La poésie solaire du féminin de Carlo Piro

11 mars 2022   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La poésie solaire du féminin de Carlo Piro

« Mon premier souvenir avec le médium photographique remonte à l’enfance. J’adorais observer les choses à travers le viseur du reflex de mon père. Je ne prenais pas de photos, je me contentais de regarder. Au cours de vacances en Sicile, alors que j’étais adolescent, j’ai tiré mes premières pellicules en noir et blanc. À mon retour, j’ai eu l’occasion de les développer et de les imprimer dans une chambre noire. Ce fut une sorte de coup de foudre. Depuis, le 8e art est devenu un partenaire de vie », raconte Carlo Piro. Diplômé de l’Istituto Marangoni de Florence, le photographe de mode toscan a toujours observé les êtres qu’il croise avec curiosité. Leurs façons de se mouvoir et surtout de se vêtir sont autant de détails que d’indices sur leur personnalité. Ses compositions à la fois sobres et solaires traduisent ainsi ce « contact empathique » qu’il tient à établir avec ses sujets, qu’il s’agisse d’une personne, d’une ombre, d’un paysage ou d’une fleur. « Je n’aime pas l’ostentation. Je préfère représenter les femmes et les hommes dans leur spontanéité, en recherchant la fragilité. J’apprécie la beauté quand elle est inconsciente. Je me retrouve dans le female gaze que je considère souvent plus élégant. Cette poésie est plus proche de la mienne que celle que l’on attribue traditionnellement au male gaze. Cela dit, je n’en fais pas une question de genre, mais seulement de sensibilité du regard », conclut-il.

© Carlo Piro

 

© Carlo Piro

 

© Carlo Piro

 

© Carlo Piro

 

© Carlo Piro

 

© Carlo Piro

 

© Carlo Piro

 

© Carlo Piro

 

© Carlo Piro

 

© Carlo Piro

Explorez
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
© Maurine Tric
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les photographes mis·es en avant par Fisheye ont en commun de transmettre des valeurs de soin et...
18 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina