulier pluriel
La nouvelle exposition du Hangar, à Bruxelles, met en lumière une vingtaine d’artistes qui ont choisi de transformer leurs photographies...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Eric Karsenty
Concours #RATPxFisheye : lumière sur les médaillé·es
© Jeanne Pieprzownik
Concours #RATPxFisheye : lumière sur les médaillé·es
Le 3 avril 2024, le jury du concours #RATPxFisheye a désigné ses trois lauréat·es. Guillaume Blot, Jeanne Pieprzownik et Guillaume...
23 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine