Irene Trancossi : mythologies ancestrales et jardin à soi

08 décembre 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Irene Trancossi : mythologies ancestrales et jardin à soi
© Irene Trancossi
© Irene Trancossi

Irene Trancossi et son univers gravitent autour des mondes de l’art, de la mode et de la musique – puisque l’artiste italienne réalise des pochettes d’albums et des portraits d’artistes. Celle-ci déclare puiser ses influences en grande partie dans la mythologie classique, s’inscrivant dans une tradition artistique ancestrale. « Avec son universalité, le mythe transcende les distances temporelles et générationnelles, et constitue une forme de communication puissante et poétique à partir de laquelle la plupart de mes projets prennent forme », résume-t-elle. En témoigne son projet Eos, qui met en scène la déesse de l’aube du même nom, celle qui met fin à la nuit. Une exploration de l’amour dans son insaisissabilité et du sentiment d’incompréhension qu’il peut laisser derrière lui. Les clichés d’Irene Trancossi déploient des visions magiques, des scènes de transcendance, prises dans des décors surnaturels dans lesquels l’artiste se plaît à « savourer des petits détails : la lumière qui se reflète sur la peau, le toucher de la pierre ou l’eau froide d’une cascade ». Si son œuvre parle de transformation, d’émancipation et de rédemption, elle aborde également le pouvoir des relations adelphiques, comprises comme point d’appui et espace de sécurité pour s’affirmer de façon pleine et consciente. En effet, depuis plusieurs années, l’autrice explore les relations profondes qui la relie à sa famille et à ses ami·es. Sa pratique semble d’ailleurs répondre à un besoin viscéral de retourner à l’authenticité, de se connecter à la nature et à ses racines, à une quête de la sensation d’être chez soi. La nature y jouant un rôle clef, en tant que contexte dans lequel ces relations peuvent pousser et fleurir, le style qu’elle développe spontanément se rapproche du réalisme magique. « Pour tenter de décrire précisément, viscéralement et universellement les sentiments et les émotions, je dois inévitablement recourir à une évocation qui va au-delà du rationnel », conclue-t-elle.

© Irene Trancossi

© Irene Trancossi
© Irene Trancossi
© Irene Trancossi

© Irene Trancossi
© Irene Trancossi
© Irene Trancossi

© Irene Trancossi
© Irene Trancossi

© Irene Trancossi

© Irene Trancossi
© Irene Trancossi

© Irene Trancossi
À lire aussi
« Coming of age » : la mise à nu des corps, et de l’émotion
« Coming of age » : la mise à nu des corps, et de l’émotion
Dans les images de Christine Lorenzen, les corps nus se détachent des murs blancs. Le grain de l’argentique salit les silhouettes et…
01 octobre 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Contenu sensible
Dans l'œil de Bex Day : prendre conscience de son corps
© Bex Day
Dans l’œil de Bex Day : prendre conscience de son corps
Cette semaine, plongée dans l’œil de Bex Day. Auteure de l’ouvrage PETAL – une véritable ode aux vulves – elle nous raconte les dessous…
30 octobre 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Explorez
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
© Jacques Sonck / Courtesy Gallery FIFTY ONE
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
La 8e édition du Photo Brussels Festival vient d’ouvrir dans la capitale européenne. Avec au menu 56 expositions réunissant 300 artistes...
07 février 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
© Karolina Wojtas
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
Paysages japonais, matchs de catch mexicains, guerre centenaire, religions futuristes, soirées érotiques, amitiés artificielles… Comme...
07 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill