Hong Kong After Hong Kong : Wong Chung-Wai clôture un chapitre

Hong Kong After Hong Kong : Wong Chung-Wai clôture un chapitre
© Wong Chung-Wai

© Wong Chung-Wai
© Wong Chung-Wai

Hong Kong After Hong Kong est le premier livre photographique de Wong Chung-Wai. Plus qu’un simple ouvrage, il est pour l’artiste le moyen de tourner une nouvelle page de sa vie. Une jolie manière de figer sur papier les souvenirs tout en rendant hommage à sa ville natale.

« Qu’est-ce que vous voulez gardez avec vous si vous quittez un endroit ? ». Cette interrogation résume à elle seule la démarche de Wong Chung-Wai lors de la création de son livre Hong Kong After Hong Kong. Une sensation connue de celles et ceux qui ont un jour dû quitter leur ville ou pays natif pour vivre dans une autre partie du monde. Ce sentiment quelque peu nostalgique de nos origines que l’on ressent en repensant à l’endroit d’où l’on vient. C’est en mai 2021 que Wong Chung-Wai part de Hong Kong avec sa famille, le début d’une nouvelle histoire qui ne pouvait pas réellement commencer sans que la page soit tournée. Il a passé les six mois précédents leur départ au Royaume-Uni en parcourant la ville d’Hong Kong avec sa caméra. Une manière de figer ce qu’il ne pouvait pas emporter avec lui. « Je considère ce travail comme ma lettre d’adieu à cet endroit, mais aussi à la première partie de ma vie. Il s’agit de mon tout premier projet photographique, c’est ce que je voulais pour interpréter ce sentiment que j’ai éprouvé », confie l’artiste. Comme remplir un album photo et le redécouvrir a posteriori, le livre de Wong Chung-Wai fige un instant chargé de souvenir et d’émotion. Pour lui, « ces images devaient originellement saisir le moment présent, mais aujourd’hui elles semblent plus décrire le passé et raconter le futur », un livre comme une passerelle entre deux étapes de vie.

© Wong Chung-Wai
© Wong Chung-Wai

La contradiction d’Hong Kong

Dans son travail Wong Chung-Wai rend hommage à sa ville en montrant les contradictions qu’elle représente : la coexistence de l’infrastructure urbaine et de la nature, de l’ancien et du contemporain, de la lumière artificielle et celle naturelle de la ville baignée par la mer. Des paradoxes qu’il étend à sa réflexion, alors qu’il s’agit d’une des villes les plus peuplé au monde, les clichés de l’artiste sont mis à nu, dépourvus de foules. Préférant révéler des personnages solitaires sur des fonds cinématographiques, Wong Chung-Wai fait découvrir la ville d’une manière nouvelle. « Il était très difficile d’essayer de prendre des portraits d’étrangers alors que Hong Kong vivait dans une atmosphère de méfiance juste après l’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur la sécurité nationale, sans compter que c’était pendant le Covid », rappelle-t-il.

Au-delà de la célébration de l’auteur pour sa ville natale, cet ouvrage met aussi en avant les migrations à travers les générations. Si Wong Chung-Wai s’envole pour le Royaume Uni, ses parents se jetaient illégalement dans la baie de Schenzhen pour s’enfuir illégalement de Chine il y a plus de quarante ans. « Vous pouvez vous demander la raison du destin commun de ces deux générations, qui se sont déracinées de leur pays d’origine. Je répondrai qu’il ne s’agit pas d’une rébellion pure et simple – nous n’avons pas osé – mais plutôt d’une sorte d’entêtement, d’un refus de se laisser tromper », déclare-t-il. Bien que les conditions ne soient pas les mêmes, l’histoire de ses parents fait indéniablement échos au moment de prendre son envol loin de ses terres natales et permet à Wong Chung-Wai de signer son premier livre photographique.

© Wong Chung-Wai
© Wong Chung-Wai
© Wong Chung-Wai
© Wong Chung-Wai
© Wong Chung-Wai
© Wong Chung-Wai

© Wong Chung-Wai
© Wong Chung-Wai
© Wong Chung-Wai
© Wong Chung-Wai

© Wong Chung-Wai
© Wong Chung-Wai
© Wong Chung-Wai
© Wong Chung-Wai
© Wong Chung-Wai
© Wong Chung-Wai

Explorez
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
29 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
© Paul Wolff, « Femme en maillot de bain avec ombres de plantes », 1932, tirage d'origine, Collection Christian Brandstätter / Courtesy of Pavillon Populaire
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
© Henri Kisielewski
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
Expositions, immersion dans une série, anecdotes, vidéos… Chaque mois, la rédaction Fisheye revient sur les actualités photo qui l’ont...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
29 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
29 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet