« La vie dans les villes », une exposition vue par la photographe Elina Kostabi

13 juillet 2017   •  
Écrit par Marie Moglia
"La vie dans les villes", une exposition vue par la photographe Elina Kostabi

Elina Kostabi est une photographe estonienne que nous avons rencontré à Arles. Elle nous a emmené visiter l’exposition de Michael Wolf, La vie dans les villes présentée – dans le cadre des Rencontres de la Photographie – à l’Église des Frères prêcheurs jusqu’au 27 août prochain.

Fisheye : Pourquoi avoir choisi cette exposition ?

J’aime beaucoup les installations, notamment les œuvres suspendues qui sont très impressionnantes. Je pense que l’accrochage, de manière générale, permet de rendre les photographies plus compréhensibles. Je veux dire, tout le monde prend des photos tout le temps. La photographie est l’art le plus proche des gens. Et je trouve que cette exposition en particulier permet d’ouvrir le regard et de considérer autrement l’approche quotidienne de la photographie.

The Real Toy Story, 2004, © Michael Wolf. Avec l’aimable autorisation de l’artiste.

The Real Toy Story, 2004, © Michael Wolf. Avec l’aimable autorisation de l’artiste.

Quand as-tu découvert le travail de Michael Wolf ?

J’ai découvert Michael Wolf à travers Tokyo compression  et, à cause de la candeur de cette série, j’ai cru qu’il s’agissait du premier travail d’un jeune photographe [rires]. Ces images m’ont beaucoup émue et en me renseignant sur leur auteur, j’ai appris qu’en réalité Michael Wolf était un photojournaliste. C’est encore une raison pour laquelle il m’inspire beaucoup. Je pense qu’aujourd’hui la frontière entre le documentaire, le reportage et les beaux-arts devient étroite. C’est assez évident dans le travail de Michael Wolf et j’aime cette intelligence qu’il a, de montrer des images esthétiquement très belles, tout en délivrant un message très fort et très actuel.

Qu’est-ce qui t’inspire dans son travail ?

Je considère Michael Wolf comme l’une de mes principales inspirations parce que j’admire sa manière de raconter des histoires. Il a une méthodologie très rigoureuse. En même temps, en photographiant beaucoup l’extérieur, il est très proche des gens et ses images sont chargées d’émotions. Transparent City est un bon exemple. Il a réalisé au téléobjectif et ces vues géantes de buildings paraissent dépersonnalisées. Pourtant lorsqu’on s’approche des oeuvres, on s’aperçoit qu’elles recèlent de dizaines de détails très touchants.

De quelle manière son travail influence-t-il le tiens ?

Je travaille beaucoup à la campagne, car je m’intéresse aux gens qui adoptent des modes de vie alternatifs, loin des villes – contrairement à Michael Wolf. Mais je crois que nos images, si elles sont très différentes, expriment cette même idée d’une fragilité touchante, qui surplombe les scènes de vie, de routine qui sont photographiées.

Architecture of Density, 2005-2009, © Michael Wolf. Avec l’aimable autorisation de l’artiste.

Architecture of Density, 2005-2009, © Michael Wolf. Avec l’aimable autorisation de l’artiste.

Explorez
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ? © Caroline Heinecke
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
16 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
WhiteWall met en lumière l'œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
WhiteWall met en lumière l’œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
Le laboratoire WhiteWall met en avant, imprime et édite l'œuvre toute en noir et blanc de Alexandre Souêtre, grâce à un livre haut de...
14 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill