Jefferson Hayman : la photographie dans un écrin

22 octobre 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Jefferson Hayman : la photographie dans un écrin

Jusqu’au 11 décembre, la Galerie de l’Instant présente La poésie de l’image : les créations atypiques de Jefferson Hayman. Une œuvre raffinée, mêlant photographie et inspirations picturales.

« J’ai étudié la peinture et le dessin dans une école d’art, et je me servais de la photographie comme d’une référence. Et puis un jour elle m’a conquise : je ne ressentais plus le besoin de la transformer en quelque chose d’autre pour créer une œuvre »,

raconte Jefferson Hayman. Cet artiste américain présente à la Galerie de l’Instant ses créations uniques. Pour lui, toute démarche doit être guidée par la notion de beauté. « J’essaie de la trouver dans chaque objet, chaque instant, que ce soit dans une paire de chaussures, un portrait de mes enfants ou au détour d’une rue », ajoute-t-il. Influencé par ses études, le photographe s’inspire des tableaux des grands peintres pour réaliser ses images. Des créations suggérant un récit, tout en laissant au regardeur la liberté de le compléter. « J’ai souvent été obsédé par certains artistes : De Vinci, Raphaël, Ingres, Delacroix, Whistler, Marcel Duchamp et sa théorie de ce qui peut être considéré “art” et bien d’autres », précise Jefferson Hayman. Des modèles lui apprenant l’art des natures mortes et de la composition, l’imperceptible mélancolie d’un paysage maritime, ou la poésie d’un portrait pris à la dérobée… Et bien sûr, le choix de l’encadrement.

Réaliser des objets uniques

Véritable artisan, Jefferson Hayman contrôle chaque étape de la création d’une image. « J’aime réaliser des objets uniques, or la photographie est un médium qui peut être dédoublé. J’utilise donc tous les outils à ma disposition pour développer des œuvres individuelles », explique-t-il. Ses clichés – presque jamais retouchés en postproduction – sont envoyés à un imprimeur avec qui l’artiste discute des différents supports. De la précision d’un papier mat à la finesse d’une feuille japonaise, les photographies se transforment selon chaque choix, convoquant les émotions que l’auteur souhaite partager. Enfin, le tirage est placé dans un cadre, souvent construit par le photographe lui-même. « J’en possède environ 400 dans mon studio, et je me rends tous les jours dans des magasins d’antiquités, à la recherche de nouveaux modèles », précise-t-il.

Un travail long et méticuleux : si l’auteur travaille sans arrêt, il ne termine généralement qu’une réalisation par jour. Et le résultat séduit. Au cœur de la Galerie, les œuvres accrochées évoquent des tableaux. Les bordures ornées épousent les formes parfois étranges des clichés – tantôt étroits, tantôt sphériques – et révèlent leur beauté. Un mariage de textures et de couleurs fascinant. Enfermées dans leurs écrins, les images deviennent précieuses. Une collection atypique rappelant la noblesse des peintures flamandes.

 

La poésie de l’image

Jusqu’au 11 décembre 2019

Galerie de l’Instant, 46 rue de Poitou, 75003 Paris

© Jefferson Hayman / Courtesy Galerie de l'Instant© Jefferson Hayman / Courtesy Galerie de l'Instant
© Jefferson Hayman / Courtesy Galerie de l'Instant© Jefferson Hayman / Courtesy Galerie de l'Instant
© Jefferson Hayman / Courtesy Galerie de l'Instant© Jefferson Hayman / Courtesy Galerie de l'Instant
© Jefferson Hayman / Courtesy Galerie de l'Instant© Jefferson Hayman / Courtesy Galerie de l'Instant

© Jefferson Hayman / Courtesy Galerie de l’Instant

Explorez
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
21 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Necromancer : Inuuteq Storch, mage noir au service des mythes groenlandais
© Inuuteq Storch
Necromancer : Inuuteq Storch, mage noir au service des mythes groenlandais
Dans Necromancer, un récit monochrome aux frontières du monde spirituel, Inuuteq Storch illustre les coutumes de ses ancêtres, tout en...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #451 : la vie simple
© Melissa Alcena / Instagram
La sélection Instagram #451 : la vie simple
De la photographie de paysage à la nature morte en passant par l'autoportrait, notre sélection Instagram de la semaine est une ode...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
© Lorenzo Castore
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
Jusqu’au 11 mai, la galerie parisienne S. accueille le photographe Lorenzo Castore, l’un des pionniers de la nouvelle photographie...
22 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil de Kin Coedel : l'effet de la mondialisation sur les regards
© Kin Coedel
Dans l’œil de Kin Coedel : l’effet de la mondialisation sur les regards
Aujourd’hui, plongée dans l’œil de Kin Coedel, à l’origine de la série Dyal Thak. Dans ce projet poétique, dont nous vous parlions déjà...
22 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet