La sélection Instagram #129

20 février 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #129

Vous êtes en manque d’inspiration ? Découvrez les comptes Instagram qui nous ont tapé dans l’œil cette semaine.

@_sarahblard_

La photographe française Sarah Blard est une rêveuse. Ses clichés, mélange de digital et d’argentique, explorent son imaginaire, dans des mises en scènes mystérieuses et merveilleuses. Les paysages qu’elle photographie semblent sortis d’un monde fantastique, aux couleurs étranges. Un voyage dont on sort apaisé.

© Sarah Blar / Instagram

© Sarah Blar / Instagram

@wilsonworld

Tim Wilson nous fait entrer dans son monde intime et intrigant, où les rêves de l’enfance cohabitent avec les questionnements de l’âge adulte. Les paysages sont étranges et ténébreux. Les portraits, eux, semblent songeurs. Une introspection touchante qu’on a envie de prolonger.

 

© Tim Wilson / Instagram

© Tim Wilson / Instagram

@mattivarga

Les photographies aux tons pastel de Marietta Varga sont teintées de nostalgie. Immeubles pâles, portraits minimalistes et intérieurs rosés, les clichés semblent nous emmener dans le passé. De ses images émane une douceur évoquant le bonheur enfantin. Un compte d’une grande délicatesse.

© Marietta Varga / Instagram

© Marietta Varga / Instagram

@boverzealous

Réalisateur de film et photographe, Mike Bove dit aimer « ce qui a de la saveur ». Ses images, sombres et intenses, illustrent des villes perdues dans la brume et la pénombre. Parmi les couleurs froides, inquiétantes des clichés, des tons chaleureux attirent l’œil, comme des balises rassurantes dans un monde froidement beau.

© Mike Bove / Instagram

© Mike Bove / Instagram

@coughh_syrup

C’est la nuit qui inspire Mia Novakova. En faisant défiler son compte Instagram, l’obscurité s’installe, et nous emporte dans un univers mystérieux. Les bâtiments y sont menaçants, les silhouettes, énigmatiques. Un monde éclairé par des néons, dont l’atmosphère rappelle celle de Blade Runner.

© Mia Novakova / Instagram

© Mia Novakova / Instagram

@taniafrancoklein

La photographe mexicaine Tania Franco Klein est fascinante. Ses clichés, tantôt improvisés, tantôt mis en scène, illustrent nos obsessions, notre amour de l’écran, ou encore notre superficialité avec un humour noir implacable. Un portrait ironique et prenant de notre société.

© Tania Franco Klein

© Tania Franco Klein / Instagram

Explorez
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •