La Gacilly x Fisheye 2020 : et les lauréats sont…

05 mars 2020   •  
Écrit par Anaïs Viand
La Gacilly x Fisheye 2020 : et les lauréats sont...

Découvrez les lauréats de la 5e édition du concours La Gacilly x Fisheye. Focus sur trois photographes qui s’engagent : David Bart, Sebastien Leban et Coline Jourdan.

David Bart

Fierté nationale, attraction touristique, le barrage des Trois Gorges, situé en Chine, est aussi la première construction humaine qui « par la présence d’une si grande quantité d’eau concentrée artificiellement en un seul endroit, modifie l’inertie de la planète et ralentit la vitesse de rotation de la Terre de 0,06 microsecondes/an par effet de force centrifuge ». Le barrage est aussi l’un des plus grands objets de propagande chinoise. Un élément important pour  le photographe et cinéaste français David Bart, qui a associé ses images à des documents d’époque dans Chine 0.06. Il questionne à travers ses compositions colorées le rapport dominant/dominé qu’entretient l’homme avec le monde.

© David Bart / lauréat du concours Fisheye Festival Photo La Gacilly en 2020

© David Bart / lauréat du concours Fisheye Festival Photo La Gacilly en 2020© David Bart / lauréat du concours Fisheye Festival Photo La Gacilly en 2020

© David Bart / lauréat du concours Fisheye Festival Photo La Gacilly en 2020

Sébastien Leban

« L’île de Tangier, située à 160 km de Washington DC est une métaphore de l’absurde. Ses habitants, climatosceptiques, voient leurs terres s’enfoncer peu à peu dans l’océan, mais refusent la réalité qui s’écrit sous leurs yeux. Une érosion accélérée par le dérèglement climatique engloutit près de quatre mètres de côtes par an et pourrait faire disparaitre l’île d’ici 30 ans », explique Sébastien Leban, un photojournaliste indépendant français. Une approche environnementale étroitement liée à la politique puisque comme leur président, les habitants ne veulent rien savoir du climat.

© Sébastien Leban

© Sébastien Leban / lauréat du concoursFisheye Festival Photo La Gacilly en 2020© Sébastien Leban

© Sébastien Leban / lauréat du concours Fisheye Festival Photo La Gacilly en 2020

Coline Jourdan

Photographe plasticienne née à Lyon en 1993, Coline Jourdan a séduit le jury avec son projet intitulé Les noirceurs du fleuve rouge. En Espagne, dans le bassin  du Rio Tinto, un cours d’eau devient rouge et acide suite à l’activité minière. En tant qu’artiste, comment représenter le toxique ? En tant qu’individu, comment le percevoir ? Et surtout, comment le toxique interagit-il avec la matière ? Coline Jourdan lance quelques pistes de réflexion, sans occulter son inquiétude et sa fascination pour l’environnement. En résulte un travail expérimental où l’eau du fleuve fait partie du développement de l’image.

Les noirceurs du fleuve rouge © Coline Jourdan avec le soutien de la ville de Rouen / Bourse Impulsion 2019 / lauréate du concours Fisheye Festival Photo La Gacilly en 2020

Les noirceurs du fleuve rouge © Coline Jourdan avec le soutien de la ville de Rouen / Bourse Impulsion 2019 / lauréate du concours Fisheye Festival Photo La Gacilly en 2020

Les noirceurs du fleuve rouge © Coline Jourdan avec le soutien de la ville de Rouen / Bourse Impulsion 2019 / lauréate du concours Fisheye Festival Photo La Gacilly en 2020

Les travaux seront exposés du 1er juin au 30 septembre au festival La Gacilly, et durant les Rencontres d’Arles, à la Fisheye Gallery.

Explorez
Dans l’œil de Kin Coedel : l'effet de la mondialisation sur les regards
© Kin Coedel
Dans l’œil de Kin Coedel : l’effet de la mondialisation sur les regards
Aujourd’hui, plongée dans l’œil de Kin Coedel, à l’origine de la série Dyal Thak. Dans ce projet poétique, dont nous vous parlions déjà...
22 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
© J.A. Young
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
Cette semaine, plongée dans l’œil de J.A. Young. Aussi fasciné·e que terrifié·e par les horreurs que le gouvernement américain dissimule...
15 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
14 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
La sélection Instagram #451 : la vie simple
© Melissa Alcena / Instagram
La sélection Instagram #451 : la vie simple
De la photographie de paysage à la nature morte en passant par l'autoportrait, notre sélection Instagram de la semaine est une ode...
À l'instant   •  
Écrit par Milena Ill
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
© Lorenzo Castore
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
Jusqu’au 11 mai, la galerie parisienne S. accueille le photographe Lorenzo Castore, l’un des pionniers de la nouvelle photographie...
22 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil de Kin Coedel : l'effet de la mondialisation sur les regards
© Kin Coedel
Dans l’œil de Kin Coedel : l’effet de la mondialisation sur les regards
Aujourd’hui, plongée dans l’œil de Kin Coedel, à l’origine de la série Dyal Thak. Dans ce projet poétique, dont nous vous parlions déjà...
22 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
© Julie Legrand
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
Nos coups de cœur de la semaine, Julie Legrand et Kathleen Missud, ont toutes deux, au cours de leur parcours dans le 8e art, fait le...
22 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill