La recherche de l’équilibre

07 novembre 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La recherche de l'équilibre

Photographe venue de Hongrie, Csilla Klenyánszki s’intéresse à la place de la femme dans notre société. Ses créations mêlent sculpture, performance et image et mettent en lumière l’absurdité de notre quotidien. Une vision contemporaine à découvrir à Paris Photo.

Csilla Klenyánszki, photographe et artiste hongroise conçoit des œuvres hybrides – entre image, performance et installation. En 2012, Csilla termine ses études en photographie à l’Académie de Kooning, à Rotterdam. Elle se lance alors dans « une exploration de l’équilibre ». « Mes projets se trouvent aux frontières de l’absurde, explique-t-elle, quelque chose qui peut sembler étrange finit toujours par trouver sa place. » Psychologique comme physique, l’équilibre que la photographe travaille est fragile, friable. Dans Good Luck, sa première série photographique, datant de 2013, elle tente de l’interpréter en image. « Les clichés de Good Luck montrent cet instant d’équilibre éphémère, lorsque tout semble parfait, immobile, précise Csilla. Pour atteindre ce résultat, concentration et chance sont nécessaires. » Un processus lent, demandant une certaine patience à l’artiste, qui voit dans ces installations un rituel, une méditation. Une fois la construction érigée, les éléments se fondent les uns dans les autres, et forment une grande sculpture. « Ils interagissent et travaillent ensemble, ils se supportent les uns les autres, afin de ne pas s’effondrer », explique la photographe. La métaphore troublante d’une société idéale.

© Csilla Klenyanszki

Un corps féminin dominé par le poids des corvées

Après être devenue mère, en 2015, Csilla décide de se concentrer sur l’image de la femme dans notre société. Souvent conceptuelles, ses images utilisent des objets – des accessoires à la fois universels et symboliques – afin d’interroger nos coutumes. « Je ne cherche pas à créer des images surréalistes, l’absurde est plutôt la conséquence de mes recherches, déclare la photographe. Le monde dans lequel nous vivons est suffisamment insensé pour être une source d’inspiration. » Dans ses clichés évoluent des corps déshumanisés, soumis aux nombreux accessoires placés autour d’eux : une horloge, des ustensiles de ménage, ou encore des fleurs.

The reminiscence of being a woman montre un corps féminin dominé par le poids des corvées domestiques. Effaçant la frontière entre femme et objet, Csilla interroge son public : « Comment séparer l’identité d’un corps, et sa fonctionnalité ? » Le visage caché, les expressions masquées, les modèles évoluent dans un univers surréaliste, devenus de simples ustensiles. Dans House/hold, la photographe étudie la charge mentale – charge invisible représentant l’organisation de tout ce qui touche la sphère domestique : achats, soins, ménage, etc. « Je propose une solution ironique : incorporer trente minutes de yoga à ces sessions de rangement », s’amuse Csilla. L’entretien de la maison devient alors un instant de méditation, au cours duquel la femme transforme cette corvée en un exercice spirituel.

Entre photographie et performance, l’artiste hongroise invite l’absurde dans ses créations. Des mises en scène dont l’apparente légèreté met en lumière les inégalités de notre société. Un travail féministe à découvrir à Paris Photo, du 8 au 11 novembre.

© Csilla Klenyanszki© Csilla Klenyanszki
© Csilla Klenyanszki© Csilla Klenyanszki

© Csilla Klenyanszki

© Csilla Klenyanszki© Csilla Klenyanszki
© Csilla Klenyanszki© Csilla Klenyanszki
© Csilla Klenyanszki© Csilla Klenyanszki

© Csilla Klenyanszki

© Csilla Klenyanszki

Explorez
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet