Kingdom of Ends : Robin Kid explore les névroses de notre temps

26 août 2023   •  
Écrit par Costanza Spina
Kingdom of Ends : Robin Kid explore les névroses de notre temps
© Robin Kid
© Robin Kid

Du 2 septembre au 21 octobre, la galerie Templon à Paris accueille Kingdom of Ends, la nouvelle exposition de Robin Kid. L’artiste emprunte tous les codes de la pop culture pour interroger les névroses de notre temps et présenter, sans filtres, les pires angoisses des jeunes générations.

Robin Kid (1991), a.k.a The Kid, propose une nouvelle série à l’imagerie foisonnante, questionnant les névroses de notre époque : Kingdom of Ends. L’artiste, un magicien de l’image qui joue avec les codes photographiques et publicitaires, donne vie ici à des œuvres hybrides, à la croisée entre sculpture et peinture. Ces panneaux tapageurs reprennent l’imaginaire de notre enfance commune pour aller explorer le besoin de confort jamais comblé de notre génération, en proie à toutes ses angoisses d’avenir. Dans son travail, l’artiste hollandais détourne une variété d’imageries sociales, politiques et traditionnelles du passé et du présent en leur donnant des connotations parfois provocantes de rébellion, de religion et de politique. Combinant panneaux en acier inoxydable et sculpture en aluminium avec la peinture à l’huile, Robin Kid donne vie, comme s’il s’agissait d’un jouet pour enfants, à des billboards idéalisés de nos désirs collectifs. L’enfance, dépeinte ici comme presque grotesque, est au centre de l’intérêt de l’artiste qui y place le début de toutes nos insécurités, scandée dès le plus tendre âge d’un marketing omniprésent.

L’enfance comme terrain du grotesque

L’enfance et ses représentations, entre le vintage et le grotesque, sont au cœur de la recherche de Kid. L’inquiétude qui se propage de ses œuvres dérive d’un rapport dévié à ce qui devrait être l’âge de l’innocence, qui se mue au contraire en ère monstrueuse de lavage du cerveau. En convoquant ses souvenirs, l’artiste illustre la naïveté des rêves adolescents, qui cèdent vite la place à un besoin compulsif de consommer et de se sentir toujours confortables. Son titre traduit signifie « Royaume des Fins » : il fait référence au principe éthique de Kant, et à notre besoin et notre espoir collectifs d’une existence sûre, mise à mal par la peur que dans le monde d’aujourd’hui, beaucoup ne puissent jamais l’atteindre. Dévoilée sous son jour le plus cringe et étrange, l’enfance est désacralisée au service d’un message politique sans fioritures. Son univers se nourrit joyeusement du monde de la publicité, de l’internet, de l’industrie du divertissement et des expériences personnelles pour créer des narratifs énigmatiques mais universels, suscitant la réflexion et interrogeant le monde polarisé du 21e siècle.

© Robin Kid
© Robin Kid
© Robin Kid
© Robin Kid
© Robin Kid
Explorez
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
L’écocide en ligne de mire
© Oleksandra Zborovska, When The River Left The Shores, 2023
L’écocide en ligne de mire
Ce terme est brutalement réapparu dans l’actualité avec la guerre en Ukraine et la destruction du barrage de Kakhovka, dans le sud du...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas