La mariée et son Fuji

17 septembre 2015   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La mariée et son Fuji
Une Estonienne a choisi d’être sa propre photographe de mariage. Le résultat est rafraichissant. Par Hélène Rocco.

A quoi bon engager un photographe professionnel quand on peut documenter soi-même son mariage ? Liisa Luts, une photographe estonienne, en a fait l’expérience. Aucune image figée, pas de cliché: tout est spontané. De cette journée particulière ressortent des photos prises sur le vif, franches et pleines de douceur.

L’idée originale lui vient spontanément cet été. “On savait qu’on ne voulait pas organiser un grand mariage, on voulait juste officialiser notre union et faire un peu la fête. Donc puisqu’il n’y avait pas de pression, j’ai trouvé que ce  serait un défi intéressant de prendre une partie des photos moi-même. J’ai choisi de prendre des photos dès mon réveil pour partager ma vision de mariée pendant toute la journée. Quand j’ai parlé de mon idée à mon mari, il a immédiatement accroché. Je ne me suis pas encombrée et j’ai pris mon petit Fujifilm X-T10. Ce n’est pas le meilleur appareil mais c’est pratique et facile à porter toute la journée. Dans cette série toutes les photos sont spontanées, rien n’est joué: je n’ai pas essayé de tricher.”, raconte-t-elle à Fisheye.

© Liisa Lutz
© Liisa Luts

“Là, on attend le début de la cérémonie. On ne voit que nos jambes et j’aime beaucoup cette impression d’anonymat, j’en joue beaucoup dans mes photos.”

© Liisa Lutz
© Liisa Luts

“J’ai laissé notre chat entrer, je lui ai donné à manger, je suis partie courir et quand je suis rentrée, je suis allée dans la chambre et je l’ai vu. Il dormait encore et je l’ai observé en me disant que quelques heures plus tard il allait devenir mon mari… et puis je l’ai réveillé.”

© Liisa Lutz
© Liisa Luts

“En route pour la cérémonie, j’ai pris cette photo qui en dit long: mon bouquet de fleurs sur les genoux et la chair de poule sur mes cuisses.”

© Liisa Lutz
© Liisa Luts

“Cette photo résume bien notre mariage. On a fait la fête avec des amis, on s’est mis au lit et le jour se levait déjà sur notre nouvelle vie de jeunes mariés.”

© Liisa Lutz
© Liisa Luts

Et voilà l’essence de notre projet: moi en tenue de mariée en train de nous prendre en photo.”

abielu_toituminemimosas_280815_1000-103_fisheyelemagabielu_toituminemimosas_280815_1000-91_fisheyelemagabielu_s6idupaus_280815_1000-4_fisheyelemagabielu_pealetseremooniat_280815_1000-30_fisheyelemagabielu_paaripanek_280815_1000-52_fisheyelemagabielu_paaripanek_280815_1000-10_fisheyelemagabielu_minek_280815_1000-8_fisheyelemagabielu_kleitselgajms_280815_1000-7_fisheyelemagabielu_ilusaks_280815_1000-24_fisheyelemagabielu_ilusaks_280815_1000-19_fisheyelemagabielu_ilusaks_280815_1000-7_fisheyelemagabielu_ilusaks_280815_1000-2_fisheyelemagabielu_hommik_280815_1000-20_fisheyelemagabielu_hommik_280815_1000-13_fisheyelemagabielu_hommik_280815_1000-6_fisheyelemagabielu_hommik_280815_1000-1_fisheyelemag

Propos recueillis par Hélène Rocco

En (sa)voir plus

→ L’intégralité de la série

( via PetaPixel )

Explorez
Dans l’œil de Katya Kalyska : l'importance des relations humaines
© Katya Kalyska
Dans l’œil de Katya Kalyska : l’importance des relations humaines
Cette semaine, plongée dans l’œil de Katya Kalyska, photographe biélorusse dont nous vous avions déjà présenté le travail. Pour Fisheye...
04 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
29 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Philémon Barbier jette la lumière sur la vie des livreur·ses à vélo
© Philémon Barbier
Philémon Barbier jette la lumière sur la vie des livreur·ses à vélo
Le Forum Vies Mobiles et le photographe Philémon Barbier se penchent sur la condition des livreur·ses travaillant pour les applications...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Olivier Metzger : radiographie de la nuit française
© Olivier Metzger
Olivier Metzger : radiographie de la nuit française
Jusqu’au 23 mars, la galerie Arrêt sur l’image rend hommage à Olivier Metzger, le photographe qui arpentait la nuit en en capturant...
04 mars 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil de Katya Kalyska : l'importance des relations humaines
© Katya Kalyska
Dans l’œil de Katya Kalyska : l’importance des relations humaines
Cette semaine, plongée dans l’œil de Katya Kalyska, photographe biélorusse dont nous vous avions déjà présenté le travail. Pour Fisheye...
04 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 26.02.24 au 03.03.24 : montrer le méconnu
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Les images de la semaine du 26.02.24 au 03.03.24 : montrer le méconnu
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes s’attachent à rendre visibles des sujets méconnus ou peu représentés.
03 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet