L’amour en guérison

23 juin 2020   •  
Écrit par Cassandre Thomas
L’amour en guérison

Dans Borders of Nothingness —On the MendMargaret Lansink illustre les retrouvailles avec sa fille. Un livre bouleversant où la photographe hollandaise utilise des métaphores artistiques pour livrer son récit familial.

En juillet 2018, aux Rencontres de la photographie d’Arles, Fisheye découvrait le projet poignant Borders of Nothingness. Une série noir et blanc, dans laquelle Margaret Lansink expose ses émotions face à la perte de contact d’un être cher, sa fille. L’histoire continue et prend désormais la forme d’un deuxième opus : Borders of Nothingness – On the Mend. Rencontre intime avec Margaret Lansink. 

Fisheye : Photographe, mère, artiste, plasticienne, qui es-tu ? 

Margaret Lansink : Il y a une image de moi à 12-13 ans avec un appareil photo à la main. Déjà à cet âge, j’étais la “photographe” de mes amis et cela n’a jamais vraiment quitté ma vie. Quand mes enfants ont grandi, je suis revenue à une approche du médium plus professionnelle, en travaillant pour un journal régional. En 2010, j’ai suivi des cours de photo afin de recevoir une formation plus solide. Sinon, je suis avant tout ouverte d’esprit et chaleureuse. Je suis constamment à la recherche du côté positif de la vie.

© Margaret Lansink

Comment est né ton projet Borders of Nothingness ?

À un certain moment, ma fille aînée a décidé de suspendre tout contact avec moi. Le chagrin s’est éveillé au cours d’une résidence d’artiste au Japon, j’ai eu du mal à le gérer. Alors, j’ai sorti mon appareil photo pour y faire face. J’ai créé des images non pas à partir du chagrin, mais plutôt à partir de l’amour que je ressentais pour elle en tant que mère. C’est de là que vient le titre de la série, Borders of Nothingness. J’étais sûre que nous nous retrouverions quelque part, d’une manière ou d’une autre. 

Que s’est-il passé ensuite ?

Nous avons fini par nous retrouver. J’ai passé en revu les précédentes images, je les ai déchirées et rassemblées dans de nouveaux collages comme autant de nouvelles impressions de ces souvenirs pour elle. J’en ai fait un livre, Borders of Nothingness — On the Mend. J’ai ajouté au titre « En voie de guérison », il s’agit d’une suite, je voulais qu’elle soit positive. Cet ouvrage est le reflet de la relation avec ma fille au cours des cinq dernières années.

Cet ouvrage dévoile une partie très intime et douloureuse de ta vie. Est-ce un remède pour toi ? 

Je ne peux photographier que ce qui me touche ou du moins ce qui me tient à cœur. Mes séries sont souvent le fruit de mes propres combats, dans lesquels j’essaie de donner au résultat final un caractère plus universel. 

© Margaret Lansink

Tu utilises un procédé d’art plastique précis pour effectuer des brisures dorées. Que signifient-elles ? 

Les craquelures dorées sont inspirées de la philosophie japonaise de Kintsugi. C’est une forme d’art qui consiste à réparer des céramiques fissurées à la feuille d’or. Non pas pour cacher les cicatrices, mais pour souligner le pouvoir de guérison. J’ai trouvé que c’était une façon frappante de dire que mes souvenirs n’étaient plus les mêmes, et qu’à partir des cicatrices, quelque chose de beaucoup plus beau apparaissait. 

Quel visuel peut résumer l’entièreté de ce projet ? 

L’image « You » est ma préférée. Ma fille me regarde, et en même temps, j’ai l’impression qu’elle n’est pas vraiment là. Cette ambiguïté ne cesse de m’intriguer. Chaque fois que je vois l’image, je pense à quelqu’un qui est physiquement présent, mais déjà mentalement loin. Il y a quelque chose derrière son regard.

© Margaret Lansink

Tes combats personnels constituent-ils tes seules sources d’inspirations ?

Je suis très inspirée par les photographes asiatiques et par l’art et le design japonais en général. Je me sens très attirée par leur tranquillité et leur minimalisme. Et j’aime beaucoup également l’artisanat. En tant que fille de menuisier, j’ai appris dès mon plus jeune âge à créer des choses de mes propres mains. J’aime aussi me promener dans les musées pour voir les maîtres du passé. Je suis amoureuse de la plupart des œuvres de Gerhard Richter et de Lucian Freud. J’ai été totalement submergée par les œuvres antérieures de Pablo Picasso. Mais aussi, lorsque je me laisse complètement immerger dans la nature, mon imagination bouillonne. J’ai alors le sentiment qu’elle est ma mère et cela me touche très profondément.

Comment les lecteurs perçoivent ta série ?

Ils sont très rapidement touchés. Pour l’anecdote, j’exposais ma série pour la première fois à Arles en 2018. À plusieurs reprises, des femmes sont entrées dans la galerie, ont vu les images et, sans lire le texte, se sont mises à pleurer parce qu’elles avaient « senti » le message.

Quel est ce message ? 

Embrassez l’incertitude, elle est là. Elle va et vient, donc si vous pouvez vivre avec le flux de la vie, la vie elle-même deviendra plus facile. Et essayez de faire tout ce que vous faites dans une perspective d’amour et de soin. 

 

Borders of Nothingness —On the Mend, The (m) éditions, 96p. (300 exemplaires numérotés à 70 euros et 30 exemplaires signés, numérotés, accompagnés d’un collage sur un papier Kinsuki Washi fait main avec 23ct. de feuille d’or à 270 euros)

© Margaret Lansink © Margaret Lansink

© Margaret Lansink

© Margaret Lansink© Margaret Lansink

© Margaret Lansink

Explorez
Poker Face : le puzzle de Kensuke Koike qui fait tourner les têtes
© Kensuke Koike / Silvermine
Poker Face : le puzzle de Kensuke Koike qui fait tourner les têtes
Publié par les éditions Silvermine, Poker Face prend la forme d’un puzzle créatif aussi curieux que fascinant. Conçu par l’artiste...
02 décembre 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Nicolas Fontas ou la force du mouvement
© Nicolas Fontas
Nicolas Fontas ou la force du mouvement
Visages déformés, silhouettes sibyllines, scènes irréelles… Les tableaux au superbe flou perpétuel de Nicolas Fontas donnent vie et forme...
01 décembre 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Omar Victor Diop x The Anonymous Project : La lutte des places
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Omar Victor Diop x The Anonymous Project : La lutte des places
Il lit son journal confortablement assis dans un fauteuil, boit une bière avec des ami·es, prépare ses cartons de déménagement, joue au...
30 novembre 2023   •  
Écrit par Eric Karsenty
Dans l'œil de Caroline Heinecke : la triste vie des allumettes malades
© Caroline Heinecke
Dans l’œil de Caroline Heinecke : la triste vie des allumettes malades
Cette semaine, plongée dans l’œil Caroline Heinecke, photographe berlinoise dont les compositions se distinguent par l’usage de couleurs...
27 novembre 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 27.11.23 au 03.12.23 : des corps en mouvement 
© Ojoz
Les images de la semaine du 27.11.23 au 03.12.23 : des corps en mouvement 
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les corps se figent et se meuvent au gré de l’imaginaire de chaque photographe.
03 décembre 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Poker Face : le puzzle de Kensuke Koike qui fait tourner les têtes
© Kensuke Koike / Silvermine
Poker Face : le puzzle de Kensuke Koike qui fait tourner les têtes
Publié par les éditions Silvermine, Poker Face prend la forme d’un puzzle créatif aussi curieux que fascinant. Conçu par l’artiste...
02 décembre 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Quand la photographie donne à voir un futur dystopique
© Marilyn Mugot
Quand la photographie donne à voir un futur dystopique
Parmi les sujets abordés sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la dystopie. Lumière sur Luca...
01 décembre 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Décès d’Elliott Erwitt : hommage à la fantaisie d’un photographe sérieux
© Elliott Erwitt / Magnum Photos
Décès d’Elliott Erwitt : hommage à la fantaisie d’un photographe sérieux
La nouvelle est tombée jeudi soir, le photographe franco-américain Elliott Erwitt, âgé de 95 ans, s’est éteint mercredi 29 novembre, à...
01 décembre 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas