La 11e édition de Kyotographie redéfinit les frontières

14 avril 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La 11e édition de Kyotographie redéfinit les frontières

Du 15 avril au 14 mai se déroulera l’édition 2023 du festival de photographie international Kyotographie. En plein cœur de la ville, une quinzaine d’expositions dévoileront les multiples nuances d’un thème appelant à la créativité : les frontières. 

« La vie habite et défend diverses frontières. Ces lignes façonnent notre existence, encadre notre expérience. Elles protègent, détruisent, discriminent, différencient les formes de vie. L’instinct humain nous pousse à évoluer, à faire face à de nouvelles barrières, à créer de nouveaux territoires. Le désir inné de se différencier, de briser ces murs est une véritable force, essentielle à notre survie. En 2023, nous entendons mettre en avant ces frontières, qu’elles soient physiques, éphémères ou transparentes », déclarent Lucille Reyboz et Yusuke Nakanishi, les cofondateurices et codirecteurices de Kyotographie, en guise d’introduction de cette onzième édition. Depuis sa création, le festival international s’est imposé comme un rendez-vous majeur dans le monde de la photographie. Situé au cœur d’un territoire porté par un millénaire d’histoire, l’événement sublime l’image, croisant l’ancestral et le contemporain, la tradition et l’expérimentation.

Cette année, Kyotographie affirme sa volonté d’encourager la création photographique japonaise, tout comme l’échange culturel entre le pays et le reste du monde. Choisissant pour thématique les frontières, l’édition 2023 croise les écritures d’artistes emblématiques et émergent·es, quelles que soient leurs origines. Odes à nos racines, migrations et diasporas, retour à la nature, études sociétales à échelle planétaire… Les invité·es débordent d’idées pour illustrer l’envergure d’un tel sujet.

© Anna Boyiazis

© Anna Boyiazis

Un voyage au cœur de nombreux imaginaires

Photographe suisse, Roger Eberhard met en image une curieuse pratique de son territoire d’origine : la collection de languettes de petits pots de crème. Révélant, à l’aide de zooms, les paysages exotiques imprimés sur ces couvercles, il imagine un curieux voyage à travers différentes régions. Faisant lui aussi rimer poésie et bizarrerie, le grand Boris Mikhailov présente Yesterday’s Sandwich, une série faisant apparaître des « doubles instants » en superposant – à la manière du repas – divers éléments les uns sur les autres. Une façon singulière de révéler les nuances de notre société.

Couronnée par de nombreux prix pour sa série Ça va aller, Joana Choumali, installée à Abidjan en Côte d’Ivoire, dévoile à Kyotographie deux travaux exclusifs, inspirés à nouveau par son héritage. Croisant les médiums, elle infuse sa photographie d’arts divers pour mieux représenter la complexité de son propre territoire. Amoureux de la nature, Yu Yamauchi s’immerge quant à lui dans les montagnes Mongoliennes, passant plusieurs semaines en isolation pour s’imprégner de l’atmosphère magique des lieux. Loin de toute civilisation, il fait de la végétation sa protagoniste et interroge, en contrepoint, notre place dans l’univers. De l’humour à l’engagement, de l’excentrisme à la contemplation, cette nouvelle édition de Kyotographie promet un voyage splendide au cœur de nombreux imaginaires. Un périple magnifié par le cadre somptueux qui l’accueille.

© Boris Mikhailov

© Boris Mikhailov

© Dennis Morris© Gak Yamada

© à g. Dennis Morris, à d. Gak Yamada

© Joana Choumali,

© Joana Choumali

© Yu Yamauchi

© à g. Yu Yamauchi, à d. Making of Escapism, 2022, various Swiss coffee-cream lids, Roger Eberhard

Kazuhiko Matsumura © Kyoto Shimbun Newspaper

© Kazuhiko Matsumura © Kyoto Shimbun Newspaper

Image d’ouverture : © Boris Mikhailov

Explorez
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Glauco Canalis : une allumette pour tout embraser
© Glauco Canalis
Glauco Canalis : une allumette pour tout embraser
Photographe italien résidant à Londres, Glauco Canalis présente The Darker the Night, the Brighter the Stars [Plus la nuit est sombre...
10 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les coups de cœur #487 : Jaewon Choi et Léna Charlon
© Léna Charlon
Les coups de cœur #487 : Jaewon Choi et Léna Charlon
Jaewon Choi et Léna Charlon, nos coups de cœur de la semaine, utilisent leur boîtier à des fins de documentation. Le premier immortalise...
08 avril 2024   •  
Le sport à l'honneur de la nouvelle édition du festival l'Œil urbain !
Le siège de la Compagnie nationale d'assurance à Mossoul par l'architecte Irakien Rifat Chadirji. 2018 © Charles Thiefaine / Courtesy of Festival l'Œil urbain
Le sport à l’honneur de la nouvelle édition du festival l’Œil urbain !
Du 6 avril au 11 mai prochain à Corbeil-Essonnes, l’Œil urbain revient pour une 12e édition. Fidèle à sa ligne éditoriale accordant une...
05 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bodyland : déluge de chairs
© Kristina Rozhkova
Bodyland : déluge de chairs
C’est l’Amérique contemporaine que Kristina Rozhkova photographie dans sa série Bodyland. Une Amérique de la peau orange comme le...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Hugo Mangin
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
© Robin Lopvet
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
Du 17 février au 5 mai 2024, Robin Lopvet présente sept séries qui ont toutes en commun l’utilisation de la retouche numérique et/ou de...
11 avril 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
© Nancy Jesse
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
En ce mois d’avril, la ville de Bordeaux célèbre le 8e art. Parmi les nombreuses expositions à découvrir figure Fotohaus Bordeaux, qui...
11 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet