La biche, le renard et la belette

23 janvier 2019   •  
Écrit par Anaïs Viand
La biche, le renard et la belette

Sujets insolites ou tendance, faites un break avec notre curiosité de la semaine. Etienne Francey, 21 ans est passionné par le monde de l’image, la nature et les animaux qui s’y cachent.

« Je suis inspiré par tout ce que nous ne connaissons et ne maitrisons pas dans la nature. L’être humain s’est beaucoup éloigné des autres espèces et ne les connaît plus », confie Etienne Francey, étudiant à l’école de Photographie de Vevey, en Suisse, passionné par la nature. En 2006, ce dernier s’achète sa première caméra et tourne des films. « Un jour, en allant en forêt, j’ai aperçu un pic vert dans un arbre. J’ai voulu le filmer, le résultat était tellement mauvais que j’y suis retourné les jours d’après, dans l’espoir d’améliorer ma prise de vue. Et je n’ai encore jamais cessé d’y retourner. C’était ma première prise de vue d’animal, se souvient-il. J’étais en décalage avec les enfants de mon âge. La plupart jouaient au foot, et moi, je cherchais des oiseaux dont personne, autour de moi, ne connaissait le nom. Une forme de solitude, mais une solitude que j’avais choisie, et dans laquelle je créais mon propre univers. »

Une fascination pour la nature et les animaux héritée de son grand-père. « Lorsque j’ai commencé à filmer la nature, puis à la photographier, je me suis rendu quelques jours chez mon grand-père pour apprendre les aspects techniques de la photographie, et me familiariser avec le nom des oiseaux ». Car son grand-père a photographié durant de nombreuses années. Ses sujets de prédilection ? L’univers céleste (galaxies, planètes, comètes, etc.) et les insectes (écailles de papillon, pattes de mouches, yeux de taons, etc.). Sur le terrain, il a testé plusieurs méthodes avant de trouver la plus adéquate. « Je me souviens que j’ai photographié mes premiers chevreuils en leur courant après. J’ai compris par la suite que ce n’était pas la bonne façon de procéder ».

© Etienne Francey

Effacer sa présence

Avant de se rendre sur le terrain, Etienne Francey écoute ses envies et formule un objectif. « Parfois, j’ai un sujet précis en tête, et parfois, j’ai des envies précises de couleurs ou de formes. Sur le terrain, j’essaie de trouver ce qui correspond à mes attentes du moment. Parfois, tout se combine. Quand je veux photographier un crapaud sur un fond rouge, je fais en sorte du trouver un lieu adéquat et des crapauds ».

À seulement 21 ans, Etienne Francey a acquis des connaissances spécifiques sur ces modèles favoris. « Il est important de connaître le biotope de l’animal, son comportement face à l’homme ou encore sa présence au sein du territoire ». Suite à cette phase préparatoire, il opère quelques repérages. Un temps essentiel pour connaître les horaires, les habitudes et les chemins empruntés par l’animal. « Les mammifères ont une très bonne ouïe et un excellent odorat. Les oiseaux  ont, quant à eux, une vue très fine. Il faut être vigilant. » Une étude minutieuse de l’environnement, toujours réalisée dans l’équilibre et le respect. « Je veille à effacer ma présence le plus possible », explique-t-il. Irrésistibles, ces images invitent à réfléchir sur notre entourage… tout en douceur !

© Etienne Francey

© Etienne Francey© Etienne Francey

© Etienne Francey

© Etienne Francey

© Etienne Francey

© Etienne Francey

© Etienne Francey

Explorez
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l'œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
© Jérémy Appert / Courtesy of Circulation(s)
Dans l’œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
Jérémy Appert, dont le travail est exposé au festival Circulation(s) jusqu’au 2 juin prochain, a côtoyé pendant plusieurs années celles...
13 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Itinérances Foto 2024 : état des lieux de la photo contemporaine
© Alice Pallot
Itinérances Foto 2024 : état des lieux de la photo contemporaine
Itinérances Foto Sète revient pour sa 2e édition, en réunissant des photographes de tout horizon pour raconter le monde contemporain....
09 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
05:07
© Fisheye Magazine
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Zoé Chauvet croise le documentaire et l'abstraction et tisse les liens du corporel au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
© Roman Jehanno / Instagram
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
Vous êtes photographe ou vous souhaitez le devenir ? Vous avez des questions sur cette profession qui fait rêver, mais ne savez pas où...
29 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Hippolyte MACAIRE, Louis Cyrus MACAIRE, Navire quittant le port du Havre, 1851, daguerréotype, 15 x 11 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Dans le cadre de la 5e édition du festival pluridisciplinaire Normandie Impressionniste, le MuMa – Musée d’art moderne André Malraux au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
28 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina