Jefferson Hayman : la photographie dans un écrin

22 octobre 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Jefferson Hayman : la photographie dans un écrin

Jusqu’au 11 décembre, la Galerie de l’Instant présente La poésie de l’image : les créations atypiques de Jefferson Hayman. Une œuvre raffinée, mêlant photographie et inspirations picturales.

« J’ai étudié la peinture et le dessin dans une école d’art, et je me servais de la photographie comme d’une référence. Et puis un jour elle m’a conquise : je ne ressentais plus le besoin de la transformer en quelque chose d’autre pour créer une œuvre »,

raconte Jefferson Hayman. Cet artiste américain présente à la Galerie de l’Instant ses créations uniques. Pour lui, toute démarche doit être guidée par la notion de beauté. « J’essaie de la trouver dans chaque objet, chaque instant, que ce soit dans une paire de chaussures, un portrait de mes enfants ou au détour d’une rue », ajoute-t-il. Influencé par ses études, le photographe s’inspire des tableaux des grands peintres pour réaliser ses images. Des créations suggérant un récit, tout en laissant au regardeur la liberté de le compléter. « J’ai souvent été obsédé par certains artistes : De Vinci, Raphaël, Ingres, Delacroix, Whistler, Marcel Duchamp et sa théorie de ce qui peut être considéré “art” et bien d’autres », précise Jefferson Hayman. Des modèles lui apprenant l’art des natures mortes et de la composition, l’imperceptible mélancolie d’un paysage maritime, ou la poésie d’un portrait pris à la dérobée… Et bien sûr, le choix de l’encadrement.

Réaliser des objets uniques

Véritable artisan, Jefferson Hayman contrôle chaque étape de la création d’une image. « J’aime réaliser des objets uniques, or la photographie est un médium qui peut être dédoublé. J’utilise donc tous les outils à ma disposition pour développer des œuvres individuelles », explique-t-il. Ses clichés – presque jamais retouchés en postproduction – sont envoyés à un imprimeur avec qui l’artiste discute des différents supports. De la précision d’un papier mat à la finesse d’une feuille japonaise, les photographies se transforment selon chaque choix, convoquant les émotions que l’auteur souhaite partager. Enfin, le tirage est placé dans un cadre, souvent construit par le photographe lui-même. « J’en possède environ 400 dans mon studio, et je me rends tous les jours dans des magasins d’antiquités, à la recherche de nouveaux modèles », précise-t-il.

Un travail long et méticuleux : si l’auteur travaille sans arrêt, il ne termine généralement qu’une réalisation par jour. Et le résultat séduit. Au cœur de la Galerie, les œuvres accrochées évoquent des tableaux. Les bordures ornées épousent les formes parfois étranges des clichés – tantôt étroits, tantôt sphériques – et révèlent leur beauté. Un mariage de textures et de couleurs fascinant. Enfermées dans leurs écrins, les images deviennent précieuses. Une collection atypique rappelant la noblesse des peintures flamandes.

 

La poésie de l’image

Jusqu’au 11 décembre 2019

Galerie de l’Instant, 46 rue de Poitou, 75003 Paris

© Jefferson Hayman / Courtesy Galerie de l'Instant© Jefferson Hayman / Courtesy Galerie de l'Instant
© Jefferson Hayman / Courtesy Galerie de l'Instant© Jefferson Hayman / Courtesy Galerie de l'Instant
© Jefferson Hayman / Courtesy Galerie de l'Instant© Jefferson Hayman / Courtesy Galerie de l'Instant
© Jefferson Hayman / Courtesy Galerie de l'Instant© Jefferson Hayman / Courtesy Galerie de l'Instant

© Jefferson Hayman / Courtesy Galerie de l’Instant

Explorez
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Zooms 2024 : Fisheye soutient Juliette Alhmah
Zooms 2024 : Fisheye soutient Juliette Alhmah
Le Salon de la Photo présente les Zooms 2024 ! L’occasion de (re)découvrir Toujours Diane, le songe éveillé de Juliette Alhmah...
24 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
© Enzo Lefort
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
Enzo Lefort, le plus titré des escrimeurs français, est l’un des plus sûrs espoirs de médaille aux prochains Jeux olympiques. Dans...
23 mai 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Nos derniers articles
Voir tous les articles
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •