La Gacilly s’invite en Autriche

19 juin 2018   •  
Écrit par Anaïs Viand
La Gacilly s'invite en Autriche

Une semaine après l’ouverture de sa 15ᵉ édition, le célèbre festival de photographie en plein air du Morbihan inaugurait sa version autrichienne à Baden. Le concept : exposer dans la ville thermale une trentaine de photographes présentés en 2017 en Bretagne.

Il y a un an, Lois Lammerhuber, autrichien d’origine, tombe sous le charme du village breton en découvrant le festival La Gacilly en France. De retour chez lui, il parvient à convaincre l’équipe municipale de Baden de dupliquer l’événement. C’est cette histoire et ce pari fou qui sont racontés lors d’une soirée d’inauguration majestueuse dans la roseraie de Doblhoffpark, le vendredi 8 juin, devant les diplomates, photographes, habitants, journalistes et membres de l’équipe de La Gacilly. Un repas cosmopolite accompagné de discours et de chants africains. Car comme en France l’an dernier, les visiteurs pourront s’interroger jusqu’au 30 septembre sur les questions environnementale, les photos exposées en plein air à Baden ayant pour thèmes  : «  Afrique » et « Homme-animal : le face-à-face ».

© Aida Muluneh

© Aida Muluneh

Une déambulation revisitée

En se promenant dans Baden, on redécouvre les photographes présentés en Bretagne un an plus tôt sous un tout autre angle. Florence Drouet, directrice artistique du festival, a en effet repensé la scénographie. « Nous n’avons pas pu réutiliser toutes les bâches. Certaines étaient abîmées et d’autres ne correspondaient pas aux dimensions de Baden », explique-t-elle. En plus de ces contraintes techniques, il fallait aussi s’adapter à la ville autrichienne, plus étendue.

Parmi les nouveautés, on peut remarquer les images de Baudouin Mouanda exposées sur un lieu de passage, non loin de la place du marché. Les grands tirages mettent en valeur ses sapeurs de Brazzaville. Dans le cadre de la très chic ville thermale autrichienne, les adeptes de la Société des ambiances et des personnes élégantes (SAPE) immortalisés par le photographe congolais gagnent en charisme.

Autre inédit : les clichés du photographe britannique Tim Flach flottent sur l’étang du Doblhoffpark. Un dispositif adéquat pour souligner la démarche de l’artiste : questionner l’humain via ses photos d’animaux. Un moyen de « connecter les liens avec la nature », commente l’artiste durant la visite.

© Tim Flach

© Tim Flach

Le travail réalisé au Kazakhstan par le photoreporter britannique Phil Hatcher-Moore était aussi à l’honneur. The Ghosts of the Polygon ou les fantômes du nucléaire prenaient place, pour cette édition autrichienne, dans un lieu abandonné depuis plusieurs années. Expérience immersive au possible, on parcourt les pièces délabrées, on pénètre dans les habitations des victimes. Ainsi un portrait poignant sur le rebord d’un lavabo ou des paysages accrochés sur un papier peint défraîchi nous emportent directement dans ce pays qui a subi les tests nucléaires soviétiques durant la Guerre froide.

Un nouveau photographe fait son apparition dans la programmation : Pascal Maitre. Il s’agit d’un hommage de la part de Lois Lammerhuber, le directeur de La Gacilly Baden, à cet ami qui lui a permis de découvrir le festival breton.

La déambulation que proposent Lois Lammerhuber, Florence Drouet et toute leur équipe à Baden est une vraie réussite. Point de copié-collé en Autriche. À la place une astucieuse réécriture où l’image et la nature s’agencent avec subtilité.  Une manifestation qui, nous l’espérons, en impulsera d’autres, dans ce pays réputé pour être conservateur.

© Phil Hatcher Moore

© Phil Hatcher Moore

© Baudoin Mouanda

© Baudoin Mouanda

© Brent Stirton

© Brent Stirton

© Paras Chandria

© Paras Chandria

© Eric Pillot© Eric Pillot

© Eric Pillot

© Hélène Jayet

© Hélène Jayet

© Girma Berta© Girma Berta

© Girma Berta

© Aida Muluneh© Aida Muluneh

© Aida Muluneh

Image d’ouverture © Jean Depara

Explorez
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l'œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
© Jérémy Appert / Courtesy of Circulation(s)
Dans l’œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
Jérémy Appert, dont le travail est exposé au festival Circulation(s) jusqu’au 2 juin prochain, a côtoyé pendant plusieurs années celles...
13 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Itinérances Foto 2024 : état des lieux de la photo contemporaine
© Alice Pallot
Itinérances Foto 2024 : état des lieux de la photo contemporaine
Itinérances Foto Sète revient pour sa 2e édition, en réunissant des photographes de tout horizon pour raconter le monde contemporain....
09 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •