Kevin Moore imagine une Amérique des années 1950 queer et décomplexée

30 juin 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Kevin Moore imagine une Amérique des années 1950 queer et décomplexée

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité de la semaine. Kevin Moore met en scène des personnages queer dans des décors résolument rétro, pour mieux questionner notre société.

Identité queer, et culture américaine du milieu du siècle dernier – les deux influences de Kevin Bennett Moore n’ont en principe rien en commun. Pourtant, le photographe né en 1996 utilise son imagination débordante pour faire fusionner ces deux mondes opposés. « Historiquement, ces deux sujets détonnent. Mais cette discordance me permet de m’amuser avec ma propre expérience, en m’insérant dans l’esthétique du cette culture américaine, et de proposer une sorte de critique du passé », confie-t-il.

C’est au Massachusetts College of Art and Design que l’artiste s’initie au médium photographique. Passionné par les enjeux sociétaux, il imagine des performances et mises en scène liées aux genres et use de l’humour pour pousser le regardeur à la réflexion. « Je construis mes images plus que je ne les prends par hasard. J’ai tendance à réaliser beaucoup de croquis en amont, et à improviser ensuite à partir de ces premiers éléments », précise-t-il. Imaginées comme des saynètes de films, ses images flirtent avec l’immersion, et sèment le doute : que regardons-nous ? Un cliché autobiographique ? Ou un instant scénarisé ?

© Kevin Moore

Capturé sous tous les angles

Postes de télévision rétro, pulls à carreaux, lunettes vintage et moquettes kitsch peuplent l’univers de Kevin Moore. Autant d’éléments venant écraser le tangible pour proposer une fuite dans le passé. Influencé par le cinéma d’Alfred Hitchcock et par la série télévisée culte The Twilight Zone, le photographe distille, dans ses images, une certaine étrangeté. Prises au flash, ses compositions semblent flotter entre deux mondes parallèles, deux époques, deux réalités. Et, dans ce décor étrange, évolue un protagoniste queer et décomplexé, capturé sous tous les angles.

Car le voyeurisme est au cœur des créations du photographe. Les paires de jumelles croisent les cadrages serrés et les plans pris à la volée – à la manière d’un paparazzi désireux de figer une scène croustillante. Dans ses clichés, Kevin Moore est à la fois l’observateur et l’observé. Il suit ses faits et gestes et révèle l’absurde, le risible, l’ordinaire à la manière d’un stalker obsédé par un inconnu. « Depuis quelque temps, j’explore le voyeurisme de manière très évidente. On le percevait déjà dans mes anciens travaux, où j’invitais par exemple le regardeur à observer mon personnage se faire littéralement écraser la tête contre un gâteau. Mais on peut également voir ce voyeur comme un reflet de notre société, qui surveille l’identité queer de loin, en gardant ses distances », explique l’auteur. Entre passéisme et futurisme, humour et engagement, Kevin Moore redessine une Amérique hybride, ancrée dans les années 1950. Un monde aussi chic que démodé, abritant des figures fières, vivant leurs queerness au grand jour.

© Kevin Moore

© Kevin Moore© Kevin Moore

© Kevin Moore

© Kevin Moore© Kevin Moore

© Kevin Moore

© Kevin Moore© Kevin Moore

© Kevin Moore

© Kevin Moore

Explorez
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ? © Caroline Heinecke
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
16 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
WhiteWall met en lumière l'œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
WhiteWall met en lumière l’œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
Le laboratoire WhiteWall met en avant, imprime et édite l'œuvre toute en noir et blanc de Alexandre Souêtre, grâce à un livre haut de...
14 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Yannig Hedel : l'équilibre subtil de l'ombre à la lumière
© Yannig Hedel
Yannig Hedel : l’équilibre subtil de l’ombre à la lumière
L'exposition De prime abord, accueillie par la Galerie Bigaignon, met en avant les premiers travaux de Yannig Hedel, des expérimentations...
13 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •