Kurt Tong, lauréat du Prix Élysée raconte l’histoire d’un mystérieux Franklin…

30 juin 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Kurt Tong, lauréat du Prix Élysée raconte l’histoire d’un mystérieux Franklin…

Le 22 juin, le Prix Élysée a divulgué le nom du lauréat de sa quatrième édition : Kurt Tong. Dans Dear Franklin, le photographe hongkongais croise les médiums pour explorer ses racines chinoises.

Depuis sa création, le Prix Élysée accompagne les photographes dans l’évolution de leur carrière. Sans thématique imposée, le concours distingue, chaque année, huit finalistes internationaux, dont les travaux ont déjà fait l’objet de publications ou d’expositions. Chacun de ces nommés reçoit une contribution de 5000 CHF (environ 4550 euros) pour réaliser un projet inédit. Parmi ces auteurs, un lauréat est ensuite récompensé. Celui-ci remporte 80 000 CHF (soit environ 72 800 euros) – une somme lui permettant de finaliser un projet, et de publier un livre à son sujet – un véritable tremplin pour des artistes en pleine création ! Pour cette quatrième édition, le jury du Prix a choisi de récompenser le photographe hongkongais Kurt Tong, et son projet Dear Franklin.

© Kurt Tong© Kurt Tong

Une relecture de l’histoire

Diplômé d’un master en photographie documentaire du London College of Communication, Kurt Tong explore, à travers des projets multidisciplinaires, ses racines chinoises, sa culture et sa propre compréhension de son pays d’origine. Dans Dear Franklin, il se plonge dans une relecture de l’histoire, retraçant les pas de Franklin Lung, un homme ayant vécu juste après la chute de l’Empire chinois, en 1912.

C’est en 2018 que l’auteur fait la connaissance du personnage, en recevant, à la mort de son voisin, un vieux coffre en bois, scellé par un sceau taoïste, contenant de nombreuses lettres et photographies appartenant à Franklin. Fasciné par l’anecdote, Kurt Tong se lance dans de longues recherches, et découvre, peu à peu, le récit de sa vie. Issu d’une famille pauvre de Hong Kong, l’homme – à force de détermination – parvient à s’intégrer à la haute société chinoise, et se fiance à Dongyu, fille d’un général de haut rang. En 1948, Dongyu, alors à bord d’un bateau fuyant l’armée communiste, fait naufrage. Le cœur brisé, Franklin décidé malgré tout de l’épouser, par le biais d’une cérémonie fantomatique, unissant une personne vivante à un être décédé. Peu après, il émigre aux États-Unis, mais peine à maintenir sa stature. Ruiné, il retourne finalement à Hong Kong, où il finit par se suicider.

Ancrée dans un passé tumultueux, l’histoire du protagoniste de Kurt Tong fascine par son universalité. Au fil des péripéties, le photographe parvient à mêler passé et présent, réalité et fiction, et à explorer des sujets modernes en les ancrant dans une époque révolue. « Kurt utilise un mélange de fictions et d’événements historiques pour parler des problèmes qui nous entourent aujourd’hui : les migrations forcées, les guerres civiles et les effets que ces événements ont sur l’individu », conclut Laurel Parker, jurée du Prix Élysée.

© Kurt Tong© Kurt Tong

© Kurt Tong

© Kurt Tong© Kurt Tong

© Kurt Tong

© Kurt Tong

Explorez
Dans l’œil de Kin Coedel : l'effet de la mondialisation sur les regards
© Kin Coedel
Dans l’œil de Kin Coedel : l’effet de la mondialisation sur les regards
Aujourd’hui, plongée dans l’œil de Kin Coedel, à l’origine de la série Dyal Thak. Dans ce projet poétique, dont nous vous parlions déjà...
22 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
© J.A. Young
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
Cette semaine, plongée dans l’œil de J.A. Young. Aussi fasciné·e que terrifié·e par les horreurs que le gouvernement américain dissimule...
15 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
14 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
© Lorenzo Castore
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
Jusqu’au 11 mai, la galerie parisienne S. accueille le photographe Lorenzo Castore, l’un des pionniers de la nouvelle photographie...
22 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil de Kin Coedel : l'effet de la mondialisation sur les regards
© Kin Coedel
Dans l’œil de Kin Coedel : l’effet de la mondialisation sur les regards
Aujourd’hui, plongée dans l’œil de Kin Coedel, à l’origine de la série Dyal Thak. Dans ce projet poétique, dont nous vous parlions déjà...
22 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
© Julie Legrand
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
Nos coups de cœur de la semaine, Julie Legrand et Kathleen Missud, ont toutes deux, au cours de leur parcours dans le 8e art, fait le...
22 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
21 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill