Justine Robineau et la météo de l’apaisement

12 mai 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Justine Robineau et la météo de l'apaisement

Ayant grandi dans un petit village au cœur des Cévennes, entre les montagnes et les « murmures » de la rivière, Justine Robineau vit et officie actuellement à Majorque, dans les Baléares. Là-bas, la photographe et directrice artistique s’imprègne de toute l’énergie naturelle et créative que peuvent lui procurer ses divagations sur l’île. Oscillant entre des commandes pour des marques de mode ou de produits, des reportages photos et des productions personnelles, l’ancienne diplômée des arts appliqués et de graphisme, considère le médium comme son espace privilégié d’expression et d’apprentissage. Ouverte à la découverte, aux autres et influencée par l’essence de l’instant présent, Justine Robineau n’hésite pas à aller à la rencontre de l’inattendu. « Si je devais choisir une de mes images, ce serait celle du Mont-Saint-Michel. Elle est issue d’une série réalisée en été 2021, lorsqu’avec mon ancien compagnon nous vivions dans un van sur les routes de France. C’est un lieu qui a marqué mon enfance. Ce matin-là, j’avais la sensation d’être privilégiée. Nous étions totalement seul·es dans ce décor incroyable. La lumière était parfaite. J’avais une idée précise de ce que je voulais faire, mais ce cliché fût totalement involontaire, le retardateur s’est déclenché trop tôt et j’ai éprouvé une émotion particulière en découvrant le rendu. » Chez l’artiste, le dialogue avec son environnement est un trésor qui ne se tarit pas, à tel point qu’en 2019, elle co-crée avec son ami photographe Michaël Diot, un studio créatif regroupant divers corps de métiers artistiques, qu’iels nomment Maison Papakunu. Road trip fleuri, pique-nique dans des casbahs en bord de mer, voilages de corps nus et de pavots… S’élance sous nos yeux attendris un défilé de caresses, d’odeurs musquées et de couleurs suaves. Comme une main tendue vers une myriade de bonheurs simples. « Il y a quelques années j’avais l’impression de fuir la couleur. J’ai perdu mon père lorsque j’avais onze ans. Suite à mon deuil, j’ai entamé le chemin de l’introspection, ce qui m’a grandement libérée de sacs encombrants. Depuis, je pense que j’ai chassé certains nuages gris, pour laisser une grande place au soleil, et aux couleurs que la nature nous offre », conclut-elle.

© Justine Robineau

© Justine Robineau

 

© Justine Robineau
© Justine Robineau

 

© Justine Robineau

 

© Justine Robineau© Justine Robineau

 

© Justine Robineau

 

© Justine Robineau© Justine Robineau

 

© Justine Robineau
© Justine Robineau

 

© Justine Robineau© Justine Robineau

© Justine Robineau

Explorez
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
L’écocide en ligne de mire
© Oleksandra Zborovska, When The River Left The Shores, 2023
L’écocide en ligne de mire
Ce terme est brutalement réapparu dans l’actualité avec la guerre en Ukraine et la destruction du barrage de Kakhovka, dans le sud du...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas