Laurent Millet en quête du jardin impossible

15 mars 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Laurent Millet en quête du jardin impossible
© Laurent Millet, Hespérides
© Laurent Millet, Hespérides

Laurent Millet explore une multitude de techniques anciennes afin d’imaginer des œuvres hybrides. Hespérides, véritable jardin des merveilles en grande dimension, s’inspire en partie des méthodes décoratives du 18e siècle – loin d’une quelconque nostalgie.

« La photographie, comme le cinéma, est un médium plutôt “pur” : elle peut tout absorber, déclare Laurent Millet. Je m’appuie sur cette capacité qu’elle a de pouvoir changer les choses de format (un texte, un paysage…) », poursuit-il. Dans le travail de cet artiste qui vit à La Rochelle, en effet, une sculpture devient un paysage, les limites des objets s’estompent et le jeu des formes peut se déployer avec fantaisie et malice. Laurent Millet ne se contente pas seulement de capturer et de détourner les objets contemplés : il les fabrique également lui-même. « Souvent ces objets ont un point commun avec la photo : ils possèdent une façade qui est souvent différente de ce qu’ils sont réellement, ce qui leur permet d’entrer dans un jeu avec les apparences et l’imaginaire », détaille-t-il. Le défi, en tant que photographe devient alors d’inventer une nouvelle manière de faire passer ces objets de la 3e dimension au 8e art – du réel à l’image.

Aujourd’hui artiste pluridisciplinaire et enseignant à l’école des Beaux-Arts d’Angers, Laurent Millet s’est formé en autodidacte, avant de devenir à 19 ans l’assistant de Lucien Clergue – l’un des pères fondateurs des Rencontres d’Arles. Grâce à une approche plastique, Laurent Millet fait de son travail une œuvre traversée par l’histoire de la photographie. « Je pars toujours de références pour mes images : cela peut être des œuvres d’artistes, des pages d’encyclopédie, ou encore le travail d’un orfèvre allemand du 17e siècle… », explique-t-il. Les thématiques qui traversent son œuvre ont généralement beaucoup à voir avec les sciences et la pédagogie des sciences, entre autres – comme ses séries Somnium ou L’Astrophile. Mais c’est un autre genre présent dans son travail qui a particulièrement attiré notre attention : la photographie qui explore de nouvelles manières de représenter le paysage, en employant, paradoxalement, des procédés anciens de tirage. 

© Laurent Millet, Hespérides
© Laurent Millet, Hespérides, photogramme
© Laurent Millet, Hespérides

Un travail d’illusionniste

Le jardin imaginé dans Hespérides – du nom de ce lieu mythologique réservé aux dieux et gardé par des muses du même nom – résulte d’un travail sur cyanotype et avec gommes bichromatées, en couches successives de gomme arabique et de pigments bleu et or. Ce qui a inspiré cette technique ? En premier lieu, les photographies populaires de paysages exotiques qui pouvaient servir d’illustrations sur des papiers décoratifs en Europe aux 17e et 18e siècles. Mais aussi les papiers dorés-gaufrés inspirés des tissus importés d’Orient (les « indiennes ») que l’on pouvait trouver à cette époque – ornementés de motifs botaniques ou zoologiques. Ainsi, Laurent Millet, loin de se complaire dans une esthétique conservatrice, met en tension le passé de la photographie avec son présent.

À l’origine de cette découverte, il y a une résidence de création en Indonésie, au cours de laquelle l’artiste est subjugué par la profusion dense et la luxuriance de la végétation présente dans les forêts tropicales. À la fois enveloppante et hostile, cette nature l’inspire et lui permet d’imaginer un espace inaccessible, toujours inscrit dans un ailleurs propre au fantasme. Au cœur de ce travail, l’illusion. « Les différents régimes illusoires sont des manières assez extraordinaires de révéler le rapport à l’image », déclare-t-il. Une particularité de ce travail de Laurent Millet est qu’il est profondément en interaction avec les manifestations de la lumière environnante : « Là où ces tirages sont les plus beaux, c’est lorsque l’on peut les percevoir avec un éclairage assez faible », explique-t-il même. Selon l’exposition, les couleurs ressortent ou s’atténuent sensiblement. L’artiste tente notamment de reproduire les phénomènes des jeux d’ombre des feuilles sur un rideau : certains triptyques de sa série se contemplent alors à la manière de paravents japonais. L’œuvre de Laurent Millet permet ainsi des croisements nouveaux entre art et techniques, et par son geste, tente de réinventer la représentation photographique.

© Laurent Millet, Hespérides
© Laurent Millet, Hespérides
© Laurent Millet, Translucent mould of me
© Laurent Millet, L’Astrophile (2017)
© Laurent Millet, Sans titre, comme bichromatée (2023)
© Laurent Millet, Un architecte comme les autres, gomme bichromatée
© Laurent Millet, Un architecte comme les autres
© Laurent Millet, L’Astrophile (2017)
© Laurent Millet, Je croyais voir un piège (2011), gomme bichromatée
© Laurent Millet, Je croyais voir un piège (2011), ambrotype
À lire aussi
Adam Jeppesen : le wabi-sabi au service des forces invisibles
© Adam Jeppesen
Adam Jeppesen : le wabi-sabi au service des forces invisibles
Né au Danemark, Adam Jeppesen explore une approche expérimentale et transdisciplinaire de l’art. Ses séries The Pond et Mæra, qui…
25 janvier 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Ces séries de photographies qui expérimentent avec le médium
© Margaret Lansink
Ces séries de photographies qui expérimentent avec le médium
Depuis ses débuts, photographes et plasticien·es repoussent les limites du médium en s’inspirant de techniques diverses, du cyanotype aux…
17 janvier 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine

Explorez
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
21 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
© Nicolas Lebeau
Nicolas Lebeau, reprendre le contrôle des images
Avec Voltar A Viver (« Retourner à la vie », en français), Nicolas Lebeau questionne notre rapport aux images en puisant aussi bien dans...
17 avril 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Necromancer : Inuuteq Storch, mage noir au service des mythes groenlandais
© Inuuteq Storch
Necromancer : Inuuteq Storch, mage noir au service des mythes groenlandais
Dans Necromancer, un récit monochrome aux frontières du monde spirituel, Inuuteq Storch illustre les coutumes de ses ancêtres, tout en...
À l'instant   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #451 : la vie simple
© Melissa Alcena / Instagram
La sélection Instagram #451 : la vie simple
De la photographie de paysage à la nature morte en passant par l'autoportrait, notre sélection Instagram de la semaine est une ode...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
© Lorenzo Castore
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
Jusqu’au 11 mai, la galerie parisienne S. accueille le photographe Lorenzo Castore, l’un des pionniers de la nouvelle photographie...
22 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil de Kin Coedel : l'effet de la mondialisation sur les regards
© Kin Coedel
Dans l’œil de Kin Coedel : l’effet de la mondialisation sur les regards
Aujourd’hui, plongée dans l’œil de Kin Coedel, à l’origine de la série Dyal Thak. Dans ce projet poétique, dont nous vous parlions déjà...
22 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet