Dix ans de souvenirs photographiques : électro, pensée queer et curieux érotisme

04 août 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Dix ans de souvenirs photographiques : électro, pensée queer et curieux érotisme
© Anaïs Tohé-Commaret & Nicolas Jardin, Way Out (Maud Geffray)

À l’occasion des dix ans de Fisheye, les membres de sa rédaction reviennent, à tour de rôle, sur trois éléments qui les ont marqué·es : une rencontre, une œuvre photo, un événement. Lumière cette semaine sur la sélection de Milena Ill, journaliste.

© Georges Tony Stoll
© Georges Tony Stoll
© Georges Tony Stoll
© Georges Tony Stoll

© Anaïs Tohé-Commaret & Nicolas Jardin, Way Out (Maud Geffray) / Courtesy of Premier Cri
© Anaïs Tohé-Commaret & Nicolas Jardin, Way Out (Maud Geffray) / Courtesy of Premier Cri

La rencontre : Premier Cri

Fisheye aime privilégier la transversalité. C’est ce qui m’a permis, entre autres, de rencontrer l’équipe de Premier Cri, un collectif de jeunes réalisateurices co-fondé par Larry Clark. Chacun·e d’elleux appartient à cette nouvelle génération qui emploie tous les médiums – films, clips, publicité – pour créer d’une manière originale ses contenus. Iels contribuent à façonner l’univers visuel de certain·es artistes émergent·es de musique électronique, rap et hip hop – BabySolo33, Maud Geffray, Franky Gogo, Lala &ce… Iels étaient sept – un défi donc pour une jeune journaliste comme moi, peu expérimentée, et qui plus est, particulièrement timide. Comment allais-je pouvoir mener l’entretien avec autant de monde ? La réponse est simple : je me suis mise en position d’écoute et je n’ai pas tenu les rênes. La force du collectif paraissait à merveille. C’était simplement une occasion qui leur était donnée d’échanger sur leurs pratiques, de faire des liens entre leurs approches mutuelles. Je me suis sentie très privilégiée, et émue, d’avoir pu assister à une telle émulation, et à l’expression de véritables amitiés artistiques. 

© Maisie Cousins
© Maisie Cousins

L’œuvre : Maisie Cousins

Dans son numéro d’été 2019, Fisheye présentait un portfolio sur le travail radical et provocateur de Maisie Cousins. Je n’ai pas le souvenir d’un seul travail photographique qui m’ait autant marquée – émotionnellement, voire physiquement, car il me donne la nausée. Dont cette image intitulée Blue Mermaid, aux couleurs contrastées, d’une miniature de sirène bleue en plastique échouée au milieu d’aliments qui n’inspirent guère l’appétit. Le vertige – esthétique, sensible – oblige en quelque sorte à entrer en soi-même, afin de prendre conscience des différentes strates qui nous composent, de la répulsion au sentiment de douceur et d’émerveillement. Maisie Cousins montre la beauté là où elle semble manquer cruellement, réconcilie l’érotique et l’abject. Son œuvre me signifie, avec humour : regarde au fond des poubelles, c’est là qu’est la vraie richesse de l’âme. J’ai gardé ce souvenir visuel avec la même force au fil du temps, et je dois dire que ma vision des choses a bien changé depuis cette découverte.

© Hervé Guibert
© Hervé Guibert

L’évènement : Exposé·es au Palais de Tokyo

Un matin avant même que le Palais de Tokyo ne soit ouvert au public, François Piron, curateur d’Exposé·es – qui s’y était tenue jusqu’en mai dernier – m’a accordée trente minutes, top chrono, de visite guidée de l’exposition conçue avec Élisabeth Lebovici. Avec considération, respect ainsi qu’une grande sincérité humaine – pour moi qui n’étais stagiaire que depuis un mois au sein de Fisheye, et pour qui la photo n’était pas le domaine de prédilection –, il m’a orientée dans un parcours des figures de la photographie représentées pour l’occasion, entres autres Hervé Guibert, Georges Tony Stoll, Régis Samba-Kounzi et Nan Goldin. Nous nous sommes attardé·es, à ma demande, sur le travail de cette dernière, qui retraçait la fulgurance de la maladie du sida chez son ami galeriste, Gilles Dusein. Exposé·es montrait celleux que l’amitié a sauvé·es, par-delà la mort et par-delà la vie. Elle était une exposition importante, puisqu’elle dessinait, en filigrane, la pensée queer dans toute sa substance : tisser les fils du soin et de l’amour entre nous tous·tes.

Explorez
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ? © Caroline Heinecke
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
16 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
WhiteWall met en lumière l'œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
WhiteWall met en lumière l’œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
Le laboratoire WhiteWall met en avant, imprime et édite l'œuvre toute en noir et blanc de Alexandre Souêtre, grâce à un livre haut de...
14 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Yannig Hedel : l'équilibre subtil de l'ombre à la lumière
© Yannig Hedel
Yannig Hedel : l’équilibre subtil de l’ombre à la lumière
L'exposition De prime abord, accueillie par la Galerie Bigaignon, met en avant les premiers travaux de Yannig Hedel, des expérimentations...
13 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet