Landon Speers : « Une absurdité partagée »

01 février 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Landon Speers : « Une absurdité partagée »

Né dans la région des Montagnes Rocheuses, au Canada, le photographe Landon Speers a grandi au cœur d’un territoire froid, et isolé du reste du continent. Durant son adolescence, la photographie s’est imposée comme un moyen « de rencontrer des nouvelles personnes, d’explorer des nouveaux endroits, et de satisfaire [sa] soif de l’inconnu », confie l’auteur. Curieux et sociable, Landon Speers capture des instants spontanés, souvent décalés et amusants. À la manière de Martin Parr, l’auteur est attiré par l’excentricité des modèles qu’il croise au détour des rues. « J’essaie de ne pas me prendre au sérieux, précise le photographe. J’ai réalisé que la légèreté est un excellent moyen de se libérer, ou de se rapprocher d’autrui. Mais je ne me moque jamais ; je capture simplement une absurdité partagée ». L’œil vif, Landon Speers est fasciné par le langage corporel de ses modèles. « Ces mouvements qui deviendraient gênants, et même étranges, si quelqu’un d’autre les réalisait », précise-t-il. Entre rire et poésie, le photographe donne à voir les bizarreries de chacun.

© Landon Speers© Landon Speers

© Landon Speers© Landon Speers

© Landon Speers© Landon Speers

© Landon Speers

© Landon Speers© Landon Speers© Landon Speers

© Landon Speers

Explorez
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet